Ligne de Strasbourg-Ville à Saint-Dié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Strasbourg-Ville à Saint-Dié
⇒ Voir la carte de la ligne ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
Croisement d'X76500 en gare d'Entzheim
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Strasbourg, Molsheim, Saales, Saint-Dié-des-Vosges
Historique
Mise en service 1864 – 1928
Concessionnaires Est (1863 – 1871)
EL (1871 – 1919)
AL (1919 – 1938)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (depuis 1997)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 110 000
Longueur 86,501 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Pente ou rampe maximale 16 ‰
Nombre de voies Nombre de voies variable selon les sections
(Anciennement à double voie)
Signalisation BAL de Strasbourg à Molsheim,
BAMU-DV de Molsheim à Rothau,
BM-VU SNCF de Rothau à Saint-Dié
Trafic
Propriétaire RFF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER
Schéma de la ligne

La ligne de Strasbourg-Ville à Saint-Dié est une ligne de chemin de fer française à voie normale, « transvosgienne », construite après la Première Guerre mondiale via la vallée de la Bruche. Elle dessert principalement l'Alsace, jusqu'à Saales et au-delà en Lorraine. Elle relie Strasbourg à Saint-Dié-des-Vosges via Saales. Elle fait partie intégrante du réseau TER Alsace.

Ligne 110 000 du réseau ferré national[1], elle faisait partie de la ligne 18 dans l'ancienne numérotation des lignes de la région Est.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

À Saales.

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

À proximité de la gare de Saales.

La ligne de chemin de fer Rothau-Saales, à voie unique, filait à l'origine (presque) droit dans la vallée, parallèlement à la route : la station du petit train-tramway se trouvait alors sur la rive gauche de la Bruche, à l'emplacement du parking extérieur de l'hôtel-restaurant Chez Julien qui a succédé à l'ancien restaurant Zum Bahnhof.
Depuis les aménagements effectués à la fin des années 1920 afin de permettre à des rames plus lourdes de remonter la vallée, la voie, initialement double, maintenant unique en ce parcours amont de Rothau, suit partiellement un nouveau tracé. Il passe sur la rive droite de la Bruche au niveau de Fouday et du lieu-dit Devant-Fouday (sur le territoire de Plaine).

La voie ferrée franchit le fond de vallée où divague la rivière sur un viaduc aux doubles arches elliptiques en béton hautes de 17 mètres, paré de granit blanc vosgien. Cet ouvrage à la sinuosité élégante, dont la longueur totale dépasse 200 m, marque le paysage en aval de Fouday. Endommagé en 1940, lorsque l'armée française reculait, il avait été remis en état par une entreprise allemande, qui utilisa le même granit blanc pour masquer le béton.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

La ligne[modifier | modifier le code]

À Saales.
À Rothau.

La ligne Strasbourg - Saint-Dié-des-Vosges n'est pas électrifiée.

Vitesses limites[modifier | modifier le code]

Vitesses limites entre Strasbourg et Saint Dié
Autorail Grande Capacité
Section Strasbourg - Molsheim 120 km/h
Section Molsheim - Schirmeck-La Broque 90 km/h
Section Schirmeck-La Broque - Saales 80 km/h
Section Saales - Lessseux-Frapelle 90 km/h
Section Lesseux-Frapelle - Saint Dié 100 km/h vers Saint Dié ; 110 km/h vers Strasbourg

Les terminus réguliers[modifier | modifier le code]

La ligne compte quatre terminus réguliers :

  • Strasbourg ; cette gare constitue le terminus est de la ligne ; tous les trains de toutes les lignes du secteur la desservent, dont les trains TGV Est, les trains de Grandes Lignes et les trains du service TER Alsace ;
  • Rothau ; cette gare est constituée de trois voies dont une consacrée aux retournements d'une partie des dessertes TER. Au-delà, jusqu'à Saint-Dié, la ligne est à voie unique sauf au niveau de la gare de Saales et de Saint Blaise la Roche-Poutay.
  • Saales ; cette gare est composée de deux voies à quai permettant le croisement ou le rebroussement des trains. En effet, la quasi-totalité des trains prolongés depuis Rothau y sont terminus ;
  • Saint-Dié-des-Vosges ; la partie Modèle:Lien TER Alsace n'est composée que d'une voie bordée par un quai.

Exploitation[modifier | modifier le code]

La ligne est entièrement exploitée par la SNCF à travers le service régional TER Alsace.

