Libération (journal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Liberation (journal))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Libération.
Libération
Image illustrative de l'article Libération (journal)

Pays France
Langue Français
Périodicité Quotidienne
Format Tabloïd
Genre Presse nationale, journal d'opinion
Prix au numéro 1,70
Diffusion 105 813[Note 1] ex. (2013)
Fondateur Jean-Paul Sartre, Serge July, Philippe Gavi, Bernard Lallement
Date de fondation 1973
Éditeur SARL Libération
Ville d’édition Paris

Propriétaire Bruno Ledoux et Patrick Drahi, actionnaires principaux
Directeur de la rédaction Laurent Joffrin et Johan Hufnagel[1]
Rédacteur en chef Gérard Lefort, Olivier Costemalle (Internet), Christophe Boulard (technique), Françoise-Marie Santucci (Next)
ISSN 0335-1793
Site web www.liberation.fr

Libération est un quotidien français paraissant le matin, disponible également dans une version en ligne.

Fondé sous l'égide de Jean-Paul Sartre, le journal paraît pour la première fois le 18 avril 1973 et reprend le nom d'un titre de presse similaire créé en 1927 par le libertaire Jules Vignes, nom qui sera également celui d'un des journaux de la Résistance dirigé par Emmanuel d'Astier de La Vigerie.

Situé à l'extrême gauche à ses débuts, Libération évolue vers la gauche sociale-démocrate à la fin des années 1970 après la démission de Jean-Paul Sartre en 1974. En 1978, le journal n'a déjà plus rien de maoïste : Serge July le décrit alors comme « libéral-libertaire »[2]. Aujourd'hui, sa ligne éditoriale est toujours de centre-gauche ou de gauche sociale-démocrate, selon le spectre politique français habituellement utilisé, et son lectorat est majoritairement de gauche[3].

Une Société des rédacteurs a pour mission de veiller à l'indépendance journalistique. La rédaction respecte le principe de protection des sources d'information des journalistes.

Libération a pour actionnaires de référence les hommes d'affaires Bruno Ledoux — propriétaire du siège du journal — et Patrick Drahi - propriétaire des sociétés Numéricable et SFR.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue sur le quartier de la terrasse du journal.
Laurent Joffrin, président du directoire du 22 novembre 2006 au 1er mars 2011.
Vote sur la proposition de Nicolas Demorand au poste de Directeur de la rédaction.
Nicolas Demorand, président du directoire de mars 2011 à février 2014.
Débat le 15 mars 2014, salle du hublot

Libération no 1, première époque : Jean-Paul Sartre[modifier | modifier le code]

En 1972, Jean-Claude Vernier, ancien élève de l'École centrale de Paris et militant maoïste, rencontre au quotidien Paris-Jour, alors en grève et occupé par ses salariés, Jean-René Huleu, journaliste hippique, qui imprime, sur place, un bulletin quotidien appelé Pirate afin de rendre compte des luttes ouvrières de la région (affaire de Bruay-en-Artois) ou des répressions policières (affaire Alain Jaubert)[4]. Jean-Claude Vernier, qui cogère déjà avec Maurice Clavel l’Agence de presse Libération (APL, agence de presse créée le 18 juin 1971 sur le modèle du Centre Landry animé par Pierre Vidal-Naquet lors de la guerre d'Algérie ou du Liberation News Service (en), agence de presse underground des révolutionnaires américains[5]), en rapporte à Paris l'idée d'un journal populaire de gauche. Le projet est repris par Benny Lévy, dirigeant de la Gauche prolétarienne, afin de relancer son mouvement qui était en train de s'étioler.

Le 6 décembre 1972, une réunion préparatoire au lancement d'un nouveau quotidien nommé Libération se tient à Paris. Cinq personnes s'y trouvent rassemblées derrière deux tables mises bout à bout : Jean-Paul Sartre, Jean-Claude Vernier, Jean-René Huleu, Serge July et Philippe Gavi. Claude Mauriac, qui a été convié à cette réunion, raconte la séance dans son journal[6].

En février 1973, Jean-Paul Sartre, Serge July, Philippe Gavi, Bernard Lallement et Jean-Claude Vernier fondent le journal Libération. Un manifeste, rendu public le 3 février, constitue la charte politique du journal dont la doctrine devait être « Peuple, prends la parole et garde-la ». Le quotidien se voulait sans publicité ni actionnaires financiers.

Un premier numéro de quatre pages paraît le lundi 5 février 1973, avec cette profession de foi, en encadré : « La politique pour « Libération », c'est la démocratie directe. Aujourd'hui, élire un député, c'est vouloir que le peuple ne dise son mot, qu'une fois tous les cinq ans. Et encore, pendant ces quatre années, « l'élu du peuple » peut-il faire ce qu'il veut ? Il n'est pas placé sous le contrôle de ses électeurs ; il ne représente que lui-même. Mais si des gens du peuple veulent dire pourquoi ils voteront, ils pourront le faire dans « Libération ». Cette forme de débat est possible dans les colonnes du journal. Pour sa part, l'équipe de « Libération » refuse de cautionner un système qui coupe la parole au peuple. »[7]

Un autre quatre pages paraît le 18 avril 1973, lançant une souscription pour le financement « d’un organe quotidien entièrement libre ». Le 22 mai, Libération sort pour la première fois régulièrement en kiosque au prix de 0,80 franc[8].

