Les Roses blanches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Roses blanches est une chanson de 1925, paroles de Charles-Louis Pothier et musique de Léon Raiter (éditions Raiter).

C'est un grand succès interprété par plusieurs artistes : Mary Ketty, Berthe Delny, Priollet, Sandrey, Emma Liebel ; puis elle est reprise par Berthe Sylva[1], Lucienne Delyle, par le groupe Les Sunlights, ainsi que par Michèle Torr[2], Régine et Céline Dion.
Pierre Palmade la chantera (relativement faux d'ailleurs) en scène, en ouverture du spectacle « On s'connait ? », en expliquant qu'il le fait bien malgré lui, à la demande de sa mère, en soulignant la tristesse de la chanson et en l'assortissant de commentaires faisant ressortir le comique involontaire que l'accumulation de détails tragiques finit par faire naître.

La chanson[modifier | modifier le code]

Chanson réaliste, dans la lignée des Bénech et Dumont, selon Jean-Claude Klein[3], elle raconte l'histoire d'un pauvre « Gosse de Paris » n'ayant pour toute famille que sa mère hospitalisée, à laquelle il apporte chaque dimanche des roses blanches. Un matin d'avril, n'ayant plus un sou, il tente de voler des fleurs, se fait surprendre, mais la fleuriste apitoyée par son histoire les lui offre finalement. Lorsque il arrive à l'hôpital, sa mère est morte.

Les interprètes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pénet, 1998, p. 284.
  2. [1],version de Michèle Torr vu sur Youtube.
  3. Klein, 1989, p. 170.