Les Somnambules

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Somnambules
Essai sur l'histoire des
conceptions de l'univers.
Auteur Arthur Koestler
Genre essai historique
Version originale
Titre original The Sleepwalkers
Éditeur original Penguin Books
Langue originale Anglais britannique
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Date de parution originale 1959
ISBN original O-14019-246-8
Version française
Traducteur Georges Fradier
Éditeur Calmann-Lévy
Date de parution 1960

Les Somnambules (titre original : The Sleepwalkers) est un essai du journaliste britannique Arthur Koestler sur l'histoire de la science astronomique dans le monde occidental.

Contenu[modifier | modifier le code]

Récit légèrement « dramatisé » et mis en scène de la vie de quelques protagonistes fameux de l'histoire de l'astronomie (Aristote, Ératosthène, Ptolémée, Copernic, Kepler et bien d'autres), cet essai s'attaque au préjugé selon lequel la science progresse à pas comptés vers des résultats définitifs. L'auteur suggère plutôt, comme l'indique le titre du livre, que les chercheurs « tombent » sur leurs découvertes de la même façon qu'un somnambule emprunte un chemin. Le hasard n'a rien à y faire : simplement, le chercheur ne comprend pas d'emblée ce qu'il vient de découvrir, ce dont les lois de Kepler donnent une très bonne illustration.

Un thème central de cet essai est le rapport dialectique entre la foi et la raison. Koestler démontre que ces deux fils conducteurs de la recherche coexistaient harmonieusement chez tous les astronomes occidentaux jusqu'au XVIIe siècle. Il conclut que, tandis que foi et raison sont aujourd'hui opposés, les plus grands penseurs du passé étaient profondément religieux.

« Les somnambules », outre la thèse stimulante de l'auteur, donnent une information déjà détaillée, quoique nécessairement datée aujourd'hui, sur l'histoire de l'astronomie. On y trouvera la biographie de plusieurs personnages méconnus de l'histoire officielle (Rheticus, Dantiscus, Maestlin, etc.), avec en outre des références bibliographiques précises.

L'historien de l'astronomie Owen Gingerich, s'il reconnait que l'ouvrage de Koestler n'est pas pour rien dans son intérêt pour l'histoire des sciences, le qualifie (en 2004) d'« hautement contestable » et critique sa façon de considérer les personnages historiques comme des personnages de fiction[1]. Les travaux de Gingerich, dont il raconte le déroulement dans un livre nommé (en)The book that nobody read en référence à Koestler, montrent que ce dernier avait entièrement tort quand il disait du De Revolutionibus de Copernic que c'était un « livre que personne n'avait lu » et « l'une des plus grandes faillites éditoriales de tous les temps »[2].

Le mathématicien Alexandre Grothendieck cite cet ouvrage comme l'une de ses sources d'inspiration dans son memorandum intitulé A. Grothendieck, « Récoltes et semailles. Réflexions et témoignages sur un passé de mathématicien »,‎ 1985, chap. 2 § 7, note 18.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Owen Gingerich (trad. Jean-Jaccques Szczeciniarz), Le livre que nul n'avait lu : à la poursuite du De Revolutionibus de Copernic, Paris, Dunod, coll. «Quai des sciences», 2008. (ISBN 978-2-10-049611-2) p. 2
  2. ibid, p. 284, dont sont reprises les citations de Koestler

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

Régulièrement édité en anglais, ce livre a connu déjà deux éditions en français :

  • 1960 aux éditions Calmann-Lévy
  • 2010 aux éditions Les Belles Lettres