Licence publique générale GNU

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Licence publique générale)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir GPL.

Licence publique générale GNU

Dernière version (en) 3
Approuvée par l'OSI Oui (versions 2.0[1] et 3.0[2])
Compatible GPL Oui
Logo de la licence publique générale GNU, version 3.

La licence publique générale GNU, ou GNU General Public License (son seul nom officiel en anglais, communément abrégé GNU GPL, voire simplement « GPL »), est une licence qui fixe les conditions légales de distribution des logiciels libres du projet GNU. Richard Stallman, président et fondateur de la Free Software Foundation en est l'auteur. Sa dernière version est la « GNU GPL version 3 » publiée le 29 juin 2007 avec le concours juridique d'Eben Moglen.

Cette licence a depuis été adoptée, en tant que document définissant le mode d'utilisation, donc d'usage et de diffusion, par de nombreux auteurs de logiciels libres, en dehors des projets GNU.

Principe de la licence GPL[modifier | modifier le code]

La GPL met en œuvre la notion de copyleft, un jeu de mots anglais faisant référence à la notion de copyright (right en anglais signifie à la fois le droit, c'est-à-dire la règle juridique, et la droite, qui marque une direction) que l'on peut transposer en français en parlant de « Gauche d'auteur » par référence au Droit d'auteur. Pour autant le copyleft n'est pas l'antithèse du copyright, au contraire, puisque le premier s'appuie sur le second. Ainsi le copyleft comme le copyright définissent et encadrent les droits des utilisateurs de façon contraignante. Le mécanisme est identique, mais les objectifs diffèrent : le copyright garantit exclusivement les droits de l'auteur, le copyleft s'attarde tout particulièrement aux droits des utilisateurs, et vise à préserver la liberté d'utiliser, d'étudier, de modifier et de diffuser le logiciel et ses versions dérivées.

La GPL est la licence de logiciel libre la plus utilisée. En avril 2004, 74,6 % des 23 479 projets libres listés sur le site Freshmeat et 68,5 % des 52 183 projets libres listés sur SourceForge.net étaient publiés sous licence GPL. Certains contestent cette méthode de mesure en affirmant qu'elle relève du quantitatif (nombre de projets) et ne rend pas compte du qualitatif (utilité des logiciels), mais nul ne conteste depuis longtemps que de nombreux utilisateurs emploient une quantité croissante de logiciels diffusés sous GPL.

La GNU GPL a une licence sœur, la LGPL (GNU Lesser General Public License et plus anciennement GNU Library General Public License), une version modifiée pour être moins contraignante quant à son utilisation dans un contexte de cohabitation avec des logiciels propriétaires. Elle a une autre licence sœur, la GFDL (GNU Free Documentation License) qui, elle, est applicable aux manuels, livres ou autres documents écrits. Cette dernière présente toutefois des inconvénients, mis en avant par le projet Debian ; on peut choisir à sa place la GPL, qui est tout à fait applicable à un livre, article de carnet Web ou autre création.

L'esprit et l'objectif[modifier | modifier le code]

L'objectif de la licence GNU GPL, selon ses créateurs est de garantir à l'utilisateur les droits suivants (appelés libertés) sur un programme informatique[3]:

  1. La liberté d'exécuter le logiciel, pour n'importe quel usage ;
  2. La liberté d'étudier le fonctionnement d'un programme et de l'adapter à ses besoins, ce qui passe par l'accès aux codes sources ;
  3. La liberté de redistribuer des copies ;
  4. L'obligation de faire bénéficier à la communauté des versions modifiées.

Pour la première liberté, cela exclut donc toutes limitations d'utilisation d'un programme par rapport à l'architecture (notamment le processeur et le système d'exploitation) ou à l'utilisation qui va en être fait.

La quatrième liberté passe par un choix : la deuxième autorisant de modifier un programme, il n'est pas tenu de publier une version modifiée tant qu'elle est pour un usage personnel ; par contre, en cas de distribution d'une version modifiée, la quatrième liberté amène l'obligation à ce que les modifications soient retournées à la communauté sous la même licence.

Son histoire[modifier | modifier le code]

Richard Stallman en discussion au deuxième jour de la première conférence GPLv3 le 17 janvier 2006.

