Les Vacances d'Hercule Poirot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Vacances d'Hercule Poirot
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier
Version originale
Titre original Evil Under the Sun
Éditeur original Collins
Langue originale Anglais
Pays d'origine Royaume-Uni
Date de parution originale 1941
Version française
Traducteur Michel Le Houbie
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque no 351
Date de parution 1948
Nombre de pages 244 p.
Série Hercule Poirot
Chronologie
Précédent Un, deux, trois... Cinq petits cochons Suivant

Les Vacances d'Hercule Poirot (Evil Under The Sun dans l'édition originale) est un roman policier d'Agatha Christie, publié en 1941, mettant en scène le détective belge Hercule Poirot.

Résumé[modifier | modifier le code]

Séjournant dans un hôtel de luxe sur la côte du Devon, Hercule Poirot remarque rapidement le drame amoureux qui se joue entre Patrick Redfern, son épouse délaissée Christine, la « croqueuse d'hommes » Arlena Marshall (elle-même mariée et belle-mère d'une adolescente complexée) et son mari Kenneth. Lorsqu'Arlena est assassinée au cours d'un bain de soleil isolé, divers indices semblent un moment désigner son mari comme coupable. Hercule Poirot, comme à son habitude, démêlera l'écheveau d'une machination compliquée, écartant une à une les fausses pistes, pour faire apparaître la vérité au grand jour…

Commentaire[modifier | modifier le code]

Agatha Christie, native de Torquay (Devon), transposa cette ville dans le roman sous le nom de « St. Loo » (lieu déjà été mentionné précédemment dans la Maison du péril).

L'intrigue, qui utilise le ressort classique du trio mari-maîtresse-épouse délaissée, déjà utilisée dans la nouvelle Trio à Rhodes (Triangle at Rhodes), bien évidemment compliquée par une machination criminelle non apparente.

Pour l'anecdote, on assiste, à la fin du chapitre 12, à une tentative d'étranglement menée par le/la coupable à l'encontre du détective, accompagnée de l'invective suivante : « Saloperie de misérable vermine fouineuse ».

Éditions[modifier | modifier le code]

  • 1941 : Evil Under the Sun, Londres, Collins
  • 1941 : Evil Under the Sun, New York, Dodd Mead
  • 1948 : Les Vacances d'Hercule Poirot, Paris, Librairie des Champs-Élysées, Le Masque no 351, dans une traduction de Michel Le Houbie.
  • 1994 : Les Vacances d'Hercule Poirot, dans Agatha Christie. 7, Les années 1940-1944, Paris, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Intégrale », dans une nouvelle traduction de Laure Terilli.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Adaptation télévisée[modifier | modifier le code]

Adaptation en jeu vidéo[modifier | modifier le code]