Les Tueurs (film, 1956)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Tueurs.

Les Tueurs

Titre original Ubiytsy
Réalisation Andreï Tarkovski
Alexandre Gordon
Marika Beiku
Scénario Andreï Tarkovski
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'URSS Union soviétique
Sortie 1956
Durée 19 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Tueurs (en russe: Убийцы, translittération: Ubiytsy) est le premier court métrage d'études d'Andreï Tarkovski (en russe, Андрей Тарковский) (noir et blanc - 19 min), réalisé en 1956 et sorti en 1958. Il s'agit d'une adaptation fidèle de la nouvelle The Killers d'Ernest Hemingway écrite en 1927, qui avait déjà été adaptée dix ans auparavant, en 1946, par Robert Siodmak dans un film homonyme avec Ava Gardner et Burt Lancaster.
En 1964, Don Siegel en fera un remake, À bout portant.

Genèse du film[modifier | modifier le code]

Andreï Tarkovski a étudié à l'Institut fédéral d'État du cinéma, le VGIK, où il a eu Mikhail Romm comme professeur. En 1956, l'ensemble des œuvres d'Hemingway venait d'être publié en Union soviétique. Pour ce film d'étude, Mikhail Romm demanda un tournage uniquement en intérieur avec un petit nombre d'acteurs et basé sur une histoire dramatique. Tarkovski décida alors d'adapter cette nouvelle « d'une vérité particulièrement profonde », selon lui, en collaboration avec Marika Beiku et Alexandre Gordon. C'est la première fois que le VGIK acceptait l'adaptation d'une œuvre étrangère. Mikhail Romm a fortement louangé le film.

Production[modifier | modifier le code]

Dû au manque d'équipement du VGIK, les étudiants devaient travailler à la réalisation de leurs films d'études par groupe de deux ou trois. L'idée d'adapter la nouvelle d'Ernest Hemingway vient de Tarkovski. Tous les rôles ont été joués par des étudiants, ainsi que la caméra et l'éclairage qui ont été assurés par Alfredo Álvarez et Aleksandr Rybin.

Beiku, Gordon et Tarkovski ont monté un bar américain - symbole de dépravation - dans un studio de l'école, et qui est vite devenu une attraction pour les étudiants. Les accessoires du bar ont été apportés par les étudiants, Tarkovski apportant une horloge murale et la petite valise de sa grand-mère.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film Les Tueurs est divisé en trois tableaux, le premier et le troisième étant dirigés par Tarkovski et dans une moindre mesure par Beiku, le deuxième par Gordon.

Premier tableau

Une petite ville des États-Unis, dans les années 1920, Nick Adams mange dans un petit restaurant. Deux tueurs, tout habillés de noir, y pénètrent et expliquent à George, le tenancier, qu'ils recherchent le boxeur Ole Andreson afin de le tuer. Ils ligotent Adams et le cuistot noir. Trois clients entrent successivement dans la salle et sont renvoyés par George. Le deuxième client est joué par Tarkovski lui-même qui entre en sifflant Lullaby of Birdland[1].

Deuxième tableau

Adams se rend chez Andreson qui se terre dans une petite pièce et le met en garde, mais celui-ci est résigné et refuse de s'enfuir.

Troisième tableau

Adams retourne au restaurant et informe George de la décision d'Andreson.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Tarkovski a créé de longues pauses dans son film, générant beaucoup de tensions, encore accentuées du fait que la bande son ne comporte pas d'airs musicaux, à part le morceau sifflé Lullaby of Birdland.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

La nouvelle The Killers - Les Tueurs d'Ernest Hemingway se retrouve dans deux recueils :

  • Men without women, New York : Simon & Schuster, 1997. Traduction française : repris partiellement dans le recueil 50 000 dollars (Paris, Gallimard, 1948) puis dans les Nouvelles complètes (Paris, Gallimard, 1999).
  • Les Aventures de Nick Adams, traduit de l'anglais, Paris : Gallimard, 1972

Elle a en outre été tirée à part et jointe à l'édition DVD de la version de Robert Siodmak par Carlotta Films (2007). Cette même édition comprend un DVD de bonus où figure le court métrage de Tarkovski.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tarkovski a découvert Lullaby of Birdland en écoutant l'émetteur de radio La Voix de l'Amérique, symbole de liberté dans l'U.R.S.S. des années 1950.