Jean-Paul Sartre et Jean-Claude Vernier sont les premiers directeurs de publication du journal. Ils le restent jusqu’à leur démission le 24 mai 1974 pour désaccord avec Serge July, qui leur succède.

Libération encourage à cette époque tous les combats des opprimés. Quand les travailleurs de Lip, menacés de licenciement, occupent leurs usines, Libération titre en première page « Travailleurs, vous pouvez faire de même ». En 1978, le journal cesse sa bienveillance envers l'action violente et le terrorisme d'extrême gauche lorsqu'il publie le 18 octobre, à la suite de la mort suspecte en prison des membres de la Fraction armée rouge Gudrun Ensslin et Jan-Carl Raspe, « RAF-RFA : la guerre des monstres », ce qui provoque la rupture avec ses lecteurs autonomes[9]. Le journal refuse les publicités payantes, car la direction est convaincue que sans indépendance financière, une indépendance politique est impossible.

En avril 1975, le journal salue la victoire des Khmers rouges en plaçant en une : « Phnom Penh : sept jours de fête pour une libération »[10].

De 1973 à 1981, Libération est dirigé par ses salariés ; il n'y a pas de hiérarchie des salaires et toutes les décisions importantes sont prises par l'assemblée générale des salariés, à la majorité des voix.

C'est Libération qui introduit à cette époque, ou du moins généralise dans la presse française la pratique des jeux de mots dans les titres[11].

Libération no 2[modifier | modifier le code]

Le journal traverse plusieurs crises, entraînant plusieurs interruptions. La parution est suspendue le 21 février 1981. Après un plan de licenciement, il reparaît le 13 mai, soit 3 jours après la victoire de François Mitterrand à l'élection présidentielle (un « numéro zéro » est néanmoins paru le lendemain de la victoire, mais il n'a pas été diffusé en kiosque). Son développement est alors assuré par la société d'investissement Communication et Participation créée par le banquier Claude Alphandéry avec la participation de l'assureur Patrick Peugeot et de quelques patrons de gauche autour de Martine Bidegain, Jean et Antoine Riboud[12]. Le nouveau logo à losange rouge est créé par le graphiste Claude Maggiori[13]. La formule évolue alors et se situe de nouveau vers la gauche sociale-démocrate (tout en conservant ses convictions libertaires). Son nouveau rédacteur en chef est Jean-Marcel Bouguereau qui reste à la direction opérationnelle du journal jusqu'en 1987.

Autour de Serge July, l'équipe de direction est vivement critiquée par d'anciens acteurs du mouvement de Mai 68, qui l'accusent d'avoir trahi les principes fondateurs du journal. Le 16 février 1982, les premières pages de publicité apparaissent dans le journal. Serge July justifie alors ce reniement des principes initiaux par un éloge opportun de la publicité: « Non, Libération ne change pas ; c’est la publicité qui a changé. Elle est un art. On ne sait plus très bien où commence la culture et où finit la publicité. Sans elle Libération eût été incomplet »[14].

Dans les années 1980-1990, le tirage de Libération ne cesse d'augmenter. Le journal lance un Libération Lyon, puis un Libération magazine. Afin de multiplier ses ventes, le journal ouvre ses colonnes à des artistes (comme Enki Bilal, auteur de bande dessinée) chargés pour une journée d'illustrer les articles, de modifier les mises en pages… Régulièrement, des suppléments consacrés à des questions politiques ou culturelles accompagnent le journal.

Selon le journaliste Jean Stern, en un peu moins d'une quinzaine d'années, de 1982 à 1996, Libération a perdu son indépendance financière et politique[15].

Libération no 3[modifier | modifier le code]

Le 26 septembre 1994 est lancé Libération 3, un journal de 80 pages qui peine à trouver son lectorat. Échec commercial et financier, la nouvelle formule est abandonnée au cours du second semestre 1995. Le contrôle financier du journal est alors pris par le groupe Chargeurs de Jérôme Seydoux à hauteur de 65 %[16].

Frédéric Filloux devient directeur de la rédaction de Libération de février 1999 à février 2000, qu'il quitte pour la direction de la rédaction du quotidien gratuit 20 minutes.

La diffusion de Libération ne cesse de chuter, encaissant un recul de 20 % en France entre 2001 et 2005 (17 % pour la diffusion totale)[17]. Jérôme Seydoux se désengageant en 2000, la société de capital-risque 3i entre en 2001 à hauteur de 20,8 % du capital mais la bulle internet et l'effondrement des recettes publicitaires accentuent les déficits du journal[18].

Des sursauts ont pourtant lieu. Ainsi, lors de l'élection présidentielle de 2002, le journal augmente considérablement son tirage grâce à ses unes résolument hostiles à Jean-Marie Le Pen. Le lendemain du premier tour, la une comportant une photo de Le Pen avec le simple mot « Non » se vendra à 700 000 exemplaires soit une augmentation de 300 % par rapport au tirage quotidien. En 2003, l'almanach Les trente bouleversantes retrace les trente premières années de Libération. En 2004, c'est 30 années de contre-culture, encensée chaque jour dans les pages du journal, qui sont retracées dans un ouvrage spécial. Mais la tendance est globalement à la baisse.

Arrivée d'Édouard de Rothschild[modifier | modifier le code]

En 2005, le journal a besoin d'un nouveau financement. Serge July se bat alors pour l'entrée dans le capital d'Édouard de Rothschild, et celui-ci est accepté par le conseil d'administration le 20 janvier.

Rapidement le climat se détériore. Lors du conseil d'administration de Libération, qui se tient le mercredi 13 avril 2005, Louis Dreyfus, directeur général adjoint, est élu à l'unanimité directeur général du quotidien, sur proposition du PDG Serge July. Il remplace Evence-Charles Coppée, dont la révocation est approuvée à l'unanimité par les membres du conseil d'administration. Le 25 novembre 2005, le journal est en grève contre la suppression de 52 postes. Début 2006, les actionnaires refusent de suivre la direction du journal[19], le journal perd de plus en plus d'argent et Édouard de Rothschild estime qu'il ne participe pas assez au processus de décision[20]. Dans ce contexte houleux, le journal annonce au mois de mai 2006, la sortie d'un Libé week-end avec un supplément Écrans (télévision, Internet, cinéma…) et un autre intitulé R. Celui-ci sera abandonné dès septembre.

Le journal est alors en cessation de paiement. Il dépose le bilan et une procédure judiciaire de sauvegarde est ouverte. Le plan de sauvegarde (adopté en décembre 2007), prévoit un remboursement sur 10 ans de plus de 15 millions d'euros de dettes[21].

Le 13 juin 2006, Serge July annonce à la rédaction qu'Édouard de Rothschild n'acceptera une recapitalisation qu'à la condition que lui et Louis Dreyfus (directeur général) quittent le journal, et qu'il s'y résoudra pour le sauver. Pour les journalistes, la nouvelle est un choc. Le lendemain, ceux-ci publient en une un communiqué rendant hommage à leur fondateur et exprimant leur inquiétude quant à leur indépendance[22]. Serge July quitte le journal le 30 juin 2006[23].

Les réactions sont nombreuses. Une polémique naîtra, dans les colonnes du journal Le Monde, entre Bernard Lallement, premier administrateur-gérant de Libération, et Édouard de Rothschild. Dans une tribune publiée le 4 juillet 2006, le cofondateur de Libération voit dans le départ de Serge July la fin d'une époque où « écrire était du sens » et brosse un tableau pessimiste de l'avenir du quotidien, et de la presse en général. Il lui oppose cette phrase de Jean-Paul Sartre dans Nekrassov : « L'argent n'a pas d'idées »[24]. Deux jours plus tard, l'actionnaire de référence lui réplique, de façon cinglante, en rappelant que « Libération a besoin d'aides et de supports moraux, intellectuels et financiers. Libération n'a pas besoin de requiem »[25].

L'après Serge July[modifier | modifier le code]

Le 28 juin 2006, Serge July et Louis Dreyfus annoncent leur départ du journal. Vittorio de Filippis, gérant élu de la SCPL (Société civile des personnels de Libération, second actionnaire du titre avec 18,45 % des parts), est nommé provisoirement au poste de président-directeur général. Philippe Clerget, ancien directeur de L'Usine nouvelle, devient directeur général du quotidien à la demande de l'actionnaire de référence.

Un comité opérationnel est mis en place composé de trois salariés, désignés par la SCPL, et de trois administrateurs désignés par Édouard de Rothschild : Agnès Touraine, ancienne présidente du pôle éditions de Vivendi, Guillaume Hannezo, ancien directeur financier de Vivendi, tous deux proches de Jean-Marie Messier et Lionel Zinsou, associé-gérant de Rothschild & Cie et animateur du club Fraternité, cercle de réflexion de Laurent Fabius.

À la suite du changement de direction, plusieurs journalistes souhaitent quitter le journal. Quatre figures importantes, Florence Aubenas, Antoine de Baecque (rédacteur en chef adjoint chargé de la culture), Jean Hatzfeld et Dominique Simonnot (ancienne présidente de la Société des rédacteurs), annoncent « être en désaccord avec ce qui se passe au journal » et demandent de bénéficier de la clause de cession[26], qui permet, lors d'un changement de propriétaire, de quitter l'entreprise en bénéficiant des avantages du licenciement économique. Le 14 septembre, alors que le journal publie un appel à ses lecteurs et à ses actionnaires[27], la rubrique « Quotidienne » de Pierre Marcelle n'est pas publiée, car elle prendrait à partie certains des journalistes susnommés, « dans des termes qui n'ont pas été jugés acceptables »[28].

Le 13 novembre est annoncé l'arrivée de Laurent Joffrin au poste de président du directoire du journal[29]. Quittant alors la direction du Nouvel Observateur, il explique sa décision dans un courrier électronique envoyé à la rédaction : « Les difficultés financières et la crise interne de Libération m'ont conduit à prendre cette décision, la plus difficile de ma vie professionnelle. La disparition de Libération ferait taire une voix importante dans la société française et exclurait de facto la gauche de la presse du matin. C'est cet enjeu politique et social qui motive cette candidature à la direction d’un journal que je connais et au sein duquel j'ai appris mon métier de journaliste[30]. »

Le 22 novembre 2006 au matin, Antoine de Gaudemar (directeur de la rédaction) est remplacé par Laurent Joffrin. Sous sa direction, Libération va soutenir Ségolène Royal pendant la campagne présidentielle de 2007.

En février 2009, Nathalie Collin, ex-présidente d'EMI-France, prend la coprésidence du quotidien auprès de Laurent Joffrin[31]. Sous cette codirection, le journal renoue avec les bénéfices (2010, 2011) et connaît une hausse sensible de sa diffusion (+5,3 % en 2011)[32].

Laurent Joffrin quitte Libération pour retrouver le Nouvel Observateur début 2011. Le 26 janvier 2011, Nicolas Demorand est proposé par Édouard de Rothschild pour prendre la codirection de Libération à partir du 1er mars 2011, aux côtés de Nathalie Collin qui codirige le journal depuis début 2009, et en remplacement de Laurent Joffrin[33]. En août 2011, Nathalie Collin quitte Libération pour prendre la coprésidence du Nouvel Observateur, et la direction générale du groupe Nouvel Observateur, elle est remplacée par Philippe Nicolas au poste de coprésident de Libération. En septembre 2011, Anne Lauvergeon remplace Édouard de Rothschild à la tête du conseil de surveillance du journal.

En 2011, à la suite de la parution de Charia Hebdo, titre donné au no 1011 de l'hebdomadaire Charlie Hebdo dans lequel se trouvent des caricatures de Mahomet, les locaux du journal satirique sont le théâtre d'un incendie criminel. Libération accueille aussitôt sa rédaction dans ses propres locaux et dès le lendemain, un supplément de quatre pages consacré aux dessins de Charlie Hebdo est vendu dans Libé[34]. Quelques jours après, le site internet du quotidien est menacé de piratage par des hackers turcs[35].

Une des premières décisions de Nicolas Demorand est de mettre fin à quatre déclinaisons locales de Libération, les « Libévilles » de Lille, Strasbourg, Rennes et Orléans[36]. Soutenu par les actionnaires, il est rapidement contesté en interne[37], les équipes rejetant sa gestion humaine et rédactionnelle. Dès juin 2011, les personnels de Libération votent une motion de défiance à 78 % en lui reprochant son « isolement », son absence et son management[38], alors qu'il se consacre essentiellement à trouver des sources de financement pour le titre.

Fin 2011 début 2012, Édouard de Rothschild annonce l'arrivée au sein du holding Refondation de l'homme d'affaire Bruno Ledoux au travers sa société BLHM (Bruno Ledoux Holding Media), par ailleurs propriétaire du siège du journal rue Béranger, comme actionnaire de référence à parité avec lui, à hauteur de 26,64%, moyennant un investissement de 7.6 millions d'euros. Ensemble, ils détiennent le bloc de contrôle de Libération avec 53,28% des parts de Refondation (Groupe A).

L’augmentation de capital de Refondation est signée le 27 décembre 2012.

Bruno Ledoux est nommé président de Refondation.

Les conflits entre les journalistes et Nicolas Demorand perdurent. En avril 2012, la Société civile des personnels de Libération (SCPL) dénonce « ligne éditoriale racoleuse, attitude autocrate de leur chef… » et une « greffe [qui] n'a pas pris »[39]. La rédaction lui reproche également de cumuler la direction de la rédaction et la présidence du directoire. Il abandonne cette première fonction le 19 juin 2013, au profit du journaliste Fabrice Rousselot[40]. Les journalistes lui reprochent également les « Unes racoleuses », comme « Casse-toi riche con! » adressée le 10 septembre 2012 à Bernard Arnaud qui vient de demander la naturalisation belge, puis celle du 8 avril 2013 titrée sur « Une possible affaire Fabius », relayant une rumeur à propos d’un compte en Suisse de Laurent Fabius, obligeant Nicolas Demorand à présenter ses excuses aux lecteurs quelques jours plus tard[41],[37].

Financièrement, après un bond de 9,5% sur un an grâce à la campagne présidentielle de 2012, les ventes chutent de 15 % en deux ans, notamment la vente au numéro qui s'effondre de près de 30 %[37]. Le plan d'économie de trois à quatre millions d'euros proposé par Nicolas Demorand à la demande des actionnaires, comprenant la révision des accords sociaux des journalistes, est accueilli par une motion de défiance le 27 novembre 2013, votée par 89,9 % des participants[42],[37].

Crise de 2013-2014: la reprise par Bruno Ledoux et Patrick Drahi[modifier | modifier le code]

Alors que des rumeurs de possible dépôt de bilan circulent dans la presse, le 6 février 2014, les salariés lancent une grève de 24 heures et demandent pour la troisième fois le départ de Nicolas Demorand et du co-président du directoire Philippe Nicolas. Ils s'opposent le lendemain à la publication d'un texte en soutien au projet des actionnaires, en particulier de Bruno Ledoux, de diversifier l'entreprise en s'appuyant sur sa marque et sur la création dans l'immeuble de la rue Béranger d'un espace multimédia autour d'un café Libé et y répondent le 8 février en première page, déclarant « Nous sommes un journal. Pas un restaurant, pas un réseau social, pas un espace culturel, pas un plateau télé, pas un bar, pas un incubateur de start-up... »[37],[43]. Le 13 février, Nicolas Demorand annonce sa démission de la direction du journal dans une interview au Monde[44]. Il est remplacé par François Moulias, représentant de l'actionnaire de référence Bruno Ledoux, tandis que Pierre Fraidenraich, ancien directeur chez Canal+, également proche de Bruno Ledoux, arrive au poste de « directeur opérationnel » du futur groupe qui accueillera Libération et d'éventuelles filiales[45].

À quelques jours d'un dépôt de bilan annoncé comme inéluctable par les membres du directoire, Bruno Ledoux demande la convocation urgente d'un conseil de surveillance qui se tient le 27 mars 2014 où il annonce refuser un tel scénario et indique être en mesure d'organiser le sauvetage du journal au travers de sa société BLHM (Bruno Ledoux Holding Media) dans le cadre d'une augmentation de capital de Libération à hauteur de 18 millions d'euros qui lui serait réservée, l'ensemble des autres actionnaires regroupé au sein de la société Refondation (en particulier Édouard de Rothschild et la famille Caracciolo) étant intégralement dilué. L'augmentation de capital de Libération est votée à l'unanimité. Le co-président du directoire Philippe Nicolas est révoqué sur-le-champ et non remplacé.

Bruno Ledoux est nommé président du conseil de surveillance, en remplacement d'Anne Lauvergeon, démissionnaire.

Matthieu Pigasse et Xavier Niel, co-propriétaires du Monde, officialisent publiquement leur intention de reprendre Libération mais uniquement dans le cadre d'un dépôt de bilan. Cette hypothèse qui, outre la casse sociale, regrouperait en une seule main deux des trois grands quotidiens nationaux est écartée par Bruno Ledoux.

Le 28 avril 2014, le Tribunal de Commerce de Paris valide le plan et le protocole de conciliation proposé par Bruno Ledoux évitant le dépôt de bilan.

Malgré de nombreuses réticences internes, Bruno Ledoux insiste sur la réalisation de son projet et la nécessité de réformer en profondeur le journal, de renforcer les activités web, de fusionner les rédactions papier et web et sur la mise en place d'importantes diversifications dans le domaine d'activités multimédias autour de la marque, tout en préservant le journal papier. Pour se faire, il annonce le retour de Laurent Joffrin au côté de Pierre Fraidenraich et organise un tour de table avec l'arrivée à ses cotés de l'homme d’affaires franco-israélien Patrick Drahi, propriétaire des sociétés Numéricable et SFR, qui confirme être en mesure d'investir la somme de 14 millions d'euros pour sauver le journal.

En mai de la même année, Patrick Drahi verse 4 millions d'euros sous forme de prêt afin, selon un article paru dans Libération, « de laisser le journal en vie le temps de se mettre d’accord sur le montant de sa part dans le reste de la recapitalisation[46] ».

Le 2 juillet, Laurent Joffrin est officiellement renommé directeur de la rédaction, cette fois à 52,8 % des voix. Il est accompagné pour le volet numérique de sa mission par un « numéro un bis »[47], Johan Hufnagel, cofondateur et rédacteur en chef de Slate, qui fut également rédacteur en chef du site web de 20 Minutes et rédacteur en chef adjoint de celui de Libération[48].

Le 31 juillet, l'augmentation de capital de 18 millions d'euros entérinant le sauvetage du journal est signée : celui-ci est contrôlé à 50/50 par Bruno Ledoux et Patrick Drahi qui a sollicité Marc Laufer[49] pour représenter ses intérêts au travers d'une holding commune créée à cet effet : la SAS Presse Media Participation Holding (PMP Holding), actionnaire à hauteur de 85% de la SAS Presse Media Participation (PMP) dont Bruno Ledoux est président du conseil de surveillance et Pierre Fraidenraich le directeur général[50], et qui est elle-même propriétaire de près de 100% de parts de la SARL Libération[51]. Les autres 15% sont détenus par un ensemble d'actionnaires dont Business & Décision représentée par Patrick Bensabat, Michael Benabou (fondateur de la société Vente-Privee.com), la famille Gerbi (fondateur du groupe Gérard Darel), Franck Papazian (Mediaschool Group) et la société Dinojo.

Le 1er août, la clause de cession est ouverte. En septembre, Laurent Joffrin, en accord avec les actionnaires, annonce vouloir supprimer 93 emplois dans la rédaction du journal afin de renouer avec les bénéfices dès la fin 2015[52].

Organisation[modifier | modifier le code]

Le siège social du journal se situe au 11 rue Béranger, dans le 3e arrondissement de Paris.

Depuis le milieu des années 1990, les fonctions de PDG et de directeur de la rédaction sont clairement disjointes. Le PDG fixe les orientations stratégiques (nouvelles formules, suppléments, etc.) tandis que le directeur de rédaction est chargé des choix éditoriaux.

Les statuts du journal prévoient que le PDG propose un directeur à la rédaction auquel celle-ci est libre de donner ou non son aval.

Capital[modifier | modifier le code]

Au 1er août 2014, le journal Libération (SARL Libération) est détenu à hauteur de près de 100% par la société SAS Presse Media Participation (PMP).

PMP est détenue à hauteur de 85% par la société SAS Presse Media Participation Holding (PMP Holding).

PMP Holding est détenue à hauteur de:

  • 50% par la société BLHM (Bruno Ledoux Holding Media) représentée par Bruno Ledoux.
  • 50% par la société Holco B représentée par Marc Laufer (représentant les intérêts de Patrick Drahi).

Bruno Ledoux est président de PMP.

Les autres actionnaires de PMP (15%) sont dans l'ordre des montants d'investissement:

  • La société Business & décision représentée par Patrick Bensabat (spécialisée dans les solutions et développements informatiques).
  • Michael Benabou (co-fondateur de la société Vente-privee.com).
  • La famille Gerbi (fondateur de la société Gérard Darel).
  • La société Mediaschool Group représentée par Franck Papazian (école de journalisme).
  • La société Dinojo.

La SCPL (Société civile des personnels de Libération) veille sur la liberté et l'indépendance du journal.. Les seize membres de cette instance sont élus pour deux ans par l'ensemble des salariés. Ils représentent les trois collèges : rédaction, fabricants et administratifs et commerciaux.

En 2010, Libération est le troisième quotidien français qui reçoit le plus de subventions de l'État avec 14 millions d'euros et, en 2012, avec 6,3 millions d'euros d'aides directes[53] et plus de 10 millions d'aide totale[21].

En 2010 et 2011, le quotidien sort deux résultats d’exploitation positifs de plus de 2,5M€ – réalisant par là une des meilleures performances de la presse écrite – et reçoit le Grand Prix des Médias 2011.

Fin 2012, Libération n'est plus endetté qu'à hauteur de 6,6M€ (passif de sauvegarde) et prévoit un résultat d'exploitation en baisse mais positif à hauteur d’environ 1M€.

Fin 2013, le quotidien prévoit une perte nette de 1,3 million d'euros, le chiffre d'affaires étant de 58 millions. Pressée par les actionnaires, la direction envisage de réviser les accords sociaux des employés. Édouard de Rothschild et les héritiers de l'éditeur italien Carlo Carraciolo annoncent vouloir se désengager[54].

En 2014, Bruno Ledoux annonce vouloir poursuivre l'activité en redéveloppant le journal autour d'un nouveau projet et d'un nouvel actionnariat. Arrivée de Patrick Drahi.

Diffusion[modifier | modifier le code]

En moyenne par jour :

La diffusion payée en France de Libération. Sources (à partir de 2007) : OJD[55].

Année 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Diffusion France payée 169 427 169 011 174 310 164 286 158 115 146 109 142 557 133 270 132 356 123 317 111 584 113 108 119 205 119 418 101 616

Pour comparer avec la diffusion des autres quotidiens nationaux français : voir Presse en France.

Comme pour la plupart des autres quotidiens nationaux français, la diffusion payée a fortement baissé depuis 2001. La croissance amorcée en 2011 ne semble pas se confirmer en 2013 : les chiffres semestriels de 2013 montrant une baisse de 11 % à 19 % par rapport à 2011 et 2012[56]. Pour les neufs premiers mois de l'année 2013, le recul moyen des ventes au numéro est de 29,53 %[57].

Au premier semestre 2014, le titre a une diffusion moyenne de 93 731 exemplaires[58].

Quelques journalistes passés et présents de Libération[modifier | modifier le code]

Société des lecteurs de Libération (SLL)[modifier | modifier le code]

Fin septembre 2006, alors que le journal est menacé d'un dépôt de bilan, des salariés du journal créent la Société des lecteurs de Libération (SLL)[61], afin « de resserrer les liens entre le journal et ses lecteurs [et] d’assurer l’indépendance éditoriale de Libération » dans un « univers médiatique contrôlé par quelques riches familles et groupes industriels. » Un bureau provisoire, constitué de trois salariés (Olivier Costemalle, responsable du service médias à Libération ; Nicolas Cori, journaliste au service économie ; et Martine Peigner, responsable de la promotion), gère les premiers pas de la SLL avec l'aide, notamment, de Karl Laske (journaliste au service Société), Catherine Cordonnier (responsable du CE) et Catherine Coroller (journaliste au service Société).

