Leucémie aiguë myéloblastique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Leucémie myéloïde aiguë)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Leucémie myéloïde chronique.
Leucémie aiguë myéloblastique
Classification et ressources externes
Auer rods.PNG
Leucémie aiguë myéloblastique, les flèches indiquent les bâtonnets d'Auer.
CIM-10 C92.0
CIM-9 205.0
ICD-O : M9861/3
OMIM 602439
DiseasesDB 203
eMedicine med/34 
MeSH D015470
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La leucémie aiguë myéloblastique ou leucémie myéloïde aiguë est un cancer de la lignée myéloïde des leucocytes. Elle se caractérise par un envahissement médullaire de cellules immatures dû à un blocage de maturation (hyatus leucemicus) des globules blancs dans la moelle osseuse qui va être responsable d'une insuffisance médullaire par écrasement des lignées normales (pouvant provoquer anémie, hémorragies, sensibilité aux infections) et d'un syndrome tumoral (douleurs aux niveaux des épiphyses osseuses). Le diagnostic de leucémie aiguë est posée pour un taux de blastes médullaires supérieur à 20 %.

Signes et symptômes[modifier | modifier le code]

Les symptômes sont assez courants et peuvent être confondus avec diverses pathologies courantes[1],[2] :

  • Anémie ;
  • Fatigue, pâleur, problèmes respiratoires ;
  • Fièvre ;
  • Perte d'appétit et/ou perte de poids ;
  • Pétéchie ;
  • Douleurs articulaires ;
  • Infections fréquentes et persistantes ;
  • Sudation nocturne.

Malgré tout, certains cas restent asymptomatiques.

Causes[modifier | modifier le code]

Les facteurs de risques principaux sont :

Classification FAB (French-American-British, 1976)[modifier | modifier le code]

Classification FAB (French-American-British, 1976)[3] :

  • LAM 0  : indifférenciée, 5 % des cas
  • LAM 1  : myéloblastique sans différenciation, 15 % des cas
  • LAM 2  : myéloblastique avec différenciation, 25 % des cas
  • LAM 3  : promyélocytaire, 10 % des cas
  • LAM 4  : myélomonocytaire, 20 % des cas
  • LAM 4Eo  : myélomonocytaire avec éosinophilie, 5 % des cas
  • LAM 5  : monoblastique (sans différenciation  : M5a, avec différenciation  : M5b),10 % des cas
  • LAM 6  : érythroblastique ou érythroleucémie, 5 % des cas
  • LAM 7  : mégacaryoblastique, 5 % des cas.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement de base est la chimiothérapie.

La première cure de chimiothérapie (induction) vise à induire une rémission complète sur les plans clinique et hématologique. Cette chimiothérapie, à base de cytarabine et d'une anthracycline (daunorubicine ou idarubicine), provoque chez le patient une aplasie médullaire profonde de 3 à 4 semaines, durant lesquelles ce dernier doit bénéficier d'une surveillance rapprochée dans un service d'hématologie spécialisé afin de prévenir les risques hémorragiques et infectieux.

La suite du traitement dépend dans une large mesure du type et des facteurs pronostics de la LAM, mais également de l'âge du patient et de sa réponse à la chimiothérapie d'induction. Elle consiste en plusieurs cures de chimiothérapie dites de consolidation, qui ont pour but d'éradiquer les cellules leucémiques résiduelles. Une allogreffe de cellules souches hématopoïétiques peut également concourir à la curabilité de la maladie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hoffman, Ronald et al. (2005). Hematology: Basic Principles and Practice (4th. ed.). St. Louis, Mo.: Elsevier Churchill Livingstone. p. 1074–75
  2. Acute Myeloid Leukemia, N Engl J Med 1999;341.
  3. http://emedicine.medscape.com/article/2006750-overview