Plan de transport de la ligne[modifier | modifier le code]

Le service de la ligne est assuré par des trains, tous les jours en journée et par la voie routière en soirée et les dimanches matin.

  • La desserte ferroviaire de la ligne est effectuée, globalement, du lundi au vendredi entre 5h00 et 21h00, le samedi entre 5h30 et 20h00 et le dimanche entre 8h00 et 21h30.
  • La desserte routière de la ligne est effectuée uniquement entre Strasbourg et Saales, globalement, du lundi au vendredi entre 21h00 et 23h00, le samedi entre 20h00 et 00h00 et le dimanche entre 06h00 et 08h00 puis de 21h00 à 23h00.
Ville terminus des rotations de semaine.
Desserte permanente de l'Aéroport de Strasbourg Entzheim.

Temps de parcours moyens[modifier | modifier le code]

Les temps de parcours sont donnés à titre indicatif et varient selon les trains, leurs dessertes et leur sens de circulation (cf.horaires)[3]. Ils peuvent aussi évoluer en cas de retards dus à des évènements imprévus.

Le service TER assuré sur la ligne permet de relier la gare de Strasbourg à

L'information en temps réel[modifier | modifier le code]

Les gares de Gresswiller, Heiligenberg-Mollkirch, Urmatt, Mullerhoff, Muhlbach-sur-Bruche-Lutzelhouse, Wisches, Russ-Hersbach, Schirmeck - La Broque, Rothau, Fouday, Saint-Blaise-Roche-Poutay, Bourg-Bruche et de Saales seront équipées d'un système d'information dynamique assuré par des écrans, dans le cadre d'un plan régional de déploiement du système.

Ce système permettra d'informer les voyageurs en temps réel notamment lorsque les conditions de circulation sont perturbées sur le réseau. Ce redéploiement permettra aux voyageurs de bénéficier directement du réinvestissement des pénalités dues par la SNCF du fait des trains supprimés pendant les mouvements sociaux[4].

À l’issue de ce déploiement régional, prévu fin 2009, qui coûte 954 000 €, pris en charge à 75 % par la Région, soit 715 500 €, et à 25 % par la SNCF, soit 238 500 €, l’information en temps réel concernera près de 99 % des montées/descentes des voyageurs du TER Alsace[4].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

La ligne de Strasbourg à Saint-Dié est équipée de X 76500 (aussi appelé XGC) qui est donc la version diesel des AGC. Cet autorail, développant une puissance de 1 324 kW, a une vitesse limite de 160 km/h. Sur la ligne sont présentes les versions tricaisse (longue de 57,40 mètres, pouvant transporter environ 150 passagers) et quadricaisse (longue de 72 mètres, pouvant transporter environ 220 passagers)[5]. Les X 76500, équipées d'un système d'information voyageurs embarqué, arborent désormais la livrée Région Alsace :

Aux heures de pointe, on peut rencontrer en complément des Rames inox omnibus accouplées à des BB 67400.

Tarification et financement[modifier | modifier le code]

La tarification de la ligne est identique à celle en vigueur sur tout le reste du réseau et est accessible avec les mêmes titres de transport. Le prix d'un billet TER varie en fonction de la distance et du moment de la journée selon le Calendrier Voyageurs SNCF.

La tarification régionale spécifique vise à favoriser la mobilité des personnes en facilitant l’accès aux transports régionaux organisés par la Région, elle vise notamment à renforcer les possibilités d'usage du train pour les déplacements domicile-travail et domicile-études. Elle s'adresse aux voyageurs effectuant un parcours sur le réseau régional du TER Alsace de manière régulière (abonnés) ou occasionnels (par exemple loisirs ou tourisme).

Elle a pour objet de renforcer l'attractivité des prix de déplacements en TER pour certaines catégories d'utilisateurs ou pour certains types de déplacement, pour les déplacements intermodaux (Alsa Plus), les conditions sont les mêmes que pour les abonnements de travail (être salarié) ou scolaires[6].

Ainsi, le financement du fonctionnement de la ligne, entretien, matériel et charges de personnel, est assuré par la SNCF.

Cependant, les tarifs des billets et abonnements dont le montant est limité par décision politique ne couvrent pas les frais réels de transport. Le manque à gagner est compensé par l'autorité organisatrice, la région Alsace et composé d'élus locaux. Il définit les conditions générales d'exploitation ainsi que la durée et la fréquence des services.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Schontz, Arsène Felten et Marcel Gourlot, Le Chemin de fer en Lorraine, éditions Serpenoise, 1999, pp. 78-81 et 263-266.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]