Lettre sur la tolérance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Première page de l'édition de 1765

La Lettre sur la tolérance est un essai du philosophe anglais John Locke, publié pour la première fois en 1689[1]. Il fut publié, sans nom d'auteur, en latin, et traduit immédiatement dans plusieurs langues.

Présentation[modifier | modifier le code]

Cette « lettre » est adressée à un « monsieur », en fait l'ami proche de John Locke, Philipp van Limborch, qui la publia sans son autorisation. Locke y défend un nouveau rapport entre religion et gouvernement. Un des fondateurs de l'empirisme, Locke développe une philosophie contraire à celle exprimée par Thomas Hobbes dans son livre Leviathan, en particulier car il défend la tolérance religieuse pour certaines confessions chrétiennes. Sa lettre fut publiée dans un contexte où règne la peur que le catholicisme puisse s'imposer en Angleterre; la tolérance est la réponse que Locke propose au problème religieux.

À l'inverse de Hobbes qui considérait qu'avoir une unique religion était une condition nécessaire pour une société efficace, Locke considère que la multiplicité des religions est un moyen de prévenir les troubles dans la société. Il considère ainsi que les troubles dans la société naissent de la volonté étatique d'empêcher l'exercice de différentes religions, là où il serait préférable de les tolérer. Par là, Locke entend distinguer « ce qui regarde le gouvernement civil, de ce qui appartient à la religion, et de marquer les justes bornes qui séparent les droits de l'un et ceux de l'autre »[2]. Il considère que le gouvernement et l'Église remplissent des fonctions différentes et ne doivent donc pas être mélangés.

Pour Locke, le seul moyen pour une église de convertir des fidèles est par la conversion sincère et non par la force. Le gouvernement ne doit pas se mêler du salut des âmes. Pour appuyer sa thèse, Locke avance trois arguments :

  • les individus ne peuvent pas déléguer à l'État le soin de s'occuper de leur âme
  • l'exercice de la force ne peut pas contraindre les âmes, juste amener à l'obéissance
  • même si la coercition pouvait persuader quelqu'un de quelque chose, Dieu ne force pas les individus contre leur volonté

La tolérance de Locke rencontre deux limites : les athées car les engagements qui sont la base de toute société n'ont aucun effet sur un athée selon lui. Il écrit ainsi : « ceux qui nient l'existence d'un Dieu, ne doivent pas être tolérés, parce que les promesses, les contrats, les serments et la bonne foi, qui sont les principaux liens de la société civile, ne sauraient engager un athée à tenir sa parole »[3], ce qui revient à dire que les athées n'ont aucun support pour tirer une quelconque morale. Il en exclut également les catholiques qui, obéissant au pape, se mettent selon lui sous les ordres d'un autre prince.

La tolérance est un élément central de la philosophie politique de Locke. Par conséquent, seule une église qui prêche la tolérance peut être autorisée dans une telle société.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Vernière, présentation de la Lettre sur la tolérance, Ressources, p.1
  2. John Locke, Lettre sur la tolérance, Editions ressources, 1980, p.19
  3. John Locke, ibid, p.81

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]