Les Pujols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Pujols
L'église Saint Blaise des Pujols
L'église Saint Blaise des Pujols
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Ariège
Arrondissement Arrondissement de Pamiers
Canton Canton de Pamiers-Est
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Pamiers
Maire
Mandat
Jérôme Blasquez
2014-2020
Code postal 09100
Code commune 09238
Démographie
Gentilé Pujolais
Population
municipale
720 hab. (2011)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 05′ 21″ N 1° 43′ 10″ E / 43.0892, 1.7194 ()43° 05′ 21″ Nord 1° 43′ 10″ Est / 43.0892, 1.7194 ()  
Altitude Min. 255 m – Max. 384 m
Superficie 13,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Les Pujols

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Les Pujols

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Pujols

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Pujols

Les Pujols est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Pujolais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans l'aire urbaine de Pamiers en plaine d'Ariège

Histoire[modifier | modifier le code]

Après avoir été une possession du Comté de Foix, Les Pujols appartiennent au XIIe siècle à la seigneurie de Mirepoix (alors en Languedoc). Son église restait liée quant à elle à l'abbaye Saint-Volusien de Foix. Lors de la Guerre de Cent Ans, le bourg et plus précisément son château (aujourd'hui disparu) fut le camp de routiers qui saccagèrent les alentours. La ville est reprise par Arnoul d'Audrehem, alors maréchal de France, en 1363. Il la remet au seigneur de Mirepoix, sans omettre de lui faire payer les frais de guerre, et surtout de lui imposer une amende pour ne pas avoir défendu le pays.

Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, on fabriquait aux Pujols des tuiles et des briques.

De nos jours, le village possède un aérodrome. Créé en 1976, il forme pilotes, voltigeurs, parachutistes, et est le lieu de construction amateur. Cet aérodrome est géré par la Chambre de commerce et d'industrie de l'Ariège.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Alain Fauré PS Député
mars 1989 mars 2001 Lucien Laffargue SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 720 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
446 239 484 496 516 534 484 537 554
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
573 544 585 551 594 562 563 559 520
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
509 488 494 459 468 417 418 395 418
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
389 387 375 417 470 521 635 651 720
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église fortifiée Saint-Blaise
Les Pujols (Ariège)-clocher église.jpg

Le mur-clocher, couronné de 9 créneaux, date de 1333. Le portail de l'église (sur un côté de l'édifice) remonte lui aussi au XIVe siècle (antérieur à 1350). Il est de grès rouge, à trois archivoltes en arc brisé. On y lit cette inscription : « Renaud IV de Pons, gendre du duc de Lévis (1296-1335) ». Sont également visibles les armes du consulat des Pujols et l'écusson de Renaud IV de Pons (dit Rudel) qui avait édifié le clocher à la fin du XIIIe siècle. Ce portail daterait d'un sanctuaire antérieur (qui fut pillé et incendié par les bandouliers en 1293).

L'église en elle-même date de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :