Liber feudorum Ceritaniae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Miniature du Liber

Le Liber feudorum Ceritaniae[1] est, comme son titre latin l'indique, un livre (liber, en fait un cartulaire) enregistrant les fiefs (feudi) dans les comtés du comté de Cerdagne (Ceritania), qui à l'époque comprenait les anciens comtés du Roussillon et du Conflent, ainsi que les obligations féodales du comte et de ses vassaux. Il est conservé dans le Arxiu de la Corona d'Aragó (Cancelleria Reial, reg. No. 4) et se compose de 272 folios, contenant 379 chartes et 32 miniatures colorées sur un fond d'or. Il a probablement été initialement copié à partir d'une partie du Liber feudorum maior (LFM), qui est plus ancien de plusieurs décennies. Il contient en effet tous les documents relatifs à la Cerdagne et le Roussillon contenus dans le LFM et exactement dans le même ordre, ainsi que six autres documents. La majorité des chartes date des années 1172-6.

Le texte du Liber peut probablement être daté entre 1200 et 1209, bien que Laurent McCrank lui attribue une date postérieure vers 1237-1241[2]. Dans la dernière année, Pierre II d'Aragon a occupé les comtés de Cerdagne et le Roussillon et les a donnés à son oncle Sanche, qui avait été dépossédé d'eux en 1185 par son frère, le père de Pierre, Alphonse II, qui fut roi pendant la période où la plupart des chartes ont été faites. La plus ancienne charte de la collection date du règne de Lothaire Ier.

Ce document est peut-être le premier et le seul complet représentant d'un vaste projet régional de libri feudorum destinés à accompagner le LFM, qui lui-même est resté inachevé[2].

Miniatures[modifier | modifier le code]

Les 32 miniatures sont, à l'exception de celle sur le premier folio, de la main d'un seul artiste. Il y en a une pour chaque document dans le cartulaire et elles sont comparables en taille, avec une hauteur maximale de 11,5 cm et une largeur maximale de 9,5 cm. Elles se ressemblent toutes dans leur contenu, représentant le comte recevant ses vassaux, leurs mains entre les siennes ou négociant avec eux assis sur son trône. La scène est toujours représentée dans un intérieur délimité par de grands arcs et des colonnes. Malgré cela, les miniatures attendent d'être étudiées sur les plans artistiques ou iconographiques[3].

La miniature du premier folio, œuvre d'un artiste différent, représente Isarn et Dalmau, seigneurs de Castellfollit, rendant hommage à Guifred II de Cerdagne. Elle est d'une taille plus grande que celle des autres miniatures et est peinte dans un style byzantin qui devient dominant en Catalogne autour de 1200[4]. Cet artiste a été identifié avec le peintre des devants d'autel de Sant Sadurní Rotgers et d'Avia. Il a également illustré un manuscrit d'Augustin d'Hippone, le De civitate Dei[5].

L'artiste des 31 autres miniatures était probablement catalan d'origine, habitué aux peintures d'autels. Il semble influencé par la production contemporaine des émaux, en particulier ceux de l'école française centrée sur le sud de Limoges et active à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle[6]. Douze des miniatures sont inachevées et révèlent que la couleur et le fond d'or ont été ajoutés par dessus le dessin préalable. Bien que ces miniatures ne soient pas artistiquement remarquables, elles constituent un dossier documentaire riche des figures majeures catalans de l'époque:

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aussi appelé le Liber feudorum Ceritaniae et Rosilionis ("Livre des fiefs de Cerdagne et Roussillon") ou Liber feudorum Confluentis et Ceritaniae ("Livre des fiefs du Conflent et de Cerdagne"). Le Conflent (Confluent) a fusionné avec la Cerdagne en 892, quand il est tombé dans les mains de Guifred le Velu. Le Roussillon (Rosilio) a été attribué à Sanche en 1209, lorsque la Cerdagne a également été restaurée pour lui.
  2. a et b Lawrence J. McCrank (1993), "A Medieval 'Information Age': Documentation and Archives in the Crown of Aragon", American Archivist 56:2.
  3. María Eugenia Ibarburu Asurmendi (1999), De capitibus litterarum et aliis figuris:. Recull d'Estudis miniature médiévale (Barcelone: ​​Edicions Universitat de Barcelone, ISBN 84-475-2243-1), 358.
  4. Ibarburu Asurmendi, 359.
  5. MS. 20 des Archives Capitulaire de Tortosa.
  6. Ibarburu Asurmendi, 360.
  7. Image de la miniature, image de la page.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]