Lettre d'adieu (suicide)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lettre d'adieu (homonymie).
Lettre d'adieu du poète allemand Heinrich von Kleist, laissée avant son suicide en 1811.

Une lettre d'adieu, ou plus généralement un message d'adieu, est un message laissé par l'auteur d'un suicide avant son passage à l'acte. Elle explique, dans certains cas, les raisons qui ont poussé l'auteur à quitter le monde des vivants. Le message d'adieu peut prendre la forme d'une note manuscrite, mais il peut également s'agir d'un enregistrement audio ou vidéo, ou d'un courriel.

Selon les études, l'estimation de la proportion de suicidants laissant une note avant de s'ôter la vie varie entre 20 et 35 %[1],[2]. L'une des premières études systématiques consacrée aux lettres d'adieu de suicidants daterait de 1856, année de parution de l'ouvrage Du suicide et de la folie-suicide: considérés dans leurs rapports avec la statistique, la médecine et la philosophie du médecin psychiatre français Alexandre Brière de Boismont[1].

La lettre d'adieu peut constituer un élément littéraire à caractère romanesque, voire un genre littéraire lorsque celle-ci est fictive. Plusieurs écrivains ont écrit des lettres d'adieu dans le cadre de leurs œuvres; Dans Lettre à mon juge de Georges Simenon paru en 1947, l'écrivain imagine la lettre d'adieu d'un médecin de famille condamné pour le meurtre de sa compagne, adressée au juge d'instruction peu avant sa mort[1]. Dans L'Antiphonaire de Hubert Aquin paru en 1969, l'auteur achève son roman par la lettre d'adieu d'Albert Franconi, médecin de Robert Bernatchez, adressée à sa femme Suzanne Bernatchez[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français

  • Alexandre Brière de Boismont, Du suicide et de la folie-suicide : considérés dans leurs rapports avec la statistique, la médecine et la philosophie, Germer Baillière, 1856.
  • Sylvie-Chantal Corbeil, Une analyse des notes laissées par les suicidés de la région de Québec métropolitain de 1977 à 1980, mémoire, Université Laval, 1981.
  • Éric Volant, Adieu, la vie... étude des derniers messages laissés par des suicidés, Bellarmin, Montréal, 1990.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b, c et d Lettres d'adieu, Encyclopédie sur la mort, 12 avril 2012.
  2. Incidence of note-leaving remains constant despite increasing suicide rates, Psychiatry and Clinical Neurosciences, volume 59, numéro 2, pages 226–228, avril 2005.