Loèche-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Leukerbad)
Aller à : navigation, rechercher
Loèche-les-Bains
Leukerbad
Blason de Loèche-les-Bains
Héraldique
Image illustrative de l'article Loèche-les-Bains
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Valais
District Loèche
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Clabinualp, Fluhalp
Communes limitrophes :
Adelboden, Albinen, Ferden, Guttet-Feschel, Inden, Kandersteg, Lenk im Simmental, Mollens
Président(e) Christian Grichting
Code postal 3954
N° OFS 6111
Démographie
Population 1 633 hab. (31 décembre 2010)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 47″ N 7° 37′ 51″ E / 46.3796, 7.6307 ()46° 22′ 47″ Nord 7° 37′ 51″ Est / 46.3796, 7.6307 ()  
Altitude 1 402 m
Superficie 6 723 ha = 67,23 km2
Divers
Nom officiel Leukerbad
Nom français Loèche-les-Bains
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Loèche-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Loèche-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Loèche-les-Bains
Liens
Site web www.leukerbad.org
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Loèche-les-Bains, appelée en allemand Leukerbad, est une commune suisse du canton du Valais, située dans le district de Loèche.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Loèche-les-Bains remonte au IVe siècle ap. J.-C. Des tombes et des vases de céramiques attestent de la présence d'habitations à Loèche-les-Bains. Dès le Ve siècle, le col de la Gemmi, seul lien entre le canton du Valais et celui de Berne, peut être franchi.

En 1229, Loèche-les-Bains est mentionné pour la première fois sous le nom de « Boez ». On y parle alors français.

En 1315, la commune devient autonome et le plus ancien document retrouvé concernant Loèche-les-Bains mentionne déjà les bains.

Vers le milieu du XVe siècle, on construit un sentier muletier reliant Loèche à Loèche-les-Bains.

En 1478, les sources thermales et les bains deviennent propriétés de l'évêque de Sion (Jost von Silenen), de la famille Oggier de Cabanis et des Herthenstein (LU). Les premières auberges ouvrent leurs portes. La localité est rebaptisée Balnea leucensia ou Baden.

En 1501, l'évêque et cardinal Matthieu Schiner acquiert les droits des bains et vante le village de cure au cours de ses voyages ; le tourisme thermal se développe, la langue allemande prend le dessus.

Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, le village est frappé par de nombreuses avalanches mais se reconstruit à chaque fois.

C'est en 1779 que l'hôte le plus célèbre se rend à Loèche-les-Bains, à savoir Johann Wolfgang von Goethe. D'autres suivront comme Guy de Maupassant ou encore Mark Twain.

En 1908, est fondée la compagnie des chemins de fer de Loèche-les-Bains. La route prenant trop de place, le train effectuera son dernier trajet en 1967. La plateforme de cet ancien chemin de fer est toujours visible, et peut être accessible aux VTT, cependant, le début de la rampe, à Loèche, a été définitivement aliéné en 2004 à la suite du nouveau tracé à double voie de la ligne CFF du Simplon. Le pont original de ce train franchissant le Rhône a été conservé et est uniquement utilisé par les bus de la société LLB, strictement interdit aux voitures particulières. Les plans de construction de ce chemin de fer sont tous rédigés en Français.

Le téléphérique de la Gemmi est construit en 1957 alors que celui de Torrent attendra 1970-72. Du fait de sa situation(dans un cirque montagneux), la station est équipée du réseau câblé dès 1965.

En 1980, le centre thermal de la commune est ouvert.

Le centre sportif est ouvert en 1990 alors que le centre thermal Alpentherme est inauguré en 1993.

En 1998, Loèche-les-Bains propose pour la première fois la via ferrata du Daubenhorn qui est encore à ce jour la plus longue de Suisse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sise à 1 411 m d'altitude, la commune de Loèche-les-Bains se situe dans la partie germanophone du canton du Valais, avec à l'ouest le Valais Romand où l'on parle français et au nord le canton de Berne.

Située aux abords de la rivière Dala, la station est célèbre pour ses nombreuses sources thermales. Au nord du village se trouve le col de la Gemmi, niché entre le Daubenhorn (à l'est) et le Balmhorn (nord-ouest). À l'ouest, c'est le Torrenthorn qui domine.

La Gemmi[modifier | modifier le code]

Le col de la Gemmi fut pendant longtemps un point de passage très fréquenté entre le canton du Valais et de Berne. On y accède grâce au téléphérique de la Gemmi qui relie Loèche-les-Bains (1 411 m) au col (2 314 m). La région compte de nombreux sentiers de randonnées qui mènent à Kandersteg, Adelboden ou au Wildstrubel.

Vue sur le Daubensee depuis le col de la Gemmi

Le Torrent[modifier | modifier le code]

Le Torrent tire son nom de la montagne qui domine Loèche-les-Bains sur le versant ouest : le Torrenthorn qui culmine à 2 998 m.

Les bains thermaux[modifier | modifier le code]

Grâce aux 3,9 millions de litres d'eau qui jaillissent chaque jour de 65 sources, Loèche-les-Bains dispose de plusieurs centres thermaux dont les deux plus grands sont les bains de la Bourgeoisie (Burgerbad) et ceux de l'Alpentherme.

Les bains de la Bourgeoisie[modifier | modifier le code]

Avec les bains de la Bourgeoisie, Loèche-les-Bains dispose du plus grand complexe thermal en Europe[réf. nécessaire].

Les bains et le centre wellness du Lindner Alpentherme[modifier | modifier le code]

Le bain en plein air

Le Lindner Alpentherme est le plus grand centre de wellnesss des Alpes avec plus de 240 applications possibles. Il possède également ses propres bains avec une piscine interne et externe et propose depuis le 1er août 2008 un village valaisan de saunas.

Il est entre autres connu et réputé pour son bain romano-irlandais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :