Les Progressistes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Progressistes logo.png

Les-Progressistes.fr est un parti politique fondé en septembre 2007 par Éric Besson, ancien membre du Parti socialiste, devenu Secrétaire d'État chargé la prospective et de l'économique numérique du gouvernement Fillon.

Historique[modifier | modifier le code]

Le mouvement « Les-Progressistes.fr » est né avec le soutien de Nicolas Sarkozy afin de doter la majorité présidentielle d'une aile gauche et défendre la politique d'« ouverture », il s'est retransformé de club de réflexion en organisation politique en juin 2009, dans la perspective des élections régionales de 2010. Selon son fondateur « Je me sens bien à l'UMP mais les Progressistes sont un espace d'ouverture intellectuelle qui a vocation à parler librement »[1],[2]. Outre Besson, il y avait parmi ses fondateurs des membres de l'Union des républicains radicaux (U2R), dont son président Emmanuel Dupuy, et d'Initiative européenne et sociale (IES), dont son président Marc d'Héré, qui a quitté Les Progressistes à la mi-2011 pour former un "Cercle des libertés égales"[3]. Les membres d'U2R et d'IES ont rejoint ultérieurement La Gauche moderne.

Aux côtés de son président Éric Besson, secrétaire général adjoint puis conseiller politique chargé de la régulation économique internationale de l'Union pour un mouvement populaire, et de son vice-président Jacques Soppelsa (président honoraire de l'université Paris-Sorbonne 1), un délégué général, Bruno Delmas (ancien chef de cabinet de Christian Bourquin), et des secrétaires nationaux dont Roger Fajnzylberg, ancien maire communiste de Sèvres (1978-1983), dirigent le mouvement[4],[5].

Les-Progressistes.fr font partie du Comité de liaison de la majorité présidentielle, créé par le Premier ministre François Fillon le 30 juin 2009 qui rassemble les différentes composantes de la majorité.

En avril 2012,Les Progressistes se sont manifestés pour apporter leur soutien à la candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle[6]. La dénomination "progressistes" existant également pour désigner des groupes politiques locaux dans certaines assemblées, comme le conseil général de l'Aisne, le quotidien L'Union a pu titrer "Conseil général Les Progressistes derrière Hollande", ce alors que le "groupe progressistes" aisnois correspond à un autre parti, l'Initiative démocratique de gauche[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]