La GNU GPL (abrégé GPL) a été écrite par Richard Stallman pour être utilisée sur les programmes du projet GNU. Elle est basée sur l'assemblage des licences utilisées par GNU Emacs, GNU Debugger (GDB) et la GNU Compiler Collection (GCC). Ces licences contiennent des clauses identiques, mais elles sont spécifiques à chaque programme. Le but de Stallman est de produire une licence unique qui pourra être utilisée pour chaque projet et que cette licence permette au plus grand nombre de projets de partager leur code source. C'est ainsi que naquit la GPL version 1 en février 1989[4].

En 1990, il était devenu évident qu'une licence moins restrictive serait utile pour quelques bibliothèques logicielles. Ainsi, quand la version 2 de la GPL apparut en juin 1991, une nouvelle licence fut créée, la GNU Library General Public License (abrégé GNU LGPL ou LGPL) prenant elle aussi la version 2 pour marquer leur lien de parenté. Les numéros de versions sont devenus différents en 1999 quand la version 2.1 de LGPL est arrivée. La LGPL a changé de nom en même temps afin de mieux réflèter sa place par rapport à l'esprit GNU : elle s'appelle désormais la GNU Lesser General Public License (toujours abrégé GNU LGPL ou LGPL).

En 2005, Richard Stallman a commencé à écrire la version 3 de la GPL. En 2006, la Free Software Foundation a commencé une consultation du public d'une durée de 12 mois sur les possibles changements de la GPL version 3. Le processus est géré par la Free Software Foundation, la Software Freedom Law Center et la Free Software Foundation Europe. La troisième version de la GPL a été publiée le 29 juin 2007[5]. Le premier projet à utiliser la nouvelle version de la licence est le logiciel d'archivage tar, version 1.18[6],[7], publié par la FSF elle-même. Le 20 novembre 2007, 1 162 projets avaient migré vers la GPL version 3[8].

Les termes[modifier | modifier le code]

Les droits garantis[modifier | modifier le code]

Les termes de la GPL autorisent toute personne à recevoir une copie d'un travail sous GPL. Chaque personne qui adhère aux termes et aux conditions de la GPL a la permission de modifier le travail, de l'étudier et de redistribuer le travail ou un travail dérivé. Cette personne peut toucher de l'argent pour ce service ou bien ne rien toucher. Ce dernier point distingue la GPL des autres licences de logiciels qui interdisent la redistribution dans un but commercial. Stallman pense que le logiciel libre ne devrait pas placer de restriction sur l'utilisation commerciale, et la GPL indique explicitement qu'un travail sous GPL peut être (re)vendu. En cas de modification, le résultat doit être placé sous la même licence.

Le copyleft[modifier | modifier le code]

La GPL ne donne pas à l'utilisateur des droits de redistribution sans limite. Le droit de redistribuer est garanti seulement si l'utilisateur fournit le code source de la version modifiée. En outre, les copies distribuées, incluant les modifications, doivent être aussi sous les termes de la GPL.

Cette condition est connue sous le nom de copyleft, et il obtient son origine légale du fait que le programme est « copyrighté ». Puisqu'il est copyrighté, l'utilisateur n'a aucun droit de le modifier ou de le redistribuer, sauf sous les termes du copyleft. On est obligé d'adhérer à la GPL si on souhaite exercer des droits normalement limités (voire interdits) par le copyright, comme la redistribution. Ainsi, si on distribue des copies du travail sans respecter les termes de la GPL (en gardant le code source secret par exemple), on peut être poursuivi par l'auteur original en vertu du copyright.

Le copyleft emploie ainsi le copyright pour accomplir l'opposé de son but habituel : au lieu des restrictions imposées, il accorde des droits d'utilisation. C'est pour cette raison que la GPL est décrite comme un détournement du copyright. Elle assure également qu'on n'accorde pas de droits illimités de redistribution par l'intermédiaire de n'importe quel bogue légal trouvé dans les termes du copyleft.

Beaucoup de distributeurs de programmes sous GPL fournissent le code source avec l'exécutable. Pour s'acquitter des obligations du copyleft, une autre possibilité est de fournir sur demande le code source sur un support physique, par exemple un cédérom. Dans la pratique, beaucoup de programmes sous GPL sont distribués sur Internet et leur code source est disponible sur FTP, CVS, Git… Cette distribution par Internet étant compatible avec la licence GPL.

