Liane Berkowitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liane et Berkowitz.
Photographie de Liane Berkowitz

Liane Berkowitz (née le 7 août 1923 à Berlin; exécutée le 5 août 1943 à la prison de Plötzensee dans la même ville) est une résistante, allemande d'origine russe, contre le national-socialisme qui fut proche de l'Orchestre rouge et guillotinée à Berlin à la veille de ses vingt ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Liane Berkowitz était la fille du premier violon et chef d'orchestre Victor Vassiliev [1] et de sa femme, professeur de chant. La famille avait fui en 1923 la Russie bolchévique jusqu'à Berlin, où Liane voit le jour. Peu après la mort de son père, sa mère épouse Henry Berkowitz qui adopte aussitôt Liane. Berkowitz l'inscrit en 1941 dans un lycée privé en cours du soir afin qu'elle prépare le baccalauréat.

Elle se rapproche d'un cercle d'amis autour de sa camarade de classe Eva Rittmeister et de son mari le docteur John Rittmeister, auquel appartiennent également Ursula Goetze, Otto Gollnow, Fritz Thiel et Friedrich Rehmer. Sous l'impulsion de John Rittmeister, ce cercle d'amis évolue en un groupe d'opposants au Troisième Reich, qui travaillera plus tard avec Harro Schulze-Boysen (membre de l'Orchestre rouge) contre le régime nazi. Liane tombe amoureuse de Friedrich Rehmer ; elle est enceinte de lui lors de son arrestattion.

Avec Otto Gollnow (son amant était alors blessé à l'hôpital), Liane Berkowitz colle le soir du 17 mai 1942 une centaine d'affiches entre Kurfürstendamm et la Uhlandstraße à Berlin. Sur ces affiches on pouvait lire :

« Exposition permanente - Le paradis nazi - Guerre - Faim - Mensonge - Gestapo - Combien de temps encore ? ».

Il s'agissait ainsi de protester contre l'exposition "Le paradis soviétique" organisée par le Département de la propagande du Reich du NSDAP et de démontrer qu'une résistance anti-nationale-socialiste était encore active en Allemagne. On ne sait pas exactement si, lors de cette action, Liane Berkowitz et Gollnow étaient discrètement accompagnés et protégés par Harro Schulze-Boysen.

Liane Berkowitz est emprisonnée et mise en accusation le 26 septembre 1942. Friedrich Rehmer, qui était soigné à l'hôpital de Britz à Berlin d'une grave blessure de guerre sur le front de l'est, est sorti de l'hôpital et mis en prison le 29 novembre. Le 18 janvier 1943, la deuxième chambre du Tribunal de guerre du Reich condamne Liane Berkowitz, Rehmer, ainsi que d'autres participants au collage d'affiches ...pour aide à la préparation d'une haute trahison et d'une collaboration avec l'ennemi. Irina, la fille de Liane, naît le 12 avril 1943 à la prison pour femmes de la rue Barnim. À partir de juillet 1943, Irina a été élevée par sa grand-mère.

Dans sa transmission du jugement à Adolf Hitler, le tribunal avait recommandé la libération de Liane Berkowitz en raison de sa grossesse. Cette possibilité a été refusée et la sentence de mort a été confirmée et contresignée par le général Wilhelm Keitel.

Liane Berkowitz est guillotinée le 5 août 1943 à la prison de Plötzensee; Friedrich Rehmer l'avait été le 13 mai 1943. Leur fille Irina est morte en octobre 1943 à l'hôpital d'Eberswalde dans des circonstances troubles. On se sait pas exactement si elle a été la victime d'une opération nazie, où si elle est morte des conséquences de la sous-alimentation de Liane Berkowitz pendant la grossesse.

Liane Berkowitz appartenait à l'Église russe orthodoxe. Ses lettres de prison sont empreintes d'une grande religiosité. Le prêtre catholique Peter Buchholz lui a donné la communion le jour de sa mort.

Liane Berkowitz habitait dans le quartier de Schöneberg, au numéro 1 de la place Viktoria-Luise, où une plaque célèbre son souvenir. Le 18 janvier 2000, une place Liane-Berkowitz a été inaugurée entre le Südwestkorso, la rue Wilhelmshöher et la rue Rheingau, dans le quartier de Friedenau.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Wasiljew selon l'orthographe allemande

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

(de) L'orchestre rouge - Fac-similé du rejet du recours en grâce

Source[modifier | modifier le code]