Li Chevalier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevalier.

Li Chevalier

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Li Chevalier (2011)

Nom de naissance 诗蓝
Naissance 30 mars 1961
Pékin Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Nationalité française
Activités Artiste, peinture, installation (art), arts plastiques, assemblages
Formation Institut d'études politiques de Paris, université Paris-Sorbonne, Central Saint Martins College of Art and Design

Œuvres réputées

Peinture, assemblages et installation (art)

Li Chevalier (chinois simplifié : 诗蓝 ; pinyin : Shī Lán), née à Pékin le 30 mars 1961 est une artiste, peintre et plasticienne franco-chinoise. Chinoise d'origine, elle est devenue citoyenne française en 1986. Li Chevalier est membre de la Société nationale des beaux-arts (SNBA). Elle travaille au carrefour de l'Europe et de l'Asie. Le Musée National des Beaux Arts de Chine à Beijing a accueilli sa première exposition rétrospective en décembre 2010. Ses travaux font partie désormais de la collection permanente de cette institution.

Li Chevalier dans son studio de Pékin

Li Chevalier est surtout connue pour sa peinture expérimentale née d'une fusion de médias occidentaux et d'éléments de l'art traditionnel chinois. Elle figure également parmi les artistes multimédia connus pour ses installations et sa conception personnelle de scénographie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Li Chevalier s'installe en France dans les années 1980. Après des études de deuxième cycle à l'Institut d'études politiques de Paris (1986-1990), elle poursuit des études de 3e cycle en philosophie politique à l'université Paris-Sorbonne et obtient en 1990 son DEA en philosophie politique sous la direction de Louis Sala-Molins. Ce détour dans l'étude de la politique et la philosophie semble inévitable étant donné l'effet dramatique de la révolution culturelle sur l'artiste et ceux de sa génération. La philosophie est désormais un thème fondamental dans son expression artistique.

Li Chevalier reçoit sa formation artistique d'abord à l'Institut des Beaux-Arts et de la Restauration de Florence dans les années 1990. Entre 2001 et 2004, elle suit des cours de peinture à l'Académie Moulin de Perrot en France où elle rencontre les peintres français Rémy Aron et Pierre-Henry qui ont tous deux grandement influencé son travail. Elle est admise comme membre associé à la Société nationale des beaux-arts (SNBA) en 2003 et devient sociétaire en 2010 suite à la décision favorable du jury. Elle participe au salon de la SNBA au carrousel du Louvre depuis 2003. Li Chevalier figure parmi les artistes représentant la SNBA dans l'un des événements d'art majeurs en France, L'Art en Capital au Grand Palais.

Li Chevalier se rend à Londres en 2003 pour se perfectionner à l'Atelier Dali au Central Saint Martins College of Art and Design. Plus tard, elle s'inscrit pour des études de 3e cycle en Beaux-Arts et obtient son diplôme en 2007 sous la direction de Stephen Williams. Dans la même année, elle gagne le concours pour participer à l'exposition d'été de l'Académie Royale d'Art de Londres. Elle devient finaliste pour le Celeste Art Prize, un concours d'art organisé par l'Université Goldsmith de Londres. À cette époque, le recteur de l'Université des arts de Londres, Michael Bichard, découvre le travail de Li Chevalier et devient un de ses collectionneurs.

En décembre 2004, le Virginia Commonwealth University's School of the Arts organise une exposition solo pour Li Chevalier, présentant pour la première fois sa collection de peinture expérimentale à l'encre de Chine au public.

Li Chevalier entre dans le paysage de l'art contemporain chinois en 2007. Elle rencontre Pengfeng, philosophe, théoricien d'art, Directeur du Pavillon chinois à la 54e Biennale de Venise. Pengfeng devient ensuite Commissaire d'exposition des rétrospectives majeures de Li Chevalier dans différents musées nationaux chinois.

Expositions majeures[modifier | modifier le code]

Trois grandes expositions rétrospectives de Li Chevalier ont été successivement présentées par le Musée National des Beaux Arts de Chine à Pékin (décembre 2010), le Today Art Museum à Pékin (mai 2010), et le Musée des Beaux-Arts de Shanghai (septembre 2011). Son travail fait partie de la collection permanente du Musée National des Beaux Arts de Chine depuis 2010. Ses deux tableaux majeurs figurent dans la collection de l'Ambassade de France en Chine depuis 2011. Ils sont exposés actuellement au salon de réception de la Résidence de l'Ambassade de France à Pékin, à côté des œuvres de deux autres artistes franco-chinois, Zao Wou-Ki et Teh-Chun Chu.

En 2007, elle gagne le concours pour exposer son œuvre à la Royal Academy des arts de Londres. Ses œuvres ont également figuré dans de nombreuses foires d'art internationales, telles que le Salon de la Société nationale des beaux-arts Française au Carrousel du Louvre (2003, 2007, 2011), la foire d'art international de Londres [2007], la foire d'art internationale de Glasgow (2008), la foire d'art internationale du Nord (2008), la foire d'art internationale de Shanghai (2008), la foire internationale de Pékin (2011), et la galerie nationale de Qatar Al Bida (2003). En 2007 et 2011, elle figure parmi ceux qui représentent la SNBA pour « l'Art en Capital » au Grand Palais.

Ses autres événements artistiques comprennent des expositions au Musée d'art de Wuhan en Chine (2010), le Musée d'Art de nouvelle vision (2010), le Musée d'Art de Huantie (2009), le Musée d'Art Shangshang de Pékin (2010), la galerie d'art de l'Université Columbia aux États-Unis, le Centre Culturel Coréen à Pékin, la galerie New Age à la Cité des Arts de l'espace 798 à Pékin.

Style artisitique[modifier | modifier le code]

Une peinture expérimentale[modifier | modifier le code]

Retrospective Li Chevalier, Musée des Beaux-Arts de Chine, Pékin (2010)
Touche subliminale, Rétrospective Li Chevalier, Today Art Museum, Pékin (2010)
Black, white, and in between, rétrospective Li Chevalier, Musée des Beaux-Arts de Shanghai (2011)
Rétrospective Li Chevalier, Today Art Museum de Pékin (2010)
Les stèles de lumière, rétrospective Li Chevalier, Musée des Beaux-Arts de Shanghai (2011)
La sonate d'hiver, de Li Chevalier
I hear the water dreaming de Li Chevalier (2007)
Pathétique de Li Chevalier (2008)

La peinture expérimentale de Li Chevalier est identifiée par sa façon personnelle d'intégrer l'encre de Chine en toile mélangée avec des pigments, les éclats minéraux, de sable et des éléments de l'art chinois : le papier de riz et la calligraphie. En utilisant les techniques mixtes (mixed media en anglais), l'artiste transcende le modèle classique de l'encre sur papier. Ses œuvres sont empreintes d'une forte sensibilité esthétique orientale toutefois intégrée dans le cadre de l'art moderne porté par l'occident.

Art multimédia, installation et scénographie[modifier | modifier le code]

Les expositions et les installations de Li Chevalier se distinguent par leur conception scénographique, et leur composition spatiale spécifique qui traduisent des qualités théâtrales. L'accent est mis sur l'utilisation de la lumière, de l'environnement, du son, mais aussi sur la participation des visiteurs physiquement à l'événement, tout cela contribue à une expérience sensorielle qui unit les spectateurs et les œuvres. Ses installations : Les stèles de Lumière réhabilitent l'art populaire de lanterne. Elle intègre les éléments des estampes de papier de riz et de l'encre sur les stèles de calligraphie.

Une quête esthétique et spirituelle[modifier | modifier le code]

Les travaux de Li Chevalier entrent dans le paysage artistique de son pays natal en 2008. En décalage par rapport aux tendances satiriques du pop art qui dominent son environnement, l'art de Chevalier s'oriente lui vers une quête esthétique et spirituelle.

Sur les toiles semi abstraites de Li Chevalier, la fonction symbolique du noir et blanc représente une vision cosmique orientale. À l'opposé de certaines écoles de pensée occidentales qui valorisent la grandeur, l'éternité et l'absolu, la posture esthétique zen perçue dans les œuvres de Li Chevalier fait l'éloge d'autres qualités, humilité, ambigüité, transitoire. Dans un isolement volontaire, le spectateur en retrait par rapport à la vie séculaire dépeint le destin évanescent de l'existence humaine ainsi qu'un monde en constante transfiguration.

Une prédilection particulière pour la simplicité, la sobriété est remarquée chez l'artiste. Son choix de formes se réduit à sa plus simple expression, des couleurs aux tons subtils, des formes naturellement incurvés plutôt que des arêtes brutales. Le contraste ne condamne ni ne sépare, il est source pour une union féconde de clair-obscur. Le Vide symbolisé par l'espace laissé vierge sur la toile représente la voix du silence, la solitude suave ; l'expression lyrique de l'eau exprime le ravissement fugace, et dans sa version non contrôlable mais contrôlée, suggère un langage métaphorique du destin ; le monde y est recouvert d'un voile de délicatesse et de modestie.

Le paysage spirituel de li Chevalier joue comme medium pour exprimer sa quête esthétique et spirituelle. Dans son livre Le sens du Beau, le philosophe français Luc Ferry suggère que le jardin à la française est une expression rationaliste de la raison mathématique abstraite par laquelle on arrive à la vérité et l'ordre divin. Le jardin à la française apparait articulé, humanisé, rationalisé . Contrairement à cette harmonie géométrique des paysages occidentaux, les paysages spirituels que dépeint l'artiste sont intentionnellement spontanés. L'intuition est préférée à l'ordre intellectuel ; la spontanéité l'emporte sur la proportion géométrique. Allusion, silence sonore, vide nourricier, songes ambigus, nuits éternelles, jours langoureux, espace infini, tout doit être suggéré, jamais imposé.

Entre musique et art visuel[modifier | modifier le code]

L'enfance de Li Chevalier a baigné dans l'éducation artistique. Cela l'a conduite, initialement à s'investir dans le domaine de la musique. À l'âge de 15 ans, elle a été choisie par la troupe d'opéra de l'armée chinoise pour être formée au chant. La musique reste sa passion à côté de sa pratique professionnelle en tant que plasticienne. Elle a été soprano dans le chœur de l'Orchestre de Paris sous la direction d'Arthur Oldham et Semyon Bychkov, et s'est produite dans de nombreux concerts sous la direction du chef d'orchestre français Hugues Reiner.

Elle a collaboré avec les musiciens de l'Opéra de Paris depuis 1991, mis en scène deux concerts en association avec le violon super soliste de l'Opéra de Paris Frédéric Laroque et l'ancien Orchestre Radio Chine et l'orchestre du film en Chine. Une exposition solo de Chevalier en décembre 2004, intitulée "Peindre la musique" sous le patronage de la Fondation du Qatar, a été associée à une performance par le Quatuor à cordes de l'Opéra de Paris. En 2010, son exposition solo Symphonie Visuelle a été organisée par l'Alliance Française de Pékin rendant hommage au compositeur letton Pēteris Vasks.

La musique est l'un des thèmes récurrents dans ses œuvres. Sa peinture intitulée J'Entends l'Eau Rêver exposée à l'Académie royale d'art de Londres en 2007, est un hommage rendu au compositeur japonais Takemitsu. Le tableau Symphony of Destiny, collection de l'Ambassade de France en Chine, est un hommage à Beethoven. D'autres exemples de ses œuvres liées à la musique sont: Le Sacre de Printemps par Igor Stravinsky (collection privée aux États-Unis), La Nuit Transfigurée, (titre allemand : "Verklärte Nacht") par Arnold Schönberg, "Les Inventions à Deux Voix" par Bach. En 2011, son installation exposée au musée des beaux-arts de Shanghai a été fortement inspirée par le concerto pour violon Black, white and in between par le compositeur flamand Dirk Brossé.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Pathétique, 100 cm*100 cm, techniques mixed sur toile, collection privée France
  • 2007 : La Voix du silence, 137 cm*137 cm, techniques mixed sur toile, collection privée au Royaume-Uni, œuvre exposée à l'Académie Royale de Londres
  • 2008 : La tolérance du vide, 150 cm*150 cm, techniques mixed sur toile, œuvre exposée au Grand Palais en 2008
  • 2008 : La Nuit transfigurée, 150 cm*150 cm, techniques mixed sur toile, œuvre exposée au Musée National des Beaux Art de Chine
  • 2009 : Le Sonate d'hiver, 175 cm*175 cm, techniques mixed sur toile, œuvre exposée au Today Art Museum en 2010
  • 2010 : L'Origine, 175 cm*175 cm, techniques mixed sur toile, collection Ambassade de France en Chine
  • 2010 : Les stèles de Lumière, installation exposée au Musée National des Beaux Arts de Chine
  • 2010 : Symphonie Du Destin, 300 cm*195 cm, techniques mixtes sur toile, collection Ambassade de France en Chine
  • 2010 : Beyond the horizon, 300 cm*195 cm, techniques mixtes sur toile, œuvre exposée au rétrospective Li Chevalier, Musée National des Beaux Arts de Chine
  • 2010 : Sublimated Touch, techniques mixtes sur toile, œuvre exposée au Today Art Museum de Pékin
  • 2010 : Waiting, 300 cm*195 cm, techniques mixtes sur toile, collection permanente au Musée National des Beaux Arts de Chine
  • 2011 : Black and White and In Between, installation exposée au Musée des Beaux-Arts de Shanghai

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]