Les enquêtes de Mma Ramotswe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec L'Agence N°1 des dames détectives.

Les enquêtes de Mma Ramotswe sont une série de romans policiers, écrits par le romancier écossais Alexander McCall Smith, dont l'action se situe très majoritairement au Botswana et mettent en scène une détective nommée Precious Ramotswe et couramment appelée Mma Ramotswe.

Caractéristiques des romans[modifier | modifier le code]

Les romans de la série mettent en scène systématiquement des enquêtes criminelles sur lesquelles enquête Mma Ramotswe ; cependant, ces enquêtes ne constituent pas le cœur de l'intrigue, celui-ci étant plutôt à rechercher dans les relations entre personnes, la mise en valeur des valeurs traditionnelles du Botswana ou la réflexion sur la modernité.

Personnages et lieux[modifier | modifier le code]

Mma Ramotswe[modifier | modifier le code]

Precious Ramotswe est une femme d'une quarantaine d'années[1]. Elle a été élevée par son père Obed Ramotswe, ancien mineur (décédé lors de l'action des romans), sa mère étant morte quand elle était enfant. Elle voue à ce père disparu une admiration très grande, de la même manière qu'elle révère le premier président du Botswana, Seretse Khama, et de manière générale les valeurs traditionnelles du Botswana.

Mma Ramotswe a été mariée une première fois à un trompettiste nommé Mote Mokoti, qui la battait et buvait. Celui-ci l'a quittée longtemps avec le début de l'action décrite dans les romans, la laissant avec un nourrisson mort-né. Cependant, Mma Ramotswe découvrira au cours de ses enquêtes que ce mariage était nul car Note Mokoti l'avait contracté alors qu'il était déjà marié.

Elle aime en particulier résoudre ses enquêtes en buvant du Rooibos. Son agence de détectives, l'« Agence N°1 des Dames Détectives du Botswana », est située dans la ville de Tlokweng, banlieue de Gaborone.

J. L. B. Matekoni[modifier | modifier le code]

Depuis la fin du premier tome de la série, il est fiancé à Mma Ramotswe. Depuis la fin du cinquième, il est son époux. C'est le patron d'un petit garage, le Tlokweng Road Speedy Motors, adossé à l'agence de détectives. C'est un homme timide et méticuleux, qui apporte un grand soin à l'entretien des voitures.

Mma Makutsi[modifier | modifier le code]

Assistante de Mma Ramotswe, Grace Makutsi vient de Bobonong, d'un milieu très modeste, et a réussi à force de travail ; elle est notamment connue pour avoir réussi l'examen final de l'Institut de Secrétariat du Botswana avec une note finale de 97 sur 100.

Mma Potokwane[modifier | modifier le code]

Silvia Potokwane est la directrice d'un orphelinat situé en-dehors de la ville. Elle aide fréquemment Mma Ramotswe dans ses enquêtes grâce à son très vaste réseau de connaissances, mais par ailleurs exploite sans vergogne les compétences de mécanicien de J. L. B. Matekoni pour réparer les diverses mécaniques de l'orphelinat[2].

Motholeli et Puso[modifier | modifier le code]

Mma Potokwane a par ailleurs confié deux orphelins, une fille nommée Motholeli et son petit frère Puso, tous deux à moitié Bochimans, à J. L. B. Matekoni, sans que celui-ci ait même pu prévenir sa fiancée. Mma Ramotswe les a cependant recueillis et élevés comme s'ils étaient ses propres enfants.

Personnages secondaires récurrents[modifier | modifier le code]

Violet Sephotho

Ennemie intime de Mma Makutsi ; femme qui use de ses charmes pour réussir sa vie.

Charlie

L'apprenti plus vieux et lubrique de J. L. B. Matekoni; il est paresseux et obtus.

Fanwell

L'apprenti plus jeune de J. L. B. Matekoni. Bienqu'il fût aussi inutile que Charlie originellement, il s'a joint une église hétérodoxe plus tard et s'a changé considérablement depuis sa conversion.

Mr. Polopetsi

Cycliste renversé par Mma Ramotswe, et qu'elle embauche par la suite pour aider à la fois au garage et à l'agence. Ancien pharmacien emprisonné deux ans pour une erreur médicale, il se révèle méticuleux et discret.

