Ligne du Gothard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne du Gothard
Ligne de Lucerne à Chiasso
⇒ Voir la carte de la ligne ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
InterRegio après Gurtnellen dans le Gothard.
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Villes desservies Lucerne, Lugano, Chiasso
Historique
Mise en service 1882
Électrification 1920 – 1921
Concessionnaires Chemin de fer du Gothard (1882 – 1909)
CFF (depuis 1909)
Caractéristiques techniques
Longueur 206,17 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

15 kV - 16 ⅔ Hz

Pente ou rampe maximale 28 ‰
Trafic
Propriétaire CFF
Trafic EC, IC, ICN, IR, RE, S, R, fret
Schéma de la ligne

La ligne du Gothard ligne ferroviaire suisse, reliant la ville de Lucerne à Chiasso dans le canton du Tessin à travers le tunnel du Gothard du massif du même nom, et à l'avenir le tunnel de base. Elle est gérée par l'entreprise ferroviaire des Chemins de fer fédéraux suisses.

Cette ligne du Gothard représente une œuvre de pionnier de l’ingénierie ferroviaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gotthard Bahn Laghi di Como-Lugano & Maggiore.jpg

L'axe ferroviaire transalpin du Saint-Gothard fut imaginé dès 1851 par l'ingénieur Gottlieb Keller, qui mit ce projet à l'étude dès 1853. Cependant les cantons de Zurich, St-Gall et du Tessin avaient une préférence pour une ligne de chemin de fer par le Col du Lukmanier, alors que les cantons de Berne, Bâle et Lucerne préféraient le St-Gothard[2]. La ligne ferroviaire du Saint-Gothard et son tunnel furent concédés par la Confédération à la « Compagnie du chemin de fer du Saint-Gothard », fondée le 6 décembre 1871 à Lucerne[3] et présidée par le principal artisan de l'Union du Gothard, le Zurichois Alfred Escher (fondateur du Crédit suisse). Rappelons que jusqu'en 1872, les concessions ferroviaires étaient de l'autorité des cantons. Les Chambres fédérales commencèrent à donner du pouvoir à la Confédération pour résoudre et coordonner le problème des liaisons internationales à travers les Alpes.

L'Union du Gothard se constitua en 1863 et groupa des compagnies privées et les cantons intéressés et auquel adhérèrent l'Italie et la Confédération de l'Allemagne du Nord (1er avril 1869[4]), puis l'Empire allemand (28 octobre 1871[5]).

Après l'inauguration le 1er janvier 1882 du grand tunnel percé par l'entreprise L. Favre & Cie, la ligne fut ouverte seulement le 1er juin 1882 avec des horaires réguliers, elle fut tout d'abord raccordée à Immensee à la ligne sud-argovienne Rupperswil - Lenzbourg - Rotkreuz - Immensee. La liaison Lucerne - Immensee fut réalisée en 1897.

La ligne fut électrifiée en 1920-1921, les travaux de doublement de la voie durèrent jusqu'en 1965. Une des premières gares d'importance fut longtemps la gare Erstfeld dans le Canton d'Uri, où l'on devait renforcer la traction des trains du fait de la rampe de 27 pour mille, conduisant la ligne à Göschenen entrée nord du Tunnel, avec la construction des tunnels hélicoïdaux de Wassen.

Passé le tunnel, la ligne traverse Airolo, avant d'amorcer la descente vers Bellinzone puis Chiasso, les lignes du Tessin furent ouvertes à l'exploitation le 6 décembre 1874[6]. Remarquons que la gare de Bellinzone fut aménagée en 1876.

La ligne est reprise par les CFF le 1er mai 1909.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Dans les années 1875 - 1878, la Compagnie du Gothard se trouva dans de grosses difficultés financières et après de longues discussions, la Confédération accepta de la subventionner, malgré certains opposants qui voulaient que les Compagnies de chemin de fer restent financées par les privés[7].

Modélisme ferroviaire[modifier | modifier le code]

À l'occasion de l'inauguration du Musée suisse des transports à Lucerne en 1959, les membres du Club lucernois des amis et modélistes ferroviaires réalisèrent une maquette de la rampe nord du Gothard, entre Erstfeld et Wassen, un dur labeur représentant quelque 30'000 heures de travail.

Le modèle réduit du Gothard représente la gare d'Erstfeld, les deux imposants viaducs enjambant le Chärstelen et l'Intschireuss, de même que les trois tunnels hélicoïdaux à proximité de Wassen. Il y manque toutefois l'autoroute, puisque ce décor a été réalisé à la fin des années 1950. Les locomotives et wagons des modèles réduits de trains sont pour certains toutefois nettement plus récents.

Données techniques[modifier | modifier le code]

  • Superficie de la maquette : 5.6 x 13 m
  • Pente maximale : 26 ‰
  • Différence de hauteur : 1,49 m
  • Longueur totale des rails : 350 m
  • Rayon de courbure minimum : 70 cm
  • Nombre d'aiguillages : 70
  • Nombre de blocs : 18
  • Occupation maximale des voies : 16

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie et références[modifier | modifier le code]

  • Willy Zeller, Walter Trüb, En train à travers la Suisse, Zurich, Édition Ringier,‎ 1977, 23 p. (ISBN 978-3-85859-041-1)
  • Hans G. Wägli, Réseau ferré suisse, AS Verlag,‎ 1998 (ISBN 3-905111-21-7)
  1. Seft-fm.ch
  2. Journal de Genève, le 16 avril 1864
  3. « Chemins de fer du Gothard » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  4. Journal de Genève, le 2 avril 1869
  5. Gazette de Lausanne, le 1 novembre 1871
  6. Journal de Genève, le 1 janvier 1875
  7. Journal de Genève, 17 août 1878

Chemins de fer disparus le long de la ligne[modifier | modifier le code]

  1. DBG sur Standseilbahnen.ch
  2. DBB sur Standseilbahnen.ch
  3. ARB sur Eingestellte-bahnen.ch
  4. SStB sur Eingestellte-bahnen.ch
  5. BrMB sur Eingestellte-bahnen.ch
  6. AF sur Eingestellte-bahnen.ch
  7. BA sur Eingestellte-bahnen.ch
  8. RhB-BM sur Eingestellte-bahnen.ch
  9. LT sur Eingestellte-bahnen.ch
  10. Funicolare degli Angioli sur Standseilbahnen.ch
  11. TEM sur Eingestellte-bahnen.ch
  12. FMS sur Eingestellte-bahnen.ch