Selon Olivier Costemalle, « différentes sensibilités [représentatives de la rédaction] cohabitent au sein du bureau actuel. La SLL n’est pas impliquée dans les querelles qui divisent les salariés (et qui ont tendance à s’estomper, puisque le désaccord majeur portait sur la cogérance, qui est maintenant terminée). »[62].

Fin novembre 2006, la SLL revendique plus de 4 000 adhérents et 170 000 euros récoltés. Début décembre 2006, deux personnalités qui partagent les valeurs de Libération mais n'en sont pas salariés, Zina Rouabah et William Bourdon, deviennent coprésidents de la SLL. Ils ont notamment pour mission d’organiser une assemblée générale et de procéder à l’élection de nouveaux responsables au conseil d’administration et au bureau. Cette assemblée générale se tient en avril 2007, confirme Rouabah et Bourdon dans leur fonction, et élit un conseil d'administration qui compte désormais 16 membres. L'association édite un journal dont le 1er numéro[63] sort en août 2007 et le second numéro[64]en juin 2008, anime un site web[61] et organise des rencontres dans toute la France associant des lecteurs aux journalistes. En 2008, si les liens avec la direction du journal se sont largement distendues devant la faible coopération ceux avec la Société Civile des Personnels de Libération (SCPL) ont été réaffirmés notamment par la voix de son président, Christophe Ayad lors de la seconde AG de l'association le 21 juin 2008.

Principales rubriques[modifier | modifier le code]

Elles ont pour nom « Rebonds », « Grand angle », « Portrait »… – intégrées dans le journal – et « Livres », « Libération été »…, en supplément.

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Diffusion totale OJD

Références[modifier | modifier le code]

