Les Ordres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Ordres

Réalisation Michel Brault
Scénario Michel Brault
Acteurs principaux
Sociétés de production Productions Prisma
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada (Drapeau : Québec Québec)
Genre Drame
Sortie 1974
Durée 109 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Ordres est un film québécois réalisé par Michel Brault, sorti le à Montréal.

Le film aborde l'emprisonnement et le mauvais traitement de citoyens innocents découlant de l'emploi par le gouvernement du Canada de la Loi des mesures de guerre durant la Crise d'octobre 1970 au Québec.

C’est le deuxième long-métrage réalisé par le cinéaste Michel Brault après Entre la mer et l'eau douce. Les Ordres lui vaut le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 1975. Il a également récolté quatre prix au Canadian Film Awards (l'ancêtre des prix Génie) la même année.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En octobre 1970, suite aux revendications et actes terroristes du Front de libération du Québec (FLQ), le gouvernement canadien adopte la Loi des mesures de guerre pour rétablir la loi et l'ordre. Cette mesure mènera à l'arrestation arbitraire d'environ 500 personnes, contre lesquelles aucune accusation ne sera portée. Le film suit cinq personnages fictifs durant cet épisode de l'histoire québécoise.

Production[modifier | modifier le code]

Michel Brault (à droite), réalisateur du film.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre: Les Ordres
  • Titre anglais : Orderers
  • Réalisation : Michel Brault
  • Scénario : Michel Brault
  • Photographie: François Protat
  • Montage: Yves Dion
  • Musique: Philippe Gagnon
  • Production: Bernard Lalonde
  • Maison de production: Productions Prisma
  • Budget: $260 000
  • Pays d'origine: Canada
  • Format: Couleur et Noir et blanc - 35mm
  • Langue: Français
  • Genre : Drame social
  • Durée : 109 minutes
  • Date de sortie :

Distribution[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

Pierre Vallières[modifier | modifier le code]

Dans un article du magazine Cinéma Québec paru en décembre 1974, le journaliste Pierre Vallières, membre du FLQ emprisonné pendant la Crise d'Octobre, fait une critique acerbe du film. Il reproche au réalisateur Michel Brault d'avoir dépolitisé son film et de « taire l'essentiel des événements dont il tire pourtant sa raison d'être »[1]. Selon lui, « la révolte et l'écœurement qui se promenaient d'un étage à l'autre de Parthenais (la prison où étaient détenus les prisonniers) n'avaient rien à voir avec les sanglots de Jean Lapointe ni avec les critiques timides du médecin X »[1]. Il déclare que les conversations entre prisonniers étaient très politiques. Vallières croit que Brault contribue ainsi involontairement à une amnésie collective encouragée par les autorités[1].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Pierre Vallières, « Témoignage d'un otage privilégié des «ordres». Brault a manqué son coup », Cinéma Québec, vol. 4, no 1,‎ décembre 1974, p. 18-20 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]