Les Mazures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Mazures
Image illustrative de l'article Les Mazures
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Arrondissement de Charleville-Mézières
Canton Canton de Renwez
Intercommunalité Communauté de communes Portes de France
Maire
Mandat
Élisabeth Bonillo-Deram
2014-2020
Code postal 08500
Code commune 08284
Démographie
Gentilé Mazurois
Population
municipale
942 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 19″ N 4° 37′ 38″ E / 49.8886111111, 4.62722222222 ()49° 53′ 19″ Nord 4° 37′ 38″ Est / 49.8886111111, 4.62722222222 ()  
Altitude 376 m
Superficie 36,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Les Mazures

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Les Mazures

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Mazures

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Mazures

Les Mazures est une commune française située dans le département des Ardennes et la région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les Mazures est une petite commune des Ardennes, construite en légère altitude sur un sol marécageux Elle est bordée par la départementale D988 et la D31 la traverse. Les Mazures se trouve au carrefour entre Revin, Renwez, Sécheval et Bourg-Fidèle. Il y a plusieurs rivières qui prennent leur source à Les Mazures.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom Mazure[1] signifie au XVIe siècle une manoeuvrerie, de même qu'un mazurier était un manoeuvre ou ouvrier, attaché à une ferme ou un domaine tout en en étant indépendant[2].

Le village a appartenu à la seigneurie de Montcornet. Son origine remonte à celle de cette seigneurie vers la fin du XIe siècle. Seul vestige de cette histoire, la chapelle de l'abbaye Notre-Dame-de-Consolation.

Dans cette commune, l'Organisation Todt a fait construire un camp de travail pour 288 juifs déportés d'Anvers (Belgique) qui fabriquaient du charbon de bois destiné à l'industrie allemande. Tous ces déportés furent transférés ensuite à Auschwitz, à l'exception des évadés. Bilan selon les recherches de Jean-Emile Andreux : - 22 évasions réussies - 27 rescapés après déportation à Auschwitz puis d'autres camps de la mort - 2 fusillés après évasion - 237 morts dans les camps après leur transfert des Mazures.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Christiane Cachard    
mars 2008 en cours Elisabeth Bonillo-Deram[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Les Mazures a adhéré à la charte du parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 942 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
742 786 853 1 034 1 171 1 296 1 338 1 308 1 376
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 230 1 185 1 194 1 163 1 110 1 069 1 048 1 173 1 093
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 024 823 924 793 794 710 806 798 922
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 - -
789 781 738 774 909 928 942 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les Mazures ont deux bâtiments anciens : l'église construite au XIIe siècle et reconstruite au XVIIIe siècle (le toit du clocher est plus récent), on y voit encore à l'intérieur des toiles représentant sainte Gertrude, et l'abbaye Notre-Dame-de-Consolation XIIIe siècle (dont la façade a été rénovée) ainsi que sa source dont l'eau aurait des vertus thérapeutiques. On y trouve quelques fontaines et lavoirs anciens.

Le lac des Vieilles Forges appartient en grande partie aux Mazures. La commune borde le bassin des Marquisades et le parc du même nom.

Une stèle du souvenir est dressée en bordure du site du Camp de travail forcé pour des juifs anversois (Belgique). Ce lieu est devenu le terrain de football de la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Position des Mazures sur la carte de Cassini sur Géoportail.
  2. M. Déy, Histoire de la Ville et du Comté de Saint-Fargeau, Auxerre, 1856. p. 409.
  3. (fr) « Les maires de Mazures (Les) », sur www.francegenweb.org (consulté le 19 juin 2010)
  4. (fr) Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  5. Création du PNR des Ardennes
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  8. (fr) « Site de Alain Chapellier, racines des Ardennes », sur www.racine-d-ardennes.com (consulté le 19 juin 2010)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-Émile Andreux, Le Judenlager des Mazures. Juillet 1942 - Janvier 1944, Revue Historique Ardennaise, Société d’Études Ardennaises, Archives départementales, Charleville-Mézières, tome XXXVI, années 2003-2004, pp 199–216.
  • Jean-Émile Andreux, Entre oubli, négation et retour à la mémoire : le travail forcé au Judenlager des Mazures. 1942 - 1944. Médecine du travail et Ergonomie. Revue de l'Association professionnelle belge de médecine du travail. Actes de la 9e journée de Médecine du Travail. École de Santé Publique. Université Libre de Bruxelles - Érasme.
  • Jean-Émile Andreux, Mémorial des déportés du Judenlager des Mazures, Tsafon, Revue d'Études juives du Nord, Université de Lille 3, n°3 hors-série, Octobre 2007, 155 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]