Licol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cheval équipé d'un licol classique, en matière synthétique.

Le licol, ou licou, est une pièce de harnachement pour les animaux domestiques. Il se place sur la tête de l'animal et permet ensuite à l'homme d'avoir une prise pour tenir la bête, et ainsi la conduire ou encore l'attacher. Les licols sont généralement fabriqués en matières synthétiques ou en cuir, dans ce dernier cas, ils demandent un entretien régulier pour ne pas se dessécher et risquer de se craquer. Il est aussi possible de fabriquer un licol à partir d'une corde, technique fréquemment employée par les vachers, cow-boys et bergers.

Étymologie et Histoire[modifier | modifier le code]

Le mot est attesté en 1333 sous la forme « liecol », composée de lie (lier) et col (cou)[1]. Le terme anglais équivalent, halter, est issu d'un mot germanique signifiant « ce par quoi quelque chose est tenu »[2].

Les licols sont connus depuis les premiers temps des domestications animales, mais leur histoire n'a pas été aussi bien étudiée que celle des brides ou du hackamore.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Vache équipée d'un licol pour un show de présentation.

Un licol est surtout employé pour capturer, diriger et attacher un animal, rien d'autre[3]. Bien qu'il soit surtout connu pour son utilisation chez les chevaux, il est employé pour tout type d'animal de grande taille, comme les bovins[4], les chèvres, les moutons, les chameaux, ou encore les grands chiens. Chez les bovins, le licol est le plus souvent employé en concours, il a l'avantage d'être plus confortable pour les bêtes que les habituelles mouchettes ou une corde à l'anneau nasal[4].

Éducation[modifier | modifier le code]

L'utilisation du licol, chez le cheval comme chez les autres animaux, demande une petite éducation afin que l'animal prenne l'habitude de répondre à la tension exercée par la têtière derrière ses oreilles et suive le mouvement imposé par l'homme qui le tient en main, sans entrer dans une relation de conflit[5]. De même, il peut devenir difficile d'attraper un cheval au pré si celui-ci associe la vue du licol à sa mise au travail[6]. Une solution est de diminuer l'association licol/travail, par exemple en lui donnant une friandise s'il se laisse attraper.

Description[modifier | modifier le code]

Un licol se compose généralement de cinq parties : la têtière (passant derrière la tête, les oreilles et/ou cornes pour maintenir l'ensemble), les montants (sur les côtés), la muserolle (passant au-dessus du museau comme son nom l'indique), la sous-gorge et l'alliance[6]. En effet, en plus du licol, en général une corde ou une laisse est utilisée pour diriger ou attacher l'animal. Celle-ci est attachée le plus souvent à l'alliance, située sous la mâchoire, plus rarement à la joue, et rarement au-dessus du nez[7].

Licol de corde[modifier | modifier le code]

Licol de corde mis en place.

Le licol en corde reprend les mêmes principes de base que les autres modèles, mais en général les croisements sont réalisés avec des nœuds au lieu d'anneaux[8]. La plupart n'ont aucune partie métallique autre que, dans certains cas, un anneau de métal sous la mâchoire pour relier la corde servant à attacher, ou, occasionnellement, un crochet de fixation en retrait auquel la têtière peut être attachée. Cependant, dans de nombreux cas, une boucle est formée sur le côté gauche de la têtière, le côté droit est simplement placé sur la tête du cheval, à travers la boucle, et attaché avec un nœud d'écoute[9]. Le licol éthologique est une version récente utilisée en équitation éthologique.

Fabrication d'un licol en corde étape par étape

Choix, ajustement et entretien[modifier | modifier le code]

Sécurité[modifier | modifier le code]

Certains cavaliers et propriétaires d'animaux laissent le licol en place sur la tête de leur bête lorsqu'elle est lâchée en liberté au pré, arguant que l'avantage est de permettre de l'attraper plus vite, ou encore qu'ils ont simplement oublié de l'ôter. Cela présente de nombreux inconvénients. L'animal peut coincer son licol dans un objet, un arbre ou une clôture, et se blesser voire se tuer de cette façon. Un cheval est mort d'épuisement après avoir coincé son licol dans une branche d'arbre et s'être débattu. Une pouliche a dû être euthanasiée après s'être grattée la tête du pied postérieur : son pied a accroché le licol et elle s'est arrachée un œil en tentant de se dégager. Enfin, les voleurs sont plus attirés par les animaux portant des licols, qu'ils peuvent attraper facilement[10].

Les experts conseillent d'ôter les licols des animaux relâchés, et dans le cas contraire de leur rendre des visites très régulières pour prévenir les problèmes potentiels, en particulier chez les animaux peu attentifs[11]. Pour éviter le problème du cheval qui refuse de se laisser attraper, il est possible de l'éduquer et de lui apprendre à suivre l'homme avec une ceinture ou une corde autour de l'encolure[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Licol » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  2. (en) Oxford English Dictionary, [halter: (n)], édition en ligne, consulté le 20 février 2008
  3. (en) Wayne Loch, « Haltering and Tying Horses », Department of Animal Sciences, University of Missouri Extension. G2844,‎ août 2002 (consulté le 19 mars 2008)
  4. a et b Dudouet 2002, p. 115-116
  5. Cresp et Le Franc 1998, p. 131
  6. a et b Grard Guénard 2008, p. 15
  7. (en) web storefront
  8. (en) Diane Longanecker, Halter-tying success: A Step-by-step Guide to Making Hand-tied, Rope Halters for Horses, William Eaton,‎ 2002 (ISBN 0-9635320-6-5 et 9780963532060, lire en ligne), p. 134
  9. (en) Description d'un licol de corde sur Geocities.
  10. a et b Powell et Carter 2004, p. 127
  11. (en) « Safety Halters for Turnout », Horse Journal, vol. 15, no 11,‎ Novembre 2008, p. 6–8

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Cresp et Caroline Le Franc, Mon cheval au quotidien: alimentation, soins, éducation, travail, Éditions Amphora,‎ 1998, 255 p. (ISBN 2851805207 et 9782851805201)
  • Christian Dudouet, Manipuler et contenir les bovins: Sécurité des hommes, sécurité et bien-être des animaux, gain de temps, France Agricole Éditions, coll. « Produire mieux »,‎ 2002, 253 p. (ISBN 2855570743 et 9782855570747)
  • Sam Powell et Lane Carter, « Faut-il laisser le licol tout le temps à un cheval ? », dans Juste un murmure: Une approche mentale et physique de votre cheval, France Agricole Éditions,‎ 2004 (ISBN 2855571111 et 9782855571119)
  • Laurence Grard Guénard, Les fondamentaux de l'attelage: Galops 1 à 7, éditions Amphora,‎ 2008 (ISBN 2851807382 et 9782851807380)