Les zhiqing à la campagne en Chine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les zhiqing à la campagne en Chine (chinois simplifié : 知青 ; chinois traditionnel : 知识青年) sont un groupe d'environ 17 millions de jeunes chinois des villes à la campagne, correspondant à un mouvement politique menée en République populaire de Chine par Mao lors de la révolution culturelle. Le Parti communiste chinois voulait transformer ces jeunes citadins en paysans pour le reste de leurs jours. On appellera ces jeunes les zhiqing, ou « jeunes instruits » en français. Ces jeunes venaient de tous les milieux, aussi bien des « Cinq Espèces rouges » (fils d’ouvriers, de paysans pauvres, de martyrs, de cadres et soldats révolutionnaires) que des « Noirs » (enfants des ennemis du régime, de toutes natures).

Environ la moitié de la génération de jeunes urbains durant cette période fut concernée. Le caractère massif de cette déportation et la nature irréductible de l'expérience qu'ils ont vécue dans les campagnes chinoises ont fait de cette génération une génération à part. Elle est devenue emblématique de la crise de la société traversée à l'issue de la révolution culturelle jusqu'à la fin des années 1970. Surtout, une véritable conscience de génération entre ses membres s'est constituée, et il est admis en Chine qu'il s'agit d'une génération originale, une entité collective, avec un mode de pensée et d’action commun.

On dit souvent d'elle qu'il s'agit d'une « génération perdue ». Outre l'amertume d'avoir été envoyés à la campagne pendant plusieurs années dans des conditions généralement pénibles, loin de leur famille, les zhiqing ont eu les plus grandes peines à se réinsérer en ville à leur retour. Ceux qui étaient revenus en ville illégalement furent souvent réduits au travail clandestin, aux trafics ou à la délinquance. Pour les autres qui rentrèrent régulièrement, leur scolarité avait été prématurément interrompue et bien peu arrivèrent à réintégrer le système éducatif. Ils se retrouvèrent sans formation, et souvent sans travail. Cette situation difficile qu'ils partagent ne fit que renforcer leur sentiment d'être à part.

Enfin, leur désillusion totale sur la nature du régime en feront les partisans les plus résolus du Mouvement démocratique chinois qui fera surface à partir de la fin des années 1970.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux
  • Michel Bonnin, Génération perdue. Le mouvement d'envoi des jeunes instruits à la campagne en Chine, 1968-1980, Paris, Éditions de l'EHESS, 2004 (ISBN 2-7132-2016-5)