Le copyleft s'applique uniquement quand une personne veut redistribuer le programme. On est autorisé à faire des versions modifiées privées, sans aucune obligation de divulguer les modifications effectuées sur le programme s'il n'est distribué à personne. Le copyleft s'applique uniquement au programme et non à ses sorties. Par exemple, un portail Web utilisant une version modifiée privée d'un CMS sous GPL ne sera pas obligé de livrer ses sources. Cette situation est corrigée par l’Affero General Public License, une version de la GPL 3 qui ajoute un paragraphe pour accorder aux utilisateurs d’un programme accédé par un réseau les mêmes droits que les utilisateurs d’un programme installé localement.

La licence[modifier | modifier le code]

La GPL a été conçue comme une licence, plutôt que comme un contrat[9], [10]. Dans les juridictions de droit commun (Common Law, notamment les pays anglo-saxons, membres ou issus du Commonwealth), la distinction entre une licence et un contrat est importante : les contrats relèvent du droit des contrats, tandis que les licences (et donc la GPL) relèvent du droit d’auteur (copyright). Cependant, cette distinction n’est pas utile dans les nombreuses juridictions où il n’y a pas de différences entre les contrats et les licences, comme dans les systèmes de droit civil (Code civil ou Civil Law, notamment nombre de pays latins et de pays continentaux européens ainsi que leurs anciennes colonies). La situation dans les pays de droit islamique ou appliquant un double droit civil et coutumier peut être différente en fonction des personnes ou organisations concernées et de la loi qui s'applique à eux, la distinction est alors aussi importante pour savoir quel droit s'applique.

Le principe appliqué par l'auteur de la GPL est le suivant :

  • Le droit d'auteur interdit la copie, la distribution et les travaux dérivés, sans permission de l'auteur.
  • Une violation d'une de ces interdictions n'est pas une violation de licence, mais une violation de la loi.
  • À travers la GPL, l'auteur donne unilatéralement des permissions, soigneusement limitées, mais sans contre-partie.
  • Ne pas respecter une des clauses de la GPL revient donc à commettre sans permission un acte interdit par le droit d'auteur, donc à violer la loi.
  • Comme aucune contre-partie n'est demandée à l'utilisateur, les logiciels sous GPL peuvent en principe être installés sans accepter les termes de la licence (en cliquant sur un bouton J'accepte). En effet, l'auteur ne demande rien à l'utilisateur, ce dernier n'a donc rien à accepter.

Bien que l'utilisateur n'ait rien à accepter, il doit cependant prendre garde au fait que les permissions qui lui sont accordées à travers la GPL sont très soigneusement limitées, et qu'une grande attention est nécessaire pour utiliser toute l'étendue de ces permissions sans dépasser la limite.

Facturation / « gratuité » de source[modifier | modifier le code]

Le principe de licence libre n’interdit pas en effet de faire payer l’accès à l’œuvre, il garantit juste des libertés sur l’œuvre une fois celle-ci obtenue. Cela est d’autant moins bien compris que dans les faits, la majorité des œuvres sous licences libres sont disponibles gratuitement. D’autant que si une œuvre sous licence libre n’est au départ disponible que contre paiement, dès la première diffusion l’œuvre peut être rediffusée gratuitement en toute légalité.

Malgré de nombreux rappels de la Free Software Foundation, notamment celui sur sa propre page d’accueil[11], même certains membres des communautés du logiciel libre pensent que facturer un logiciel GPL est illégal. Des dizaines de sociétés, parmi lesquelles Red Hat et Novell, qui continuent à facturer des logiciels libres, nous prouvent quotidiennement le contraire.

Les seules mentions du prix dans la GPL apparaissent dans la section 1, qui dit que: « Vous pouvez faire payer l’acte physique de transmission d’une copie, et vous pouvez, à votre discrétion, proposer une garantie contre rémunération. », et, dans la section 3b, stipule que le code source doit être fourni « à un tarif qui ne soit pas supérieur à ce que vous coûte l’acte physique de réaliser une distribution source. »

La clause « la liberté ou la mort »[modifier | modifier le code]

