Les Petites Sœurs d'Éluria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Petites Sœurs d'Éluria
Publication
Auteur Stephen King
Titre d'origine The Little Sisters of Eluria
Langue Anglais américain
Parution octobre 1998,
Légendes
Recueil Tout est fatal
Traduction française
Traduction Yves Sarda
William Olivier Desmond
Parution
française
5 mars 2003
Intrigue
Genre Fantasy
Fantastique

Les Petites Sœurs d'Éluria (titre original : The Little Sisters of Eluria) est une nouvelle de Stephen King parue en octobre 1998 dans l'anthologie Légendes, composée de onze nouvelles réunies par Robert Silverberg. Dans ce recueil, la nouvelle était parue en français sous le titre Les Petites Sœurs d'Élurie. Elle a ensuite été reprise dans le recueil de nouvelles Tout est fatal (Everything's Eventual) paru en 2002 aux États-Unis.

Il s'agit d'une préquelle à la série La Tour sombre : l'action se déroule lorsque Roland de Gilead recherche la piste de Walter. Ce n'est que dans Le Pistolero que Roland poursuit, puis rattrape enfin l'Homme en noir.

Résumé[modifier | modifier le code]

Roland, à la recherche de la trace de Walter o'Dim, arrive dans le village déserté d'Éluria. Après avoir été attaqué par des « Verdâtres », des mutants irradiés par du radium, Roland se retrouve sous une tente-hôpital, soigné par un groupe de sœurs hospitalières. Ces dernières s'avèrent néanmoins être une tribu de vampires dirigée par la Grande Sœur, sœur Marie.

Le Pistolero est notamment protégé du pouvoir des sœurs par un « sigleu » de l'Homme Jésus qu'il a ramassé sur le cadavre d'un villageois avant d'être attaqué par les mutants. Ce sigleu le protège assez longtemps pour qu'il recouvre des forces grâce aux soins des sœurs. Aidé de l'unique sœur douée encore d'humanité dont il finit par s'éprendre, sœur Jenna, Roland réussit à s'échapper de la tente alors que ses compagnons d'infortune (d'autres blessés) succombent tous l'un après l'autre à la faim des Sœurs. Sœur Marie est quant à elle détruite par un « chien crucifix », un chien avec une croix dessinée sur sa fourrure.

L'histoire se conclut comme à de nombreuses reprises dans l'œuvre de la Tour sombre sur une séparation. La nature de Sœur Jenna et la quête de Roland rendant impossible tout amour, c'est sur un baiser d'adieu qu'ils se séparent avant que Jenna ne disparaisse.

Genèse[modifier | modifier le code]

C'est un agent littéraire occasionnel de Stephen King qui lui a proposé de participer à l'anthologie Légendes en écrivant une histoire de Roland de Gilead se déroulant avant Le Pistolero[1]. Dans la préface de la nouvelle, King indique que le récit s'est révélé très difficile à écrire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stephen Spignesi, The Essential Stephen King, Career Press,‎ 2001 (ISBN 1564144852), p. 152-154