  1. Johan Hufnagel, le retour d’un enfant du Web à « Libération », Le Monde, 7 juillet 2014
  2. « L’ex-Gauche prolétarienne était “libertaire-autoritaire”, Libération est libéral-libertaire. » Serge July, Esprit, mai 1978.
  3. en 2002, 80% de lecteurs de gauche ; cf. Angélina Peralva et Éric Macé, Médias et violences urbaines : Débats politiques et construction journalistique, Paris, La Documentation Française,‎ 2002, p. 37
  4. Hervé Hamon, Rotman Patrick, Génération II Les années poudres, Le Seuil Points,‎ 1998, p. 348
  5. Rémi Guillot, « Les réseaux d’information maoïstes et l’affaire de Bruay-en-Artois », Les Cahiers du journalisme, no 17,‎ 2007, p. 218
  6. C. Mauriac (1914-1996), Le Temps immobile, t. III, chap. II : « La Goutte d’or », Paris, mercredi 6 décembre 1972 ; Éditions Grasset & Fasquelle, 1976, p. 415-424.
  7. Libération a 40 ans, Feuilletez le premier «Libé» en fac-similé, 4 février 2013, lire en ligne
  8. Soit l'équivalent d'environ 0,61 euro en valeur de 2005
  9. Jacques Guigou, Jacques Wajnsztejn, Violences et globalisation : Anthologie et textes inédits de Temps Critiques, Editions L'Harmattan,‎ 2004, p. 128
  10. "Libé", 40 balais et quelques casseroles - Bruno Deniel-Laurent, Marianne, 27 octobre 2013
  11. Benoît Habert, Pierre Fiala, « La langue de bois en éclat : les défigements dans les titres de presse quotidienne française », Mots, no 21,‎ 1989, p. 84
  12. François Wenz-Dumas, « Claude Alphandéry. Le banquier solidaire », sur liberation.fr,‎ 24 juin 2010
  13. Jean Bayle, « Manifeste pour un art de presse indépendant », La lettre des directeurs artistiques associés,‎ février 2008, p. 6
  14. Benjamin Dormann, Ils ont acheté la presse, Jean Picollec, 2012, 344 p.
  15. Lire : Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais, de Jean Stern, Jean Pérès, acrimed.org, 7 novembre 2012
  16. Patrick Éveno, Le journal Le Monde : une histoire d'indépendance, Odile Jacob,‎ 2001 (lire en ligne), p. 98
  17. « Libération, quotidien en difficulté depuis 2001 », Le Monde, 14 juin 2006.
  18. « Libération dispose d’une marge de manœuvre étroite pour se redresser », Le Monde, 14 octobre 2003.
  19. « Libération ? Un cas d’école pour la presse française », L'Humanité, 26 mai 2006.
  20. « Les raisons d'un divorce », Le Figaro, 14 juin 2006.
  21. a et b Débrancher Libé ? La très longue histoire des difficultés financières du quotidien, Benjamin Dormann, atlantico.fr, 17 février 2014
  22. Depuis trente-trois ans, Serge July, cofondateur de «Libération»…, Libération, 14 juin 2006
  23. Serge July, « Pourquoi je quitte “Libération” », Libération, 30 juin 2006 (article en ligne)
  24. « Une complainte pour Libé », Le Monde, 4 juillet 2006.
  25. « Libération n'a pas besoin de requiem », Le Monde, 6 juillet 2006.
  26. Quatre figures historiques de Libération sur le départ - Le Monde, 8 septembre 2006
  27. Une page difficile dans l'histoire de “Libération” » - Libération, 14 septembre 2006
  28. Libération lance un appel aux actionnaires et aux lecteurs - Le Nouvel Observateur, 15 septembre 2006
  29. Laurent Joffrin, candidat à « Libération », Olivier Costemalle et Gérard Thomas, Libération, 14 novembre 2006
  30. Laurent Joffrin quitte l'Obs pour Libé - Le Nouvel Observateur, 13 novembre 2006
  31. « Nathalie Collin nommée coprésidente du directoire de Libération », Le Nouvel Observateur, 30 janvier 2009 (article en ligne)
  32. 2011, l’échappée belle de « Libération » - Nicolas Demorand, Libération, 2 février 2012
  33. Nicolas Demorand va prendre la co-direction de Libération - Le Nouvel Observateur, 25 janvier 2011
  34. Emmanuel Berretta, « "Charlie Hebdo" revient dès demain dans "Libération" » sur lepoint.fr, 2 novembre 2011
  35. Charlie Hebdo : les hackers turcs menacent Libération - L'Express, 6 novembre 2011
  36. Communiqué de la direction de «Libération», libelille.fr, 30 avril 2011
  37. a, b, c, d et e Edouard de Mareschal, « Les trois ans sous haute tension de Demorand à Libération », LeFigaro.fr, 13 février 2014
  38. Libération : "message d'alerte" pour Demorand, Europe 1, 1er juillet 2011
  39. “Libération” : Nicolas Demorand (encore) au pied du mur ?, Olivier Tesquet, Telerama.fr, 3 avril 2012
  40. http://www.liberation.fr/medias/2013/07/25/fabrice-rousselot-directeur-de-la-redaction-de-liberation_920866
  41. « "Libération" critiqué pour avoir relayé une "rumeur" sur Laurent Fabius », sur Le Monde
  42. Libération : la direction veut baisser les salaires, Alexandre Debouté, Anne Jouan, lefigaro.fr, 26 novembre 2013
  43. De quoi la faillite de Libération serait-elle le nom ?, Serge Federbusch, atlantico.fr, 12 février 2014
  44. « Nicolas Demorand : « J'ai décidé de démissionner de “Libération” » », sur lemonde.fr,‎ 13 février 2014 (consulté le 13 février 2014)
  45. Qui est donc Pierre Fraidenraich ?, liberation.fr, 1er avril 2014
  46. Patrick Drahi : les 4 millions, c’était lui, liberation.fr, 14 mai 2014
  47. Johan Hufnagel et Laurent Joffrin : ils vont diriger “Libé” ensemble, mais tout les oppose, Télérama.fr, 3 juillet 2014
  48. La nomination de Laurent Joffrin approuvée par l'équipe de « Libération », Libération.fr le 2 juillet 2014
  49. fondateur du groupe de presse News Co et ancien numéro deux du groupe NextRadioTv. Voir « L'ex-numéro 2 de Next Radio TV, Marc Laufer, représentera Patrick Drahi à Libération », Stratégies, 17 juin 2014
  50. « Libération » : la crise finie, une nouvelle aventure commence, Libération, 1er août 2014
  51. « Libération » : un accord de recapitalisation à 18 millions signé, Le Nouvel Observateur, 31 juillet 2014
  52. A nos lecteurs, Laurent Joffrin, liberation.fr, 15 septembre 2014
  53. Subventions : la presse passe au contrôle, Vincent Truffy, mediapart.fr, 16 avril 2012
  54. Libération doit se serrer la ceinture, Alexandre Debouté, lefigaro.fr, 25 novembre 2013
  55. « Données pour Libération », sur ojd.com
  56. Déclarations déposées mensuelles, juin 2013, ojd.com
  57. Le journal Sud-Ouest vit-il ses derniers jours ?, infos-bordeaux.fr, 13 novembre 2013
  58. Les ventes du Figaro ont progressé au premier semestre, lefigaro.fr, 1er août 2014
  59. elle a été détenue en otage en Irak du 5 janvier au 11 juin 2005
  60. « Portraitmaton : Luc Le Vaillant, de Libé », OZap.com, 25 février 2005.
  61. a et b Société des lecteurs de Libération (SLL)
  62. Le site web de la Société des lecteurs de Libération
  63. Journal no 1 de la société des lecteurs de Libération
  64. Journal no 2 de la société des lecteurs de Libération
  65. « Livre : Les Unes de Libé », sur Liberation.fr
  66. Luc Le Vaillant, « Le portrait du portrait », sur Liberation.fr,‎ 11 octobre 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]