Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes
Image illustrative de l'article Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes
Page de titre de la deuxième édition

Auteur Giorgio Vasari
Genre Littérature artistique
Version originale
Titre original Le Vite de' più eccellenti architetti, pittori et scultori italiani, da Cimabue insino a' tempi nostri, descritte in lingua toscana[1]
Éditeur original Lorenzo Torrentino (1re éd.)
Filippo et Iacopo Giunti (2e éd.)
Langue originale Italien
Pays d'origine Drapeau de l'Italie Italie
Lieu de parution original Florence
Date de parution originale 1550, et la 2e éd. en 1568
Version française
Date de parution 1839-1842 (10 vol.), première trad. fr. intégrale

Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes (titre original Le Vite de' più eccellenti architetti, pittori et scultori italiani, da Cimabue insino a' tempi nostri ), couramment abrégé en Le Vite (Les Vies), est un ouvrage écrit en toscan au cinquecento par Giorgio Vasari et consacré à plus de 200 artistes contemporains ou du passés, principalement florentins. Paru une première fois en 1550 à Florence, puis, largement remanié, en 1568, il est considéré comme un des ouvrages fondateurs de l'histoire de l'art.

Contenu[modifier | modifier le code]

L'ouvrage est divisé en trois parties La Prima (ou Proemio), Secunda et Terza età, Vasari détaille la vie, les œuvres, les choix stylistiques, l'excentricité, les anecdotes et légendes (avec ses commentaires personnels même[2],[3],[4],[5],[6]) de chacun des artistes, en une métaphore architecturale, de l'enfance à la maturité et à la mort, entre commencements et achèvements, dans une perspective non seulement historique mais aussi mythographique. De nombreux récits constituent en effet de pures inventions poétiques[7].
À une époque sans réelle classification ni hiérarchisation de diverses périodes artistiques de la part des historiens d'art, les critiques modernes y voient, malgré tout, une ligne progressive fortement structurée (comme Venturi, Schlosser, Chastel, Recht, Ferroni et Giorgio Patrizi), plus qu'une juxtaposition fragmentaire de biographies (comme Giuseppe Toffanin)[8].

Les chapitres suivants respectent les dénominations et orthographes des noms de Vasari, dans son ouvrage.

Volume I[modifier | modifier le code]

Della scultura
Dell'architettura
Della pittura

Volume II[modifier | modifier le code]

Volume III[modifier | modifier le code]

Volume IV[modifier | modifier le code]

Volume V[modifier | modifier le code]

Volume VI[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

Le Vite ont été un très grand succès d’édition, maintes fois traduites et imitées. Elles sont toujours disponibles en librairie dans des éditions bon marché. Cependant certains auteurs ont accusé Vasari de chauvinisme. Dans la préface de son Abrégé de la vie des plus fameux peintres, Antoine-Joseph Dézallier parle des « exagérations de Vasari »[9] et l’accuse de partialité envers les Toscans[10].

Citations et notes[modifier | modifier le code]

  1. Cf. la page de titre de l'édition de 1550.
  2. « Paolo Ucello aurait été le peintre le plus élégant et le plus original depuis Giotto, s’il avait consacré aux figures d’hommes et aux animaux, le temps qu’il perdit dans ses recherches sur la Perspective » Vasari, Vie des grands artistes.
  3. « On rapporte que Giotto, dans sa jeunesse, peignit un jour d'une manière si frappante une mouche sur le nez d'une figure commencée par Cimabue que ce maître, en se remettant à son travail, essaya plusieurs fois de la chasser avec la main avant de s'apercevoir de sa méprise. »
  4. « Plus fait pour la teinture que pour la peinture. » Vasari : le Vite, vol I, p.215
  5. Properzia de' Rossi : « elle fut surtout louée de son temps pour les noyaux de pêche ou d'abricot qu'elle ciselait »
  6. « les Grecs peignent des figures avec des yeux de possédés, les mains ouvertes, sur la pointe des pieds »
  7. Paul Barolsky, professeur d’art et littérature de la Renaissance italienne à l’Université de Virginie, « Le génie littéraire de Giorgio Vasari », conférence à l'Auditorium du Louvre, 26 septembre 2011
  8. Cf. Véronique Merieux, « La terza età des Vies de Vasari : dynamiques fondamentales et étayages », Chroniques italiennes, Spécial concours, numéro 1 Série Web, Université Paris 3, janvier 2002.
  9. Antoine-Joseph Dézallier, Abrégé de la vie des plus fameux peintres, Paris 1749, p. vii disponible en ligne
  10. Dézallier, viii

Versions[modifier | modifier le code]

  • Française :
    • Édition de 1839-1842 de Léopold Leclanché.
    • Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, traduction française et édition commentée sous la direction d'André Chastel, Paris, Berger-Levrault, collection Arts, 12 volumes (1981-1989).
    • Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes d'André Chastel. Réédition, Actes Sud, collection « Thesaurus », 2 vol. (2005) (ISBN 2-74275-769-4)
    • Vies d'artistes de Giorgio Vasari (édition bilingue, français-italien), traduction de Gérard Luciani (2002)
    • Vies des artistes, Giorgio Vasari, Les Cahiers Rouges, Grasset, 2007 (d'après la traduction de Léopold Leclanché)
    • Vies des artistes, Giorgio Vasari, Éditions Citadelle & Mazenod, 450 ill., 2010 (ISBN 978 2 85088 314 9) (d'après la traduction de Léopold Leclanché, seulement 35 « Vies » sont traitées, parmi les plus célèbres)
  • Allemande :
    • Giorgio Vasari, Lebensbeschreibungen der berühmtesten Maler, Bildhauer und Architekten, de Alessandro Nova Berlin (2004)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]