Lewis Mark I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lewis et Mark I.
Soldats australiens s'entraînant au tir au Levis sur le Front Belge (1917)

Le fusil-mitrailleur Lewis Mark I fut une des mitrailleuses légères les plus marquantes de la première Guerre mondiale. Employé à terre comme sur les premiers avions de chasse, elle incita les Allemands à créer la Maxim 08/15. Construit en grand nombre en Angleterre, en Belgique, aux États-Unis et en France, le Lewis sera à nouveau employé lors de la seconde Guerre mondiale.

Présentation[modifier | modifier le code]

Lewis Mk I

Inventé aux USA et perfectionné par le colonel Isaac Lewis, le FM fut d'abord produit en Belgique en 1913 (Armes automatiques Lewis) puis en France, en Grande-Bretagne (BSA) et aux États-Unis (Savage Arms Company).

Il pouvait tirer 550 cartouches .303 (7.7 mm) à la minute, il pesait 12,7 kg (c'est la moitié du poids des mitrailleuses courantes de l'époque, comme par exemple le fusil-mitrailleur Vickers Mk I), et fut utilisé car il pouvait être porté par un seul soldat. Il était également bon marché (environ six fois moins cher que le Vickers). Composé de seulement 62 pièces, il était produit six fois plus rapidement que le Vickers. Sa légèreté valut au fusil-mitrailleur Lewis un franc succès comme arme embarquée sur les avions car l'effet refroidissant de l'air à haute vitesse autour du canon permettait de se passer du radiateur et du système de refroidissement (ce qui le rendait encore plus léger).

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Lewis Mk I : version pour l'infanterie. Crosse d'épaulement, Imposant radiateur
  • Lewis MK II : version pour les avions. Refrodisseur léger et perforé.
  • Lewis M1917 : version pour les GI du Mk I en .30-06 US.
  • Lewis M1920 : version néerlandaise fabriqué à Hembrug dans les années 1920
  • Type 92 : copie japonaise de la Mk II

Données numériques[modifier | modifier le code]

  • Longueur : 1,28 m
  • Masse du FM vide : 12,6 kg
  • Canon : 66 cm
  • Munition : .303 British/.30-06 US
  • Chargeur : 47 coups (tambour)
  • Cadence de tir théorique : 500-600 c/min

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dans le film Les Professionnels (The Professionals, Richard Brooks, USA, 1966), Lee Marvin utilise un Lewis lors de l'attaque du camp mexicain.

Dans le film La Canonnière du Yang-Tse (The Sand Pebbles, Robert Wise, USA, 1966), Richard Crenna utilise une des Lewis sur affût dont est équipé le navire.

Dans le film White Sun of the Desert (Белое солнце пустыни, Beloye solntse pustyni, Vladimir Motyl, Russie, 1970), Anatoly Kuznetsov, soldat de l'Armée Rouge, utilise une Lewis lors de son combat contre des rebelles musulmans du mouvement Basmachi, à l'est de la Mer Caspienne.

Dans le film Il était une fois la légion (March or Die, Dick Richards, USA, 1977), Terence Hill, légionnaire, utilise une Lewis contre les Berbères, lors d'un épisode fictif de la Guerre du Rif.

Dans le film Légionnaire (Peter McDonald, USA, 1999), très inspiré du précédent, la section du légionnaire Jean-Claude Van Damme l'utilise également dans une situation analogue.

Dans le film Britannic (Brian Trenchard-Smith, USA/UK, 2000) Le capitaine l'utilise afin de detruire une torpille lancée contre son navire.

Lien externe[modifier | modifier le code]