Les dix fugitifs les plus recherchés du FBI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
En-tête des avis de recherche
Sceau du FBI

Les dix fugitifs les plus recherchés du FBI (anglais : FBI Ten Most Wanted Fugitives) est une liste des criminels en fuite les plus recherchés aux États-Unis par le FBI.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'idée de cette liste est venue à deux hommes, J. Edgar Hoover, alors directeur du FBI et William Kinsey Hutchinson, rédacteur en chef de l'International News Service (future United Press International) lors d'une conversation en 1949 alors qu'ils jouaient aux cartes et discutaient des façons de retrouver les plus « durs » des criminels qui résistent aux recherches de la police. Cette discussion conduisit à la publication d'un article qui eut un tel retentissement favorable que le 14 mars 1950 le FBI annonce officiellement la liste des dix fugitifs les plus recherchés.

Les « listés » arrêtés, tués ou dont les charges ont été abandonnées sont retirés de la liste et remplacés par un nouveau choisi par le FBI. Dans cinq cas, le FBI retira quelqu'un de la liste, estimant qu'il ne constituait plus une « menace particulièrement dangereuse pour la société ».

Au 29 novembre 2008, 491 fugitifs avaient figurés sur cette liste dont huit femmes ; 460 ont été capturés ou localisés, dont 151 (31 %) grâce à l'assistance du public.

Donald Eugene Webb, ajouté à la liste en 1981, fut celui qui y figura le plus longtemps, 25 ans, 10 mois et 27 jours. Depuis 2010, son record a été dépassé par Víctor Manuel Gerena, inscrit sur la liste en mai 1984. Billie Austin Bryant fut celui qui y passa le moins de temps : deux heures en 1969. Dans de rares cas, le FBI a ajouté un « numéro 11 » si l'individu était extrêmement dangereux et ne souhaitant pas en retirer un autre de la liste.

Cette liste (il s'agit d'une liste et non d'un classement) est affichée dans des lieux publics comme les bureaux de poste.

Le FBI a également d'autres Most Wanted Lists , listes des plus recherchés, comme celle des terroristes les plus recherchés ou celle des Alertes criminelles du FBI, personnes manquantes.

Exemples de personnes ayant figuré sur la liste[modifier | modifier le code]

  • Warren Jeffs (né en 1955), leader d'une secte mormone, accusé de viols et détournement de mineurs, arrêté lors d'un contrôle de routine
  • Angela Davis (née en 1944), alors militante américaine communiste des droits de la personne. Accusée d'avoir organisé une prise d'otages dans un tribunal dont l'issue a été meurtrière, arrêtée puis acquittée en 1971.
  • James Earl Ray (1928-1998), condamné pour l'assassinat de Martin Luther King, mort en prison
  • Christopher Wilder (1945-1984), tueur en série, tué par la police
  • Ted Bundy (1946-1989), tueur en série, condamné à mort et exécuté
  • Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi (1952-2012), agent des services secrets libyens, condamné et emprisonné en Écosse pour sa participation à l'attentat de Lockerbie contre un avion de la PanAm. Libéré en 2009 sur raison médicale (cancer en phase terminale)
  • Andrew Cunanan (1969-1997), tueur en série américain et notamment assassin du couturier Gianni Versace, se suicide alors qu'il allait être arrêté[1].
  • Jesse James Hollywood (né en 1980) trafiquant de drogue et meurtrier, arrêté au Brésil et extradé
  • Leonard Peltier (né en 1944), militant amérindien, accusé du meurtre de deux agents du FBI dans une réserve indienne, arrêté au Canada et extradé aux États-Unis en 1976.
  • Marc Rich figure de 1983 à 2001 sur la liste des Dix Fugitifs les plus recherchés du FBI, pour avoir contourné l'embargo sur l'Iran établi à la suite de la prise d'otages de l'ambassade des États-Unis en Iran. Il fut pour cela poursuivi et condamné aux États-Unis pour violation d'embargo. Le 19 septembre 1983, un grand jury fédéral américain l'accuse de plus de 50 chefs d'inculpation (fraude, commerce avec l'ennemi, etc). Cette condamnation aurait pu lui valoir jusqu'à 325 années de prison. Mais elle est prononcée par contumace, Marc Rich s'étant enfui en Suisse. Celle-ci refuse l'extradition demandée en 1984 par les États-Unis. Marc Rich y installe le siège de sa société, à Zoug. Le 20 janvier 2001, quelques heures avant que Bill Clinton quitte la présidence, un de ses derniers actes officiels est de gracier Marc Rich. Cette amnistie présidentielle déclenche un scandale, amplifié lorsque l'on apprend que Denise Rich, ex-épouse de l'homme d'affaires, avait fait des dons d'un million de dollars au parti démocrate et à la fondation des Clinton.
  • Edward Eugene Harper, un ancien criminel recherché pour abus sexuel sur mineur. Il a été capturé par le FBI le 23 juillet 2009 après quinze ans de cavale.
  • Oussama Ben Laden : 25 millions d'abord puis 50 millions de dollars, pour « Meurtre de citoyens américains en dehors des États-Unis, conspiration de meurtres de citoyens américains en dehors des États-Unis, attaque sur un bâtiment fédéral ayant entraîné la mort »[2]. Il est mort le 2 mai 2011, tué dans une opération commando. L'opération a été menée par des forces spéciales de la Marine américaine, des Navy Seals, qui ont abattu le chef d'Al-Qaïda d'une balle dans la tête.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. MacLean's Magazine : Versace's killer Kills Self
  2. (en) Page de Ben Laden sur le site du FBI

Lien externe[modifier | modifier le code]