Romans[modifier | modifier le code]

  • (en) 1998 : The No. 1 Ladies' Detective Agency, Polygon, (ISBN 0-7486-6252-9)
  • (en) 2000 : Tears of the Giraffe
    • (fr) Les Larmes de la girafe (traduit de l'anglais par Élisabeth Kern), éditions 10/18, coll. « Grands détectives » no 3574, Paris, 2003, 237 p., (ISBN 2-264-03602-8), (notice BnF no FRBNF390747735)
  • (en) 2001 : Morality for Beautiful Girls
    • (fr) Vague à l'âme au Botswana (traduit de l'anglais par Élisabeth Kern), éditions 10/18, coll. « Grands détectives » no 3637, Paris, 2004, 249 p., (ISBN 2-264-03603-6), (notice BnF no FRBNF39154108t)
  • (en) 2002 : The Kalahari Typing School for Men
    • (fr) Les Mots perdus du Kalahari (traduit de l'anglais par Élisabeth Kern), éditions 10/18, coll. « Grands détectives » no 3718, Paris, 2004, 222 p., (ISBN 2-264-03763-6), (notice BnF no FRBNF39249458c)
  • (en) 2004 : The Full Cupboard of Life
    • (fr) La vie comme elle va (traduit de l'anglais par Élisabeth Kern), éditions 10/18, coll. « Grands détectives » no 3688, Paris, 2005, 236 p., (ISBN 2-264-03764-4), (notice BnF no FRBNF39969297b)
  • (en) 2004 : In the Company of Cheerful Ladies
    • (fr) En charmante compagnie (traduit de l'anglais par Élisabeth Kern), éditions 10/18, coll. « Grands détectives » no 3820, Paris, 2005, 281 p., (ISBN 2-264-03762-8), (notice BnF no FRBNF40054487g)
  • (en) 2006 : Blue Shoes and Happiness
  • (en) 2007 : The Good Husband of Zebra Drive
    • (fr) Le bon mari de Zebra Drive (traduit de l'anglais par Élisabeth Kern), éditions 10/18, coll. « Grands détectives » no 4097, Paris, 2008, 253 p., (ISBN 978-2-264-04456-3), (notice BnF no FRBNF412033204)
  • (en) 2008 : The Miracle at Speedy Motors
    • (fr) Miracle à Speedy Motors (traduit de l'anglais par Élisabeth Kern), éditions 10/18, coll. « Grands détectives » no 4226, Paris, 2009, 252 p., (ISBN 978-2-264-04836-3), (notice BnF no FRBNF41409120c)
  • (en) 2009 : Tea Time for the Traditionally Built
    • (fr) Vérité et feuilles de thé (traduit de l'anglais par Élisabeth Kern), éditions 10/18, coll. « Grands détectives » no 4297, Paris, 2010, 254 p., (ISBN 978-2-264-05019-9), (notice BnF no FRBNF42133200t)
  • (en) 2010 : The Double Comfort Safari Club
    • (fr) Un safari tout confort (traduit de l'anglais par Élisabeth Kern), éditions 10/18, coll. « Grands détectives » no 4445, Paris, 2011, 253 p., (ISBN 978-2-264-05227-8), (notice BnF no FRBNF424612474)
  • (en) 2011 : The Saturday Big Tent Wedding Party
    • (fr) Le mariage avait lieu un samedi (traduit de l'anglais par Élisabeth Kern), éditions 10/18, coll. « Grands détectives » no 4536, Paris, 2012, 288 p., (ISBN 978-2-264-05640-5), (notice BnF no FRBNF42684163k)
  • (en) 2012 : The Limpopo Academy of Private Detection

Analyse[modifier | modifier le code]

La série est parfois analysée comme féministe, mais d'un féminisme assez différent de celui qu'on peut observer en Europe ou aux États-Unis[2] : c'est un féminisme qui s'appuie sur les valeurs traditionnelles du Botswana, sans rejeter les hommes, mais en les remettant à leur juste place, c'est-à-dire dans une certaine soumission vis-à-vis des femmes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Olivia Marsaud, « La première femme détective africaine », sur http://www.afrik.com, Afrik.com,‎ lundi 20 décembre 2004 (consulté le 10 février 2013)
  2. a et b (en) Janet Malcolm, « “In the Company of Cheerful Ladies”: The Weaker Sex », sur http://www.nytimes.com, The New York Times,‎ 24 avril 2005 (consulté le 12 février 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]