Lightworks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec le moteur de rendu 3D LightWorks, édité par LightWork Design Ltd.
Lightworks
Lightworks Screenshot1.png
Capture d'écran de la version Beta 10.0.3

Développeur EditShare LLC
Première version 1989
Dernière version 11.5 (janvier 2014)
Version avancée aucune
Environnement Microsoft Windows
en développement : Linux, Mac OS
Langue anglais
Type montage non-linéaire
Licence propriétaire[1]
Site web http://www.lwks.com/

Lightworks est un logiciel de montage vidéo qui provient de feu-Lightworks Inc. (anciennement OLE Limited), un fabricant britannique de systèmes de montage non-linéaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

OLE Limited a été fondé en 1989 par Paul Bamborough, Nick Pollock et Neil Harris. En 1994, OLE Limited fut racheté par Tektronix pour 74 000 000 $[2]. Puis il a été vendu à la nouvellement fondée Lightworks Inc. en 1999, alors détenue par Fairlight Japan, puis acheté par Gee Broadcast en mai 2004. Avec les nouveaux propriétaires, le lancement de nouveaux produits a repris avec la sortie de la gamme Lightworks Touch et plus récemment les gammes Alacrity et Softworks pour le montage SD et HD. En août 2009, la société brittano-américaine EditShare a racheté la plate-forme de montage de Lightworks à Gee Broadcast (en même temps que le système de serveur vidéo Geevs).

Lors du congrès annuel de la National Association of Broadcasters, NAB Show, le 11 avril 2010, EditShare a annoncé son intention d'ouvrir le code de Lightworks[3]. Lightworks open source[4] a été présenté au International Broadcasting Convention (en) d'Amsterdam en septembre 2010[5]. Le 9 novembre 2010, EditShare a annoncé que Lightworks serait téléchargeable le 29 novembre 2010, d'abord exclusivement pour les utilisateurs qui s'étaient inscrits lors de l'annonce initiale[6], mais par la suite le logiciel est publié en tant que « bêta publique »[7]. L'ouverture du code était prévue courant 2011, après relecture du code. Les revenus financiers devant venir de plugins propriétaires proposés dans une boutique en ligne associée, en particulier ceux nécessaires à l'accès aux formats de fichier vidéo utilisé par les caméras professionnelles.

Après 18 mois en version beta, Lightworks 11 est sorti le 28 mai 2012 uniquement pour la plate-forme Windows et supporte beaucoup plus de codecs (AVCHD, H264, AVC-Intra, DNxHD, ProRes, Red R3D, DPX, XDCAM HD 50, XDCAM EX, DVD, BluRay, et 4K) réservés à la version Pro.

En septembre 2014, Lightworks 12 est sorti, ajoutant de nouvelles fonctionnalités et portant le logiciel sous Mac et Linux.[8]

Production[modifier | modifier le code]

En utilisant une interface de contrôle similaire au banc de montage film Steenbeck (en) ils ont produit un système de montage non-linéaire.

L'équipe de développement comprend d'anciens membres de la compagnie de jeux sur PC (en) Magnetic Scrolls (en) et de Computer Film Company (en), certains d'entre eux se sont mis à rejoindre l'équipe de développement de Sohonet (en).

Cette machine de montage broadcast est plus largement utilisée pour le montage de longs métrages, mais est aussi utilisée pour le montage de documentaires et en télévision. Le système a remporté des prix scientifiques et techniques aux Oscars et aux Emmy Awards. Thelma Schoonmaker la monteuse de Martin Scorsese a reçu deux Oscars pour Aviator et pour The Departed qu'elle a monté sur Lightworks.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Lightworks propose des solutions avec matériel comme (Ligthworks Touch et plus récemment Alacrity ou logiciel seulement avec Softworks). La particularité de Lightworks est de proposer un « PAD » (pavé) qui limite l'utilisation du clavier et donc de l'informatique qui supporte le logiciel ce qui en fait une véritable machine de montage et non un logiciel de montage comme tous les autres concurrents. Le PAD comporte tout ce dont a besoin le monteur, « mark », « cut », « lecture en avant », « lecture en arrière », etc. Il y a aussi un « Jog » et un « Shuttle », que l'on retrouve sur les machines de montage.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://linuxfr.org/users/antistress/journaux/editshare-lightworks-et-l-open-source-washing
  2. (en) « company news; Tektronix to buy lightworks editing systems », sur nytimes.com, The New York Times,‎ 11 avril 1995 (consulté le 4 septembre 2011).
  3. (en) Jeff Krebs, « Communiqué de presse », sur www.editshare.com, EditShare,‎ 11 avril 2010 (consulté le 4 septembre 2011) : « […] it was clear that we needed to invest in a collaborative media sharing system that would enable us to handle both the online and offline requirements for the project while delivering the highest quality results […] ».
  4. (en) « The Lightworks Open Source Project starts here… », sur www.lightworksbeta.com (consulté le 4 septembre 2011) : « Back in April 2010, we announced our plans to take Lightworks open source. We always said the first step would be to make the application freely available so that a large community of users could start becoming familiar with it. […] Some time in the middle of 2011, we hope to reach our next milestone -- releasing the source code to any developer who wants to build upon what we started. »
  5. (en) « EditShare Shines Bright at Performance Post », sur www.editshare.com, EditShare,‎ septembre 2010 (consulté le 4 septembre 2011).
  6. (en) « Lightworks News », sur www.editshare.com, EditShare,‎ novembre 2010 (consulté le 4 septembre 2011)
  7. (en) « Lightwork Public Beta », sur www.lightworksbeta.com (consulté le 4 septembre 2011).
  8. (en) « New in V12 » (consulté le 27 decembre 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]