Liber linteus Zagrabiensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Liber Linteus Zagrabiensis)
Aller à : navigation, rechercher
Liber Linteus

Le Liber linteus Zagrabiensis, également appelé Momie de Zagreb ou Liber Agramensis, est un manuscrit étrusque.

Il s'agit d'un « livre », manuscrit sur toile de lin, servant de bandelettes enveloppant une momie trouvée en Égypte et conservé au musée national de Zagreb, d'où son nom.

Datant du Ier siècle av. J.-C. environ[1], il s'agit d'un texte calligraphié en rouge et noir en une douzaine de colonnes verticales et, sur les 230 lignes contenant environ 1 200 mots lisibles, plus une centaine qu'il est possible de déduire du contexte, cinq cents mots originaux émergent compte tenu des répétitions typiques des formules et invocations rituelles. On pourrait définir ce livre une sorte de calendrier religieux évoquant certaines divinités et les cérémonies à accomplir aux lieux et dates indiqués.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1848, Mihajlo Barić (1791-1859), un Croate travaillant à la Chancellerie royale de Hongrie, en voyage dans plusieurs pays, dont l'Égypte, acheta à Alexandrie un sarcophage contenant une momie de femme, comme souvenir de son périple. Barić la plaça dans un coin de la salle de séjour de sa maison de Vienne. Il dit souvent à ses visiteurs que c'était le corps de la sœur du roi Étienne Ier de Hongrie. Il enleva les bandes de lin écrites pour les placer dans un tiroir à part, car il ne s'était pas aperçu de l'importance de ces lignes d'écriture. La momie resta dans sa maison jusqu'à sa mort en 1867, puis passa en la possession de son frère Ilija, prêtre en Slavonie, qui ne lui accorda aucune importance et la donna à l'Institut national de Croatie, Slavonie et Dalmatie de Zagreb, devenu Musée archéologique.

La momie fut alors examinée par l'égyptologue allemand Heinrich Brugsch, qui crut avoir affaire à des hiéroglyphes égyptiens. Ce n'est qu'en 1877, à la suite d'une conversation avec Richard Burton, qu'il s'aperçut que le texte n'était pas de l'égyptien. Il réalisa que le texte était important, mais crut à une translittération du Livre des morts en écriture arabe. En 1891, les bandelettes furent envoyées à Vienne, où elles furent examinées par Jacob Krall, un expert du copte, en pensant que le texte était du vieux copte, du libyen ou du syrien. Krall fut le premier à identifier le langage comme étant de l'étrusque : il établit que les bandelettes de lin constituaient un manuscrit écrit en étrusque.

Déchiffrement[modifier | modifier le code]

On s'accorde aujourd'hui à penser que nul n'a « totalement » déchiffré la langue étrusque[2],[3]. Plusieurs hypothèses circulèrent donc à son sujet. D'après les travaux de Krall, Thorp, Crotzen, Pallotino, Herbig, Runes, Vetter, Olscha, on a compris que le Liber Linteus était sorte de calendrier, rituel prescrivant à leur date de l'année, 18 juin, 26 septembre... des cérémonies en l'honneur de Jupiter, Neptune et d'autres Dieux[4]. Le Liber Linteus n'est pas déchiffré vu que l'écriture étrusque ne l'est pas entièrement  : on pourrait cependant observer des catégories de mots connus, comme des dates de calendrier, des noms divins, ou encore des indications relatives aux sacrifices. Si l'on joint à ces catégories l'élément verbal, il serait déjà possible de distinguer et, avec l'aide étymologique fournie par la grammaire louvite, de transposer des phrases voire l'entièreté d'une section répétitive. « Dès lors, nous sommes confrontés à des instructions liturgiques »[5]. On qualifie généralement de Liber Linteus de calendrier religieux accompagné de formules de rites et de prières, les prières se distinguant des prescriptions liturgiques par leur aspect formel, leur structure fixe et des constantes dans l'ordre des mots, mais certains mots étrusques restent une pure énigme[6]. On en aurait traduits d'autres, comme les mois du calendrier, eslem zatrhumis acale des divinités, Nethuns (Neptune), Catha (Dieu solaire), Veive ou sacni, sanctuaire[7].

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] datation au Carbone 14, Zagreb.
  2. État actuel du déchiffrement de la langue étrusque, 1971.
  3. Le linguiste Maurice Guignard, mort en 2001, affirma l'avoir fait (Maurice Erwin Guignard : Comment j'ai déchiffré la langue étrusque. Impr. Avisseau, Burg Puttlingen 1962, Bonneval 1965) : voici une traduction fantaisiste, qu'il aurait effectuée, des cinq premières lignes du Liber Linteus : [2] Strophes étrusques: - Ceia hia etnam ciz trin velθre. Male ceia hia etnam ciz vacl aisvale. Male ceia hia trinθ etnam ciz ale. Male ceia hia etnam ciz vacl vile vale. Staile itrile hia ciz trinθasa sacnitn. Translation urnordisk (ancien nordique): - Skæva hjá Œthnum síth Veizla threnn hveldr. Mál skæva hjá Œthnum síth Veizla œs-vále. Mál skæva hjá threnn thá Œthnum sít Ale. Mál skæva hjá Œthnum síth Veizla vill-vále. Stæle i-trylle hjá (œthnum) síth threnn thá sa saknithin. Traduction française: - Gambade avec frénésie, ensorcelle le banquet, trois fois renverse-toi. En cadence gambade avec frénésie, ensorcelle le banquet, avec fureur lamente-toi. En cadence gambade trois fois alors avec frénésie, ensorcelle le temple. En cadence gambade avec frénésie, ensorcelle le banquet, sauvagement lamente-toi. Chante, transforme-toi en troll avec frénésie, ensorcelle alors trois fois ce disparu.
  4. Jacques Heurgon, la Vie quotidienne chez les Étrusques, Hachette, p. 277.
  5. Lire : F. C. WOUDHUIZEN, « Ritual prescriptions in the etruscan Liber linteus », Res Antiquae 5, Bruxelles, 2008, p. 281-296 Ed Safran
  6. Helmut Rix in Les plus religieux des hommes. État de la recherche sur la religion étrusque. Actes du colloque international, Galeries nationales du Grand Palais, 17-18-19 novembre 1992, publiés sous la direction de F. Gaultier et D. Briquel p.232.
  7. [3] Religion in ancient Etruria Par Jean-René Jannot p.35.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]