La section 7 de la GPL est parfois étiquetée comme la clause « la liberté ou la mort » parce qu’elle stipule que les obligations imposées par les décisions de justice ou les allégations de contrefaçon de brevet ne libèrent pas les utilisateurs des conditions de la licence. À la place, s’ils ne peuvent pas satisfaire simultanément les obligations imposées et celles de la GPL, ils doivent stopper la distribution du programme. Selon Fontana, beaucoup d’utilisateurs interprètent la section 7 de manière beaucoup trop rigoureuse. Bien que la section ne s’applique qu’aux licences de brevet qui interdisent aux utilisateurs de disposer pleinement des droits de la GPL, Fontana déclare « Quelques-uns interprètent cette section comme interdisant la distribution de code sous GPL qui serait soumis à une quelconque licence de brevet non sous-licenciable. » De plus, « d’autres se sont inquiétés de l’existence d’un brevet potentiellement applicable, ou de quelque loi ou régulation qui puisse potentiellement s’appliquer à toute personne dans un ressort particulier et qui suffise à saisir cette juridiction. » Aucune de ces interprétations n’est soutenue par le texte actuel de la licence.

L’application réelle de la licence GPL est complexe car la réalité, les intérêts de chaque partie, et les moyens de rémunération sont complexes : il faut donc analyser globalement.

  • La licence octroyant une redistribution libre du code source, « à un tarif qui ne soit pas supérieur à ce que vous coûte l’acte physique de réaliser une distribution source ». Et ce, même s’il a été acheté ou vendu une première fois (relation simple et unique acheteur/vendeur)[12].
    • La GPL n’a pas été adaptée à un système complexe, et ne devrait pas s’y appliquer telle quelle, car une règle ou licence simple dans un système complexe peut toujours être contournée et ceci constitue tout de même une infraction à ladite licence et c’est ce manquement qu’il faut pointer du doigt et affirmer que la licence ne peut s’appliquer telle quelle dans certaines conditions de marché. En cas de manque dans la licence, c’est la législation du pays quant au droit d'auteur qui s’applique ici.
    • Dans un marché qui serait mixte avec des moyens de rémunération publicitaire (ex. : Google), ou d’autres rémunérations indirectes (c’est-à-dire autre que la relation achat du client), avec pour exemple concret l’achat de place sur le marché mixte et la création de monopole selon le nombre d’utilisateurs potentiels touchables par la publicité (ou dans le marché). L’actualité dans le logiciel libre pour Ubuntu et sa logithèque qui pourrait proposer des logiciels libres et des logiciels propriétaires et créer des rémunérations tierces, comment alors identifier le code source « gratuit »[13], constituant un marché rémunérateur mixte (du code, des applications compilées, libres et propriétaires) est en plus complexe en condition de monopole. Monopole que la GPL était censée annihiler (dans sa philosophie, et dans les dires de ses créateurs[14],[15]), avec un marché ouvert tendant vers les prix les plus bas et compétitifs, c’est-à-dire un capitalisme parfait. On remarque alors que l’erreur commune, en plus de croire que la licence signifie la gratuité (même s’il faut affirmer également que la gratuité est un non-dit lié à l’intention de la licence, au niveau inconscient, c’est-à-dire que la licence a été faite pour un marché parfait qui tend vers le plus bas prix, la gratuité, si vous avez la liberté de faire ce que vous voulez du code source et compilé, de le redistribuer, de le modifier et de l’échanger comme bon vous semble[16]), est de croire que la licence GPL vise le capitalisme parfait alors qu’elle n’est pas adaptée à un système complexe.

Compatibilité[modifier | modifier le code]

Certaines licences libres ne peuvent pas se combiner avec la licence GPL. Les contraintes imposées par chaque licence sont parfois incompatibles et il est alors interdit de les mélanger. La Free Software Foundation publie la liste des licences considérées comme compatibles avec la GPL[17].

Les copyright détenus sur la GNU GPL[modifier | modifier le code]

Le texte de la GPL est lui-même copyrighté, et le détenteur de ce copyright est la Free Software Foundation (FSF). Or, la FSF ne détient pas de copyright sur un travail réalisé sous la GPL, sans que l'auteur ait explicitement accordé le copyright à la FSF. À l'inverse du travail réalisé sous la GPL, la GPL n'est pas elle-même modifiable librement : copier et distribuer le texte est autorisé, mais le changer est strictement interdit. La FSF autorise la création de nouvelles licences basées sur la GPL, tant que les licences dérivées n'utilisent pas le début de la GPL sans permission.

