Les Nibelungen (film, 1924)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Les Nibelungen (film))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Nibelungen.

Les Nibelungen

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Siegfried et Kriemhild

Titre original Die Nibelungen
Réalisation Fritz Lang
Scénario Fritz Lang
Thea von Harbou
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Sortie 1924
Durée 143 et 145 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Nibelungen (titre original : Die Nibelungen) est un film allemand muet en deux parties réalisé par Fritz Lang et sorti en 1924.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La Mort de Siegfried (Siegfried)[modifier | modifier le code]

Siegfried, fils du roi Siegmund de Xanten, termine son apprentissage chez le nain Mime. Il forge une magnifique épée. Désormais, il peut retourner chez lui, mais l'ambitieux jeune homme veut se rendre à Worms, capitale des Burgondes, pour conquérir la belle Kriemhild, sœur du roi Gunther. Traversant une forêt, il triomphe d'un dragon. Suivant les conseils d'un oiseau, il se trempe dans le sang du dragon qui le rend invulnérable à l'exception d'un endroit de son épaule où s'est posée une feuille de frêne. Son voyage le mène ensuite sur le territoire des Nibelungen et s'empare du trésor volé aux filles du Rhin par le roi des Nains, Alberich, ainsi que du heaume magique (en fait un camail) qui lui permet de prendre n'importe quelle apparence. Déjouant une ruse du méchant nain, Siegfried le tue mais celui-ci a le temps de maudir tous ceux qui détiendront le trésor.

Chez les Burgondes, le roi Gunther est sous la coupe d'un de ses vassaux, Hagen de Tronje, silhouette noire au casque de fer orné de plumes de corbeau. Celui-ci impose un échange : Siegfried aura Kriemhild s'il aide Gunther à séduire celle qu'il convoite, la redoutable Brunhild, qui règne sur l'Islande depuis un château protégé par un lac de feu. Le feu s'éteint devant le héros. Pour conquérir Brunehilde, Gunther doit la vaincre au lancer de rocher, au saut et au javelot. Grâce à son heaume, Siegfried se substitue à Gunther. Défaite, Brunhild est ramenée à Worms, mais encore faut-il la dompter pour la nuit de noces. Là encore, Siegfried, aidé de son heaume, s'exécute...

Siegfried a épousé Kriemhild. Entre elle et Brunhild, qui veut la considérer comme sa vassale, les choses se passent mal. Kriemhild révèle à la nouvelle reine des Burgondes le rôle joué par Siegfried. Désormais, le sort de celui-ci est scellé : Brunhild réclame à Gunther la mort de Siegfried, qui en prenant sa virginité, dit-elle, l'a déshonorée (or il s'avère que c'est faux). Kriemhild, pensant le protéger, montre à Hagen où se trouve l'endroit vulnérable de son mari et c'est naturellement là que Hagen, sur l'ordre de Gunther, frappe le héros au cours d'une partie de chasse improvisée. Malgré le désespoir de Kriemhild, le clan des Burgondes, conscient de sa complicité, fait front autour de Hagen. Elle jure de se venger alors que Brunhild, prise par le remords, se suicide sur le corps de Siegfired, après avoir révélé son mensonge.

La Vengeance de Kriemhild (Kriemhilds Rache)[modifier | modifier le code]

Kriemhild n'a pas pu oublier Siegfried et son lâche assassinat par Hagen de Tronje, qui reste le protégé du clan des Burgondes et s'est approprié le trésor des Niebelungen qu'il a caché dans le Rhin. Le margrave Ruediger von Bechlarn lui apporte la demande en mariage du roi Etzel (en français Attila) : elle l'accepte. La voilà reine des Huns.

Un enfant naît, nommé Ortlieb. Etzel, amoureux fou, promet alors de venger le tort fait à sa femme par les assassins de Siegfried. Pour fêter l'évènement, les Burgondes sont invités avec leur âme damnée, Hagen. Mais Etzel ne peut pas tenir sa promesse : pour les « hommes du désert », l'hospitalité est sacrée. Kriemhild fomente alors une révolte parmi les Huns qui envahissent la salle de banquet. Hagen tue l'enfant et perd de ce fait son statut d'hôte. Il est à la merci de la vengeance d'Etzel. Kriemhild accepte de laisser partir Gunther et ses proches, retranchés dans le palais, en échange de la tête de Hagen. Il refuse.

Dans la bataille qui s'ensuit Ruediger et les deux jeunes frères de Kriemhild, Gerenot et Giselher, sont tués. Elle ordonne alors de mettre le feu au palais. Seuls Hagen et Gunther en réchappent. Capturé, Hagen refuse de révéler où est caché le trésor tant que son roi vivra. Kriemhild fait exécuter Gunther, ainsi que Hagen l'espérait : il avoue qu'il est le seul désormais à connaître le secret et qu'il ne dira rien. De rage, elle le frappe avec l'épée de Siegfried avant d'être à son tour abattue par Hildebrand. Etzel ordonne que sa dépouille rejoigne celle de Siegfried, auquel elle n'a jamais cessé d'appartenir.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]