Les Trois Mousquetaires (film, 1948)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Trois Mousquetaires (homonymie).

Les Trois Mousquetaires

Titre original The Three Musketeers
Réalisation George Sidney
Scénario Robert Ardrey
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventures
Durée 125 minutes (2 h 05)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Trois Mousquetaires (The Three Musketeers) est un film américain de George Sidney sorti en 1948.

Synopsis[modifier | modifier le code]

D'Artagnan, jeune noble provincial venant de sa Gascogne natale, arrive à Paris pour s’engager dans le régiment des mousquetaires du roi Louis XIII. Il s’installe en pension chez le vieux M. Bonacieux, dont la femme Constance ne le laisse pas indifférent. Son tempérament enthousiaste et bouillonnant lui vaut de provoquer en duel trois mousquetaires : Athos, Porthos et Aramis. Pendant qu'il croise le fer avec le premier des mousquetaires, l’arrivée des gardes du cardinal de Richelieu met un terme à leur combat et D’Artagnan décide de se ranger au côté de ses trois adversaires pour repousser les hommes du cardinal. Après cette victoire, ils s’unissent dans des aventures périlleuses pour déjouer les conspirations de Richelieu… criant en entrecroisant leurs épées « Un pour tous, tous pour un ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Anachronismes[modifier | modifier le code]

  • Lorsque D’Artagnan se chamaille avec chacun des trois mousquetaires, Athos lui fixe rendez-vous à midi derrière le Luxembourg, Porthos à 13 heures au Carmes-Deschaux et Aramis à 14 heures derrière le Louvre. Or ce dernier point de rendez-vous étant à plus de 1,5 km des premiers duels, D’Artagnan ne peut matériellement être à l'heure pour sa rencontre avec son dernier bretteur.
  • Avant les duels entre les mousquetaires et D’Artagnan, on entend quelques mesures de La Casquette du père Bugeaud datant de 1846.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]