Lev Skrbenský z Hříště

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lev Skrbenský z Hříště
Image illustrative de l'article Lev Skrbenský z Hříště
Biographie
Naissance 12 juin 1863
à Bartošovice (Moravie)
Ordination sacerdotale 7 juillet 1889
Décès 24 décembre 1938
à Olomouc (actuelle République tchèque)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
15 avril 1901 par le
pape Léon XIII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Stefano al Monte Celio
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 6 janvier 1900 par
Mgr Théodore Kohn
Fonctions épiscopales Archevêque de Prague (République tchèque)
Archevêque d'Olomouc (actuelle République tchèque)

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
COA cardinal CZ Skrbensky Lev.png
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Lev Skrbenský z Hříště (en allemand Lev Skrbenský Freiherr von Hříště), né le 12 juin 1863 à Hausdorf en Moravie (qui appartenait alors à l'Autriche) et mort le 24 décembre 1938 à Olmütz en Tchécoslovaquie, fut le 29e archevêque de Prague et le 9e archevêque d'Olomouc. Il fut promu cardinal de l'Église catholique romaine au début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sans en avoir la preuve, mais non sans des fondements sérieux, on s'est demandé parfois si Lev Skrbenský z Hříště n'était pas un enfant illégitime de la famille impériale des Habsbourg[1]. Il fit ses études au lycée archiépiscopal de Kremsier puis, de 1882 à 1884, il étudia le droit à l'Université d'Innsbrück et, à partir de 1885, la théologie au prestigieux séminaire d'Olmütz. Suivirent des études à l'Université pontificale grégorienne, à Rome, d'où il sortit avec le titre de docteur en droit canon.

Des considérations diplomatiques de la part du Vatican expliquent peut-être que Léon XIII le nomma archevêque de Prague en 1899. Deux ans plus tard, il fut fait cardinal à l'âge de 37 ans. Depuis lors, personne n'a été élevé si jeune au cardinalat. Au cours des cent dernières années les plus jeunes ont été deux patriarches de Lisbonne : Manuel Gonçalves Cerejeira, qui reçut la pourpre en 1929 à l'âge de 41 ans, et António Ribeiro, qui la reçut en 1973 à l'âge de 44 ans.

Il participa aux conclaves de 1903 et de 1914, et fut transféré au prestigieux siège d'Olmütz en 1916, ce qui, de même que son élévation précoce à l'épiscopat et au cardinalat, conduisit à de nouvelles spéculations sur des tractations entre le Vatican et l'empire des Habsbourg. Bien que peu après il eût commencé à éprouver des problèmes de santé chroniques, certains historiens ont prétendu que son absence au conclave de 1922 était due au désir du Vatican de prendre ses distances avec l'empire, qui venait de s'effondrer ; en fait c'est sa mauvaise santé qui en était la cause ; elle l'empêcha d'ailleurs de continuer à remplir ses devoirs d'archevêque.

Bien qu'il restât valétudinaire, il manqua de peu de vivre assez longtemps pour voir le conclave de 1939. Il restait le dernier en vie des cardinaux créés par Léon XIII, comme Luigi Oreglia di Santo Stefano avait été le dernier des cardinaux de Pie IX, il réussit à survivre pendant une très longue période (plus de huit ans) à son rival le plus proche pour cet honneur, Vincenzo Vannutelli.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans Heirs of the Fisherman (2004) John-Peter Pham fait allusion sans trancher à la rumeur qu'il serait le fils de François-Joseph.

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]