La valeur juridique[modifier | modifier le code]

Le tribunal de grande instance de Paris a jugé applicable la licence GPL (version 2) en France le 28 mars 2007[18].

Les licences CeCILL ont été mises en place afin de permettre à des établissements publics de publier leurs travaux logiciels sous licence libre rédigée selon le droit français. La licence CeCILL est compatible, depuis sa version 2, avec la licence publique générale GNU.

En Allemagne, on peut noter que le projet Netfilter a obtenu gain de cause suite à une violation de GPL de la part de la société Sitecom GmbH.

Harald Welte, fondateur du projet gpl-violations.org, poursuit les sociétés et les programmeurs coupables, selon lui, d'une violation de la GPL. Il a déjà obtenu, depuis 2004, une trentaine de conciliations, après avoir engagé des poursuites dans certains cas.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Autres licences GNU[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Texte de la licence[modifier | modifier le code]

Aspects juridiques[modifier | modifier le code]

Autour de la licence[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. GPL v2 sur le site de l'OSI
  2. License Committee Report for August 2007
  3. Définition d'un logiciel libre
  4. http://www.gnu.org/licenses/old-licenses/gpl-1.0.html
  5. (en) GPLv3
  6. LWN. GPLv3 is out. 29 juin 2007.
  7. Free Software Foundation. Tar - GNU Project. 29 juin 2007.
  8. Articles : Publication de la licence « GNU Affero General Public Licence Version 3 » qui se base sur Palamida GPLv3 and LGPLv3 information
  9. (en) Free Software Matters: Enforcing the GPL, I, Eben Moglen, 12 août 2001
  10. (en) The GPL Is a License, not a Contract, Pamela Jones, 3 décembre 2003, LWN.net
  11. http://www.gnu.org/home.fr.html
  12. Le projet GNU, par Richard Stallman : * Vous avez la liberté de l’exécuter, pour quelque motif que ce soit. * Vous avez la liberté de modifier le programme afin qu’il corresponde mieux à vos besoins (dans la pratique, pour que cette liberté prenne effet, il vous faut pouvoir accéder au code source, puisqu’opérer des modifications au sein d’un programme dont on ne dispose pas du code source est un exercice extrêmement difficile). * Vous disposez de la liberté d’en redistribuer des copies, que ce soit gratuitement ou contre une somme d’argent. * Vous avez la liberté de distribuer des versions modifiées du programme, afin que la communauté puisse bénéficier de vos améliorations. Le mot anglais «free» se réfère ici à la liberté, et non au prix, il n’est donc pas contradictoire de vendre des copies de logiciels libres. En réalité, cette liberté est cruciale : les compilations de logiciels libres vendues sur CD-ROM sont importantes pour la communauté, et le produit de leur vente permet de lever des fonds pour le développement du logiciel libre.
  13. « Logithèque Ubuntu » remplacera « Synaptic » dans la prochaine LTS
  14. Stallman : The enemy is proprietary software.
  15. These laws originated separately, evolved differently, cover different activities, have different rules, and raise different public policy issues. Copyright law was designed to promote authorship and art, and covers the details of a work of authorship or art. Patent law was intended to encourage publication of ideas, at the price of finite monopolies over these ideas — a price that may be worth paying in some fields and not in others. Trademark law was not intended to promote any business activity, but simply to enable buyers to know what they are buying. Did You Say « Intellectual Property »? It’s a Seductive Mirage by Richard M. Stallman, accessed on 18 February 2005
  16. * Liberté parce que l’utilisateur est libre de faire ce qu’il veut avec le programme. * Égalité parce que tous les utilisateurs disposent des mêmes libertés. * Fraternité parce que chaque utilisateur a la possibilité de partager le programme avec le monde. (…) On peut comparer cette philosophie du logiciel libre avec la «source ouverte ». Cette dernière ne mentionne jamais et ne critique pas le problème social de la domination des utilisateurs par les développeurs du logiciel privateur de liberté ; il propose seulement une méthode de développement logiciel. Or, interdire la coopération entre les gens est insupportable, parce que l’aide au voisin est la base de la société : interdire le partage, c’est attaquer la société à sa base. (…) Le problème est de reconnaître que le logiciel doit être libre et que n’importe quel logiciel privateur est une menace sociale.
  17. Liste de licences compatibles avec la GPL
  18. La licence Gnu GPL reconnue par la justice française - PC INpact