Les Voyages de Sullivan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Voyages de Sullivan

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Veronica Lake et Joel McCrea

Titre original Sullivan's Travels
Réalisation Preston Sturges
Scénario Preston Sturges
Ernst Laemmle (non crédité)
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1941
Durée 90 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Voyages de Sullivan (Sullivan's Travels) est une comédie américaine réalisée par Preston Sturges et sortie en 1941.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un réalisateur de films renommé pour ses comédies explique à son patron que, pour son prochain long-métrage, il veut réaliser un film qui soit le reflet de la vie, un film qui montre au plus près la vie d'un homme ordinaire et les problèmes qu'il peut rencontrer. Un film ancré dans la réalité qui se nommerait O Brother Where Art Thou. Mais son patron lui fait comprendre qu'il n'a aucune idée de ce qu'est la misère, qu'il n'y a jamais été confronté. Sullivan décide alors de se glisser dans la peau d'un clochard. Il va s'habiller avec des vêtements en mauvais état et s'en aller avec seulement 10 sous en poche. Sur son chemin, il rencontrera une charmante jeune femme qui l'accompagnera dans son délicat périple.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non-crédités :

À noter[modifier | modifier le code]

  • Au moment où le personnage de Veronica Lake apprend par le journal que Sullivan est toujours vivant, on peut voir en arrière-plan le réalisateur et le scénariste du film Preston Sturges faire une apparition.
  • Veronica Lake était enceinte lors du tournage du film ; elle l'avait caché lors de l'audition.
  • Le film a été introduit dans le Top 100 de l'American Film Institute à la 61ème place en 2007.
  • Le film s'ouvre par une dédicace en hommage aux saltimbanques :

« To the memory of those who made us laugh : the motley mountebanks, the clowns, the buffoons, in all times and in all nations, whose efforts have lightened our burden a little, this picture is affectionately dedicated.[1] »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À la mémoire de ceux qui nous ont fait rire : les bariolés mountebanks (de l'opérette de Gilbert et Sullivan), les clowns, les bouffons, de tous temps et de tous pays, dont les efforts allégèrent un peu notre fardeau, ce film est dédié.