Ligia oceanica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ligia oceanica

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ligia oceanica

Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Crustacea
Classe Malacostraca
Ordre Isopoda
Sous-ordre Oniscidea
Famille Ligiidae
Genre Ligia

Nom binominal

Ligia oceanica
(Linnaeus, 1767)

Synonymes

  • Oniscus oceanicus Linnaeus, 1767
    (protonyme)
  • Oniscus assimilis Linnaeus, 1767
  • Ligydia oceanica (Linnaeus, 1767)
  • Ligia scopulorum Leach, 1810
  • Ligia oniscoides Brébisson, 1825
  • Ligia granulata Frey & Leuckart, 1847
  • Ligia belgica Ritzema-Bos, 1874

La Ligie océanique (Ligia oceanica), aussi appelée ligie des rivages ou pou de mer, est une espèce de crustacés isopodes de la famille des Ligiidae.

Description[modifier | modifier le code]

Cette espèce mesure jusqu'à 3 centimètres de long, ce qui en fait l'un des plus grands oniscides[1]. Le corps, aplati, est un ovale deux fois plus long que large. Il peut être de couleur ocre, vert-olive jusqu'à gris sombre. L'animal a de grands yeux composés et deux longues antennes faisant les deux tiers de la longueur du corps[2],[3].

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Cette espèce est nocturne et omnivore[4], et se nourrit principalement de Fucus vésiculeux (Fucus vesiculosus)[1] mais aussi de diatomées[2] ou de débris végétaux ou animaux, de mousses[5].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Cette espèce vit entre deux ans et demi et trois ans, ne se reproduisant généralement qu'une seule fois dans sa vie[4]. La saison de reproduction a principalement lieu au printemps, mais les femelles gravides sont rencontrées toute l'année. Une ponte comprend environ 80 œufs[5].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

On rencontre cette espèce en Europe tout le long du littoral atlantique, depuis la Scandinavie jusqu'au Maroc[6], et en Amérique du Nord depuis le Canada à Cap Cod jusqu'au côtes du Maine[7]. Ligia oceanica pourrait également être présent en Méditerranée où il est concurrencé et remplacé par Ligia italica[3].

Cette ligie habite le haut des estrans rocheux et humides[3], elle est très commune et apprécie particulièrement les crevasses, autres anfractuosités et dessous de rochers[2]. Présente à la fois en pleine terre et sur le littoral, la ligie océanique peut survivre au moins quelques jours dans l'eau[5].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Les noms suivants ont été utilisés pour décrire cette espèce[8] :

  • Oniscus oceanicus Linnaeus, 1767, le protonyme
  • Oniscus assimilis Linnaeus, 1767
  • Ligydia oceanica (Linnaeus, 1767)
  • Ligia scopulorum Leach, 1810
  • Ligia oniscoides Brébisson, 1825
  • Ligia granulata Frey & Leuckart, 1847
  • Ligia belgica Ritzema-Bos, 1874

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [PDF] (en) Andrew G. Nicholls, « Studies on Ligia oceanica. I. A. Habitat and effect of change of environment on respiration. B. Observations on moulting and breeding », Journal of the Marine Biological Association of the United Kingdom, vol. 17, no 3,‎ 1931, p. 655-674 (lire en ligne)
  • [PDF] (en) Andrew G. Nicholls, « Studies on Ligia oceanica. Part II. The processes of feeding, digestion and absorption, with a description of the structure of the foregut », Journal of the Marine Biological Association of the United Kingdom, vol. 17, no 3,‎ 1931, p. 675-708 (lire en ligne)

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « The Care of Woodlice (Crustacea, Isopoda, Oniscidae) »,‎ 11 novembre 2005
  2. a, b et c (en) Susie Ballerstedt, « Common sea slater - Ligia oceanica », Marine Life Information Network: Biology and Sensitivity Key Information Sub-programme,‎ 2005
  3. a, b et c DORIS (2011)
  4. a et b ARKive (2011)
  5. a, b et c Nicholls (1931), partie I
  6. (es) (es) Juan Luis Menéndez, « Ligia oceanica (Linnaeus, 1767) », Naturaleza Cantábrica,‎ 3 juillet 2005
  7. (en) Richard Fox, « Invertebrate zoology laboratory exercises », Lander University,‎ 2001
  8. (en) Helmut Schmalfuss, « World catalog of terrestrial isopods (Isopoda: Oniscidea) — revised and updated version », Stuttgarter Beiträge zur Naturkunde, Serie A, vol. 654,‎ 2003, p. 341 (lire en ligne)