Les Verts (Japon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Verts.
緑の党 (Midori no Tō)
Présentation
Principale porte-parole Nao Suguro
Fondation 28 juillet 2012
Porte-parole paritaire Masaru Kōsaka
Porte-parole paritaire Hitoshi Nakayama
Porte-parole paritaire Uiko Hasegawa
Représentants
0 / 480
Conseillers
0 / 242
Idéologie Écologie politique, pacifisme
Affiliation internationale Global Greens
Couleurs vert
Site web www.greens.gr.jp

Les Verts (緑の党, Midori no Tō?), ou encore Greens Japan, est un parti politique écologiste japonais, fondé le 28 juillet 2012 à la suite de Midori no Mirai[1]. Il apparaît dans un contexte politiquement tendu au Japon, alors que les manifestations antinucléaires ne font que s'intensifier depuis l'accident nucléaire de Fukushima[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien avant la crise nucléaire, les mouvements écologistes japonais apparaissent dans un contexte politique hautement concurrentiel. En effet, la seconde moitié du XXe siècle a été le témoin d'une forte capacité d'action de ces organisations dans le pays, à commencer par les "coalitions de femmes au foyer" (主婦連, shufuren?)[3]. L'ensemble de cette société civile s'est rapidement intéressée, outre les enjeux liés à la défense des consommateurs, aux ratés du dit "miracle économique japonais", notamment à la pollution[4], au point de pouvoir bousculer la mise sur agenda en leur faveur[5]. Certains de ces mouvements ont par la suite décidé de se convertir en parti politique pour prendre part directement au processus de représentation. Ce fut notamment le cas des coopératives de consommation que sont les "Seikatsu Clubs"[6].

Trois organisations s'étaient disputées la dénomination de "Verts" jusqu'en 2012, à savoir Midori no Mirai, l'ancien Seikatsu Club Kanagawa Network Movement et ECOLO-Japan. La fédération internationale des partis Verts semble indiquer que, depuis, seul Midori no Mirai était reconnu comme "les Verts du Japon"[7]. Cette reconnaissance semble faire aujourd'hui d'autant plus consensus que le regroupement avait reçu le soutien de l'anthropologue Shin'ichi Nakazawa (ja) et de son organisation Green Active pour la fondation des Verts[8], alors qu'une rivalité aurait pu tout logiquement émerger entre les deux structures pour s'arroger les avantages de cette fondation[9].

Contexte de la fondation[modifier | modifier le code]

Les Verts émergent donc entre autres de l'organisation politique dissoute le 28 juillet 2012, Midori no Mirai[10], dont la vocation première était de faire émerger un parti politique Vert sur la scène politique nationale[11]. À la suite de Fukushima, autant les mouvements antinucléaires[12] que Midori no Mirai bénéficiaient d'une couverture médiatique croissante, rendant plus visibles leurs actions et leurs revendications. C'est ainsi que l'on peut comprendre l'apparition relativement tardive d'un parti politique de ce genre au Japon, alors que 90 autres pays dans le monde avaient déjà le leur[13]. Dans ce contexte, le nouveau parti politique est perçu comme un futur acteur majeur des mobilisations antinucléaires qui tentent de contraindre le gouvernement démocrate de Yoshihiko Noda sur la détermination de sa politique énergétique[14].

Organisation[modifier | modifier le code]

Sur le modèle de Midori no Mirai, le parti politique connaît à nouveau quatre porte-paroles paritaires (共同代表者, kyōdō-daihyōsha?), ainsi qu'un conseil d'administration appelé réunion nationale (全国協議, zenkoku kyōgi?)[15]. Nao Suguro, conseillère d'arrondissement à Suginami (Tokyo) qui exerçait déjà le rôle de principale porte-parole de Midori no Mirai, est réélue à ce même poste dans la nouvelle organisation[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) 日本にも「緑の党」 環境問題を第一に, Chunichi Shimbun, 7 juillet 2012
  2. (fr) Japon: les anti-nucléaires cernent symboliquement le Parlement, Le Parisien, 29 juillet 2012
  3. (fr) Bouissou, Jean-Marie. "Face à l'État (2). La société civile", in Le Japon contemporain, Paris, Fayard-CERI, 2007, p. 240
  4. (fr) Ibid., p. 241
  5. (fr) Ibid. p. 242.
  6. (fr) Ibid., p. 247.
  7. (en) Global Greens. Green Parties around the world
  8. (ja) 「緑の党」、国政進出に期待の声 都内で結成イベント, Asahi Shimbun, 29 juillet 2012
  9. (ja) 「緑の党」は足並みそろえて――中沢新一さんと全国ネットが連携, alterna, 14 octobre 2011
  10. (ja) 日本版「緑の党」発足 「原発全廃」で国政目指す, Asahi Shimbun, 28 juillet 2012
  11. (ja) Hirai, Yasushi. "虹色グリーン”に“無色のグリーン”-「緑の党」「みどりの日本」が設立へ", in Shûkan Kin'Yôbi, no 883, Tokyo, Kin'Yôbi Ltd., 17 février 2012, p. 4
  12. (fr) Gaulène, Mathieu. "La presse japonaise se convertit à l'antinucléaire", Slate, 13 juillet 2012
  13. (ja) 28日結成の「緑の党」――会員千人に達する勢い, Shukan Kin'yobi, 23 juillet 2012
  14. (ja) 緑の党きょう結成 脱原発、国政進出目指す, Tokyo Shimbun, édition du matin, 28 juillet 2012
  15. (ja) [PDF] Les Verts. Statuts temporaires
  16. (ja) [PDF] Les Verts. Liste des élus à des fonctions exécutives ou délibérantes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]