Les Martres-d'Artière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Martres et Artière (homonymie).
Les Martres-d’Artière
Blason de Les Martres-d’Artière
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Pont-du-Château
Intercommunalité Communauté de communes de la Limagne d’Ennezat (depuis le 1er janvier 2011)[1]
Maire
Mandat
Vincent Raymond
2014-2020
Code postal 63430
Code commune 63213
Démographie
Gentilé Martrois, Martroises[2]
Population
municipale
2 029 hab. (2011)
Densité 136 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 09″ N 3° 15′ 43″ E / 45.8358333333, 3.2619444444445° 50′ 09″ Nord 3° 15′ 43″ Est / 45.8358333333, 3.26194444444  
Altitude Min. 294 m – Max. 369 m
Superficie 14,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Martres-d’Artière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Martres-d’Artière
Liens
Site web http://www.les-martres-dartiere.reseaudescommunes.fr/

Les Martres-d’Artière est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d’Auvergne. Les Martres-d’Artière fait partie de l’aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les Martres-d’Artière est une commune située au nord-est de Clermont-Ferrand et au nord de Pont-du-Château, sur la plaine de la Limagne.

Rose des vents Chappes (5) Chavaroux (2)
Entraigues (6,2)
Vichy (35,5)
Joze (4,6) Rose des vents
Lussat (3,5)
Malintrat (6,1)
Saint-Beauzire (6,2)
N Lempty (5,6)
O    Les Martres-d’Artière[3]    E
S
Clermont-Ferrand (14,9) Pont-du-Château (3,8) Beauregard-l'Évêque (4)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La ville est classée dans la zone de sismicité modérée comme la majorité des communes du département classées dans cette zone[4],[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière Allier, « Rivière à Saumons » (telle est la dénomination du Conseil Général du Puy-de-Dôme), coule en direction de Vichy, à l’est de la commune ; elle est traversée par l’Artière, affluent de l’Allier.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

L’autoroute A 89 de Bordeaux à Lyon passe au sud de la commune, cette autoroute gérée par les Autoroutes du Sud de la France contient la barrière de péage ainsi que la bifurcation entre les autoroutes A89 ex-A710 et A 711.

La commune est accessible et traversée par la route départementale 1093 (historiquement route nationale no 493 de Varennes-sur-Allier à Pont-du-Château) depuis le nord-est (Vichy, Maringues, Joze).

La route départementale 51 se dirige vers le nord (Chappes 6 km, Chavaroux 2 km). Son accès est cependant interdit aux poids lourds de plus de 12 tonnes.

La route départementale 54 relie Clermont-Ferrand aux Martres-d’Artière par Lussat (4 km) et Lignat (2 km) et traverse le nord de cette commune.

La route départementale 782 traverse le centre-ville.

Aménagements cyclables[modifier | modifier le code]

Le Conseil général du Puy-de-Dôme a réalisé un aménagement cyclable sur la D 1093 entre les Martres-d'Artière et Joze.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Martrois, Martroises[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Martres-d’Artière était auparavant membre du district de Clermont-Ferrand (1793) qui deviendra l’arrondissement de Clermont-Ferrand[7]. Elle est alors membