Leyland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Leyland Motors Ltd

alt=Description de l'image Leyland-Logo.jpg.
Création 1896
Disparition 1968
Personnages clés J.G. Parry-Thomas, Henry Spurrier
Siège social Drapeau de Grande-Bretagne Leyland (Lancashire) (Royaume-Uni)
Actionnaires Famille Spurrier
Activité automobile
Produits autobus, camions
Société mère Lancashire Steam Motor Company
Sociétés sœurs British Leyland

Leyland était un constructeur automobile britannique, spécialisé dans la production de camions semi-remorques et d'autobus, mais également de chars d'assaut comme le Chieftain. Il a longtemps fabriqué la Mini. En 2009, il fait partie du groupe Paccar, États-Unis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Le coche à vapeur original de Leyland.
Une Leyland 8 de 1927, avec accessoires de sport.
Un camion à essence Leyland.

L'histoire de la firme Leyland Motors remonte à l'année 1896, année où les familles Sumner et Spurrier décidèrent de fonder la Lancashire Steam Motor Company à Leyland, dans le Nord-ouest de l'Angleterre. L'un de leurs premiers articles était une tondeuse à gazon motorisée[1], et leur premier véhicule fut un camion à vapeur d'une capacité de 1,5 tonne. Il sera suivi de plusieurs autres tombereaux dotés de chaudières à tubes de fumées[2]. Dès 1905, la société s'était lancée dans les berlines à essence. La Lancashire Steam Motor Company prit en 1907 le nom de Leyland Motors après avoir racheté la société Coulthards de Preston, qui fabriquait des berlines à vapeur depuis 1897[3]. Puis elle établit sa deuxième usine dans la ville voisine de Chorley où se trouve toujours le siège social de la LEX leasing and parts co.

En 1920, Leyland Motors sortit une voiture de luxe, la Leyland 8, sur une conception de J.G. Parry-Thomas à Brooklands. Parry-Thomas devait trouver la mort en tentant de battre le Record de vitesse terrestre au volant d'une Babs, en mars 1927. Du côté des grandes séries, Leyland commercialisa de 1922 à 1928 la Trojan, assemblée dans l'usine de Kingston upon Thames.

La deuxième guerre mondiale et la Reconstruction[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre, Leyland Motors, comme les autres firmes automobiles britanniques, travailla pour la Défense nationale. Ses ateliers assemblaient les chars Cromwell puis, à partir de 1943, des gros camions militaires comme le Leyland Hippo (un 10 t) et le Retriever.

Après la guerre, Leyland Motors continua à produire pour l’armée avec le char Centurion.

En 1946, AEC et Leyland Motors créèrent une compagnie d'engins ferroviaires, British United Traction Ltd.

En 1955, la compagnie autorisa une société indienne de Madras à assembler sous licence les véhicules utilitaires Leyland Motors, dans la nouvelle usine d'Ashok. Ces camions étaient de marque Ashok Leyland.

Un Leyland Beaver, porteur type plateau (1948).

Simultanément, Leyland Motors rachetait d'autres compagnies : Albion Motors (1951), Scammell Lorries Ltd. (1955), Standard Triumph[4] (1961). Le partenariat avec le constructeur d'autobus Danish Automobile Building, signé en 1953, se termina par une prise de participations majoritaire dans les années 1970.

Leyland Motors demeura une affaire familiale dirigée par les Spurrier jusqu'en 1964. Henry Spurrier, qui avait hérité de la firme en 1942, avait maintenu l'entreprise sur le chemin de la croissance tout au long des difficiles années d'après-guerre. Il avait conservé un excellent climat social dans l'entreprise, qui avait la réputation de ne pas avoir perdu une seule journée de travail pour fait de grève depuis 1945.

Les années British Leyland[modifier | modifier le code]

Le groupe BLMC devenait de plus en plus difficile à gérer compte tenu du nombre de marques qui en dépendaient, et qui commercialisaient des modèles très voisins. Cette politique se traduisit par des problèmes financiers et même en décembre 1974, le gouvernement britannique en vint à se porter caution pour British Leyland.

La société était en faillite[5] et la publication du Rapport Ryder, dans les mois qui suivirent, se solda par la nationalisation de British Leyland (BL), réorganisée en 4 divisions : Leyland Truck & Bus fut rattachée à Land Rover ; elle sera de nouveau partitionnée en Leyland Bus et Leyland Trucks en 1981. En 1986, British Leyland a pris le nom de Rover Group. Les parts de Land Rover Leyland International Holdings dans Ashok Leyland ont été revendues en 1987.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Lancashire Steam Motor Co steam lawnmower »,‎ 1904
  2. « Lancashire Steam Motor Co. boiler parts »
  3. "The Coulthard Steam Wagon", The Automotor and Horseless Carriage Journal, déc. 1897, p. 84
  4. Reorganizing Standard Triumph The Times, 22 août 1961; p. 8; n°55166
  5. Cf. par ex. Kaveh Pourvand, « Was British Leyland really an industrial policy disaster? », sur civitas.org.uk,‎ 12 juin 2013