Lettres claudiennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les trois lettres claudiennes : antisigma, digamma et sonus medius.

Les lettres claudiennes sont trois lettres créées par Claude, empereur romain de 41 à 54, introduites dans l’alphabet latin et brièvement utilisées durant son règne dans les inscriptions publiques avant d’être abandonnées après sa mort.

Ce sont[1] :

  • Antisigma ‹ Ↄ › ou ‹ ↃC › ressemble à un C retourné ou à deux C opposés et équivaut à la lettre grecque psi, pour remplacer les groupes ps et bs. Cette lettre n'apparaît sur aucune inscription antique et est uniquement attestée par les écrits des grammairiens antiques, en particulier Priscien 1.42.
  • Digamma ‹ Ⅎ › ressemble à un F culbuté et était censé remplacer la lettre v (consonne), à l’époque identique au u (voyelle). Cette lettre apparaît sur de nombreuses inscriptions antiques et son utilisations est sûre. Cependant tous les u-consonnes latins ne sont pas remplacés par cette lettre, par exemple le Q est toujours suivit d'un u et jamais du digamma claudien.
  • La lettre ‹ Ⱶ › ressemble à la moitié gauche d’un H et est surtout utilisé dans les mots empruntés au grec, qui contiennent un upsilon, soit un i grec, qui devait représentait un son proche de /y/. Certaines autres utilisations restent cependant inexpliquées, car ne correspondant pas au remplacement d'un upsilon. Cette lettre est souvent associée aux sonus medius des grammairiens antiques, bien que cette lettre n'apparaisse jamais dans les mots latins contenant ce sonus medius tel optimus/optumus, maximus/maxumus.

Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

Les lettres claudiennes peuvent être représentées à l’aide des caractères Unicode suivant :

  • antisigma (même caractères que le chiffre romain cent retourné ‹ Ↄ ›, à ne pas confondre avec le o ouvert ‹ Ɔ › ressemblant à un C culbuté) :
    • capitale  : U+2183
    • minuscule  : U+2184
  • digamma inversum :
    • capitale  : U+2132
    • minuscule  : U+214E
  • sonus medius :
    • capitale  : U+2C75
    • minuscule  : U+2C76

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Boulanger, Les Inventeurs de dictionnaires : de l'eduba des scribes mésopotamiens au scriptorium des moines médiévaux, University of Ottawa Press, coll. « Regards sur la traduction »,‎ 2003, 545 p. [détail de l’édition] (ISBN 2760305481 et 9782760305489, présentation en ligne, lire en ligne), « La tentation dictionnairique », p. 191.

Bücheler, Franz: De Ti. Claudio Grammatice (1856), dans idem: Kleine Schriften I, Berlin 1915. p. 1 - 48. Oliver, Revilo, P.: The Claudian letter I-, dans: American Journal of Archeology III, Boston 1949. p. 249 - 257.