Les Trois Vies de Thomasina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Trois Vies de Thomasina

Titre original The Three Lives of Thomasina
Réalisation Don Chaffey
Scénario Robert Westerby
Sociétés de production Walt Disney Productions
Pays d’origine États-Unis
Sortie 1964
Durée 94 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Trois Vies de Thomasina (The Three Lives of Thomasina) est un film dramatique américano-britannique de Don Chaffey sorti en 1964. Le film est une adaptation du roman Thomasina: The Cat Who Thought She Was God (1957) de Paul Gallico.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1912 en Écosse, dans une petite ville, le vétérinaire Andrew MacDhui vit seul avec sa fille Mary et leur chat Thomasina depuis la mort de sa femme. Ce décès a brisé la foi de MacDhui en Dieu et sa préférence pour les animaux de compagnie « utiles » comme les animaux de ferme ou les chiens d'aveugle comme Bruce. L’histoire est racontée par Thomasina qui explique que son nom était Thomas avant que ses maîtres s'aperçoivent de leur erreur.

Une nuit Thomasina est pourchassée par des chiens sur la place du marché et est blessée après une chute. Marie et ses amis la découvrent le lendemain et l'emmènent chez son père. MacDhui est en train d'opérer Bruce qui a été percuté par une voiture. Interrompu par sa fille, MacDhui ausculte quand même Thomasina et en raison de ses muscles raides il diagnostique le tétanos. Bien que cette maladie soit soignable, MacDhui préfère euthanasier le chat et demande à son assistant Willie Bannock de le faire.

Mary est accablée par cette annonce et ne croit plus en son père qui avait juré de tout faire pour sauver leur chat. Elle en tient rigueur à son père et refuse de lui parler, le déclarant même mort. Pendant ce temps Thomasina monte au Paradis des chats où les chats ayant épuisé leurs neuf vies sont transformés en siamois et passe l'éternité aux cotés du dieu égyptien Bastet. N'ayant vécu qu'une seule de ses vies, Thomasina retourne dans son corps mais reste dans le coma.

Mary et ses camarades, dont Hughie Stirling, Jamie et Geordie McNab veulent offrir à Thomasina une cérémonie funéraire. Ils quittent la ville et s’enfoncent dans la vallée. Mais ils sont interrompus par "Mad Lori" MacGregor, une jeune et belle femme vivant dans la vallée et attirée par le chant des enfants. Ils pensent qu'elle est une sorcière car elle parvient à calmer et soigner les animaux. Lori emmène Thomasina dans sa clinique vétérinaire de fortune et parvient à sortir Thomasina du coma mais elle a perdu la mémoire. Ainsi commence sa seconde vie avec Mary.

Lori n'a pas les connaissances en chirurgie pour soigner un blaireau blessé par un piège et elle demande à Dieu de l'aide. C'est alors que MacDhui arrive pour lui donner son avis sur l'aide donnée aux jeunes et qu'il va demander aux gens du village de ne plus le consulter pour leurs animaux et à la place d'aller la voir. Mais il ne termine pas ses propos et soigne le blaireau sous le regard amusé de Lori. Les deux adultes se rendent compte qu'ils possèdent chacun la moitié des qualités pour traiter les animaux, lui la science et la chirurgie, elle le pouvoir de l'amour.

Plus tard, ils apprennent que des Tsiganes traitent leurs animaux cruellement et alors qu'ils vont les raisonner, ils tombent amoureux. Pendant ce temps, Thomasina recouvre lentement la mémoire et elle réalise qu'elle a oublié quelque chose d'important et ne se rappelle plus quoi. Elle se souvient du chemin de la maison de Mary et de son père mais une fois arrivée elle est chassée sous une pluie battante par Mary qui ne la reconnaît pas. Thomasina retourne dans l'abri de Lori. De son coté, MacDhui retourne chez lui sous la pluie et découvre sa fille allongée par terre souffrant d'une pneumonie. Il se surprend à prier pour que quelqu'un vienne soigner sa fille. Dans la vallée, un éclair frappe un arbre proche de la cabane de Lori et Thomasina retrouve alors la mémoire. Thomasina se précipite à la maison des MacDhui suivie par Lori.

La jeune femme utilise sa médecine pour sauver Mary mais cette dernière a perdu l'envie de vivre ce qui réduit les chances de guérison. Thomasina refuse d'entrer dans la maison en voyant MacDhui, qu'elle considère comme son meurtrier et y voit un moyen de se venger. MacDhui prend Thomasina et la place dans les bras de Mary et en rendant Thomasina à Mary, la vie de Marie et son amour pour son père reviennent. L'amour de Lori pour MacDhui l'a changé et ils se marient, formant une équipe de vétérinaire parfaite tandis que Thomasina entame sa troisième vie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations proviennent des sources concordantes suivantes : Leonard Maltin[1], John West[2] et IMDb[3]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source : Leonard Maltin[1], John West[2] et IMDb[3]

Sorties cinéma[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database[4].

Origine et production[modifier | modifier le code]

Les Trois Vies de Thomasina est le second film réalisé par Don Chaffey pour les studios Disney après Bobby des Greyfriars (1961)[5] et est une adaptation du roman Thomasina: The Cat Who Thought She Was God (1957) de Paul Gallico. Entre temps Chaffey a réalisé Jason et les Argonautes (1963). Ce second film Disney reprend le principe de Bobby des Greyfriars de Dennis Bertera ou de The Snow Goose autre roman de Gallico mêlant les animaux et les hommes dans des histoires d'amour touchantes[5]. C'est un énième film produit par Disney au Royaume-Uni[6].

La totalité du village d'Inveranoch a été construit dans le studio de Pinewood comme une réplique de 1912 de la ville d'Inveraray[7]. Le directeur artistique Michael Stringer a passé un mois en Écosse à la recherche de décors pour recréer le village[7]. Pour déduire les coûts le studio a réaménagé le décor de village français construit pour le téléfilm L'Affaire du cheval sans tête (1963)[7]. 100 ouvriers et 8 semaines ont été nécessaire pour la transformation en un nouveau village de 1 600 000 pieds carré (148 645 m2) comprenant 30 échoppes et maisons, une église et un marché aux poissons[7]. Le cottage de Lori McGregor a lui été construit à Black Pearl, une zone naturelle préservée de 100 acres (40 ha) près de Pinewood[7]. Les chariots de la caravane de gitan utilisés à la fin du film avaient réellement plus de cent ans et ont été achetés par l'acteur Patrick McGoohan après la fin de la production pour les installer dans sa demeure du Sussex et les offrir à ses enfants[7].

L'actrice Samantha Eggar avait d'abord été sélectionnée pour le rôle de Lori McGregor mais c'est Susan Hampshire qui fut retenue[7]. Afin d'améliorer le film, le réalisateur Don Chaffey et Susan Hampshire ont décidé qu'elle devait habitué les animaux à être près d'elle[7]. Pour cela elle a accueilli chez elle dans son petit appartement six lapins, quatre chats, une biche, un blaireau, un renard et un mainate[7].

Quatre chats ont été utilisé pour jouer le rôle de Thomasina dont un mâle[8]. Le dressage des animaux pouvait être à la fois simple ou compliqué[8]. Par exemple, pour faire cligner la paupière d'un chat, le dresseur soufflait dans une paille mais pour le faire sortir de la maison et grimper dans un arbre deux semaines de répétitions ont été nécessaire[8].

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

La plupart des critiques trouvent quelque chose à admirer dans le film Les Trois Vies de Thomasina mais qu'il reste trop « mou[9]. » Howard Thompson du New York Times écrit que le film est « sentimental, extrêmement gentillet et convient mieux aux petites filles[9],[10]. » Il ajoute qu'il n'est pas concevable de prendre, jeune ou vieux, la voix de cristal de Susan Hampshire pour celle d'une sorcière[9],[10]. Robert Salmaggi du Herald Tribune écrit lui que même le film possède un certain charme et la marque d'un bon Disney, l'action pousse le public à s'affaisser après les premières scènes pour ne reprendre un rythme qu'à la fin[9]. Variety note simplement que le film manque de sensation[9].

Le film a été diffusé à la télévision dans l'émission Walt Disney's Wonderful World of Color sur NBC en trois épisodes, les 14, 21 et 28 novembre 1965[11].

La prestation de Susan Hampshire a été tellement appréciée par le studio Disney qu'il signe à nouveau avec l'actrice deux ans plus tard pour Le Prince Donegal (1966)[9]. De même la jeune Karen Dotrice, fille de Roy Dotrice a été invitée en Californie pour participer au tournage de Mary Poppins (1964)[9]. Devant le succès du film, le studio a proposé d'adapter un second roman de Paul Gallico, Mrs. 'Arris Goes to Paris (1958) mais le décès de Walt Disney a stoppé le projet[8]. Le roman a toutefois été adapté en téléfilm en 1992, sous le nom Tous les rêves sont permisavec Angela Lansbury mais pas par Disney[8].

Analyse[modifier | modifier le code]

Cette seconde production Disney de Don Chaffey est pour Leonard Maltin à l'image de la première, délicate et charmante et avec un scénario adorable, des solutions imaginatives et une distribution excellente bien mieux que son prédécesseur[5]. Maltin ajoute que le film aurait pu attirer un public plus large si il avait été ressorti[9]. Certains des éléments du scénario, ajoutés ou non, sont devenus des standards de Disney[9]. Maltin note parmi ces points[9] : l'humanisation d'un personnage adulte froid, une narration centrée sur les enfants, une séquence « magique » ici le voyage de Thomasina dans un paradis félin et le fait de donner la parole à un animal, ici uniquement pour les besoins de la narration.

Pour John West, le film est excellent avec un rendu magnifique et superbe de l'histoire de Paul Gallico[7]. West cite Paul Gallico qui avait été invité sur le tournage aux Pinewood Studios mais qui s'est senti obligé de quitter les lieux rapidement quand il a constaté que son histoire avait été mutilée[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 221.
  2. a et b (en) John G. West, The Disney Live-Action Productions, p. 205.
  3. a et b (en) Les Trois Vies de Thomasina sur l’Internet Movie Database
  4. a et b (en) Les Trois Vies de Thomasina sur l’Internet Movie Database
  5. a, b et c (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 222.
  6. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 193.
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) John G. West, The Disney Live-Action Productions, p. 206.
  8. a, b, c, d, e et f (en) John G. West, The Disney Live-Action Productions, p. 207.
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 223.
  10. a et b Howard Thompson, « The Three Lives of Thomasina (1963) »,‎ 12 décembre 1963 (consulté le 16 juillet 2012)
  11. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 362.

Lien externe[modifier | modifier le code]