Li He

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Li.

Li He

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Li He (gravure de 1743)

Activités poète
Naissance 791
Changgu, Chine
Décès 817
Changgu, Chine
Langue d'écriture chinois
Genres poésie

Li He (chinois 李賀), ou Li Ho, né en 791 à Changgu (préfecture de Yigang, dans le Henan), mort en 817 au même endroit, est un poète chinois de l'époque Tang.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille descend d'un prince de la maison impériale des Tang. Li He est remarqué en 809 par les lettrés Han Yu et Wang Fushi, qui le prennent sous leur protection.

En 810, il est interdit de candidature à l'examen de Jinshi, en raison d'un tabou onomastique. Han Yu défend Li He en écrivant à cette occasion un essai contre les tabous onomastiques[1]. Li He occupe à partir de 811 un emploi subalterne de fonctionnaire dans la capitale Chang'an. Il est dès cette époque malade de la tuberculose. Il démissionne et rejoint sa mère à Changgu en 814. En 815, il entre au service du gouverneur militaire de Luzhou, dans le Shanxi, avant de revenir à Changgu où il meurt en 817, en confiant le manuscrit de ses poèmes à un ami, Shen Ziming[2].

Le poète Li Shangyin a écrit une courte biographie de Li He moins de trente ans après la mort de ce dernier.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Ce n'est que quinze ans après la mort de Li He que ses poèmes sont publiés, avec une préface du poète Du Mu. Au fil des éditions, sont réunis 243 poèmes, essentiellement de forme courte. L'évocation dans ces poèmes de thèmes comme la maladie ou la mort l'a longtemps fait négliger des anthologies de la poésie chinoise compilées par la suite. Le recueil de ses poèmes a été édité sans ordre défini par l'auteur, on y trouve cependant deux « suites » de treize poèmes chacune. La première est celle des treize Lunes, datant de 809, la seconde celle des Poèmes de mon jardin au midi cinq ans plus tard[3].

Les treize Lunes correspondent au calendrier lunaire, avec un mois complémentaire, et ont été composées en vue du passage de l'examen de doctorat (jinshi). Li He s'y révèle esthète et poète de la nature[4].

Li He a été influencé par le bouddhisme et surtout par le chamanisme — il avait comme livres de chevet le Lankāvatāra sūtra et le Li sao, extrait des Chants de Chu. Ses visions sont en effet semblables à celles des chamans conservées dans les Chants de Chu[5] : par le côté fantastique de sa poésie, Li He en le continuateur, et J. Pimpaneau évoque à son sujet les figures de Bosch ou William Blake[6]. D'après la Nouvelle Histoire des Tang, son œuvre est « d'une singularité saisissante, en rupture avec la tradition littéraire la mieux établie[7] ».

Postérité[modifier | modifier le code]

Un de ses poèmes a été mis en musique en 1927 par Albert Roussel (op. XXXV), les paroles ayant été traduites de l'anglais d'après Herbert Allen Gilles par Henri-Pierre Roché[8].

Traduction[modifier | modifier le code]

  • Li He, Les Visions et les Jours, trad. Marie-Thérèse Lambert et Guy Degen, La Différence, « Orphée », 1994.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Cheng, L'Écriture poétique chinoise. Suivi d'une anthologie des poèmes des Tang, Le Seuil, coll. « Points Essais », 1977, rééd. 1996.
  • Kôzen Hiroshi, « Trois aspects de la lune dans la poésie Tang : Wang Wei, Li He, Li Shangyin », Études chinoises, no 19, 2000. [lire en ligne]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Pimpaneau, Biographie des regrets éternels, p. 105-106, note 3.
  2. Guy Degen, préface à Li He, Les Visions et les Jours, pp. 9-21.
  3. Guy Degen, préface à Li He, Les Visions et les Jours, pp. 7-10.
  4. Guy Degen, préface à Li He, Les Visions et les Jours, p. 10-13.
  5. Jacques Pimpaneau, Chine. Histoire de la littérature, Philippe Picquier, 1989, rééd. 2004, p. 105.
  6. Jacques Pimpaneau, Chine. Histoire de la littérature, p. 195.
  7. Cité par Guy Degen, préface à Li He, Les Visions et les Jours, p. 22.
  8. « Poèmes chinois », Vers et Prose, Paris, mars-avril-mai 1907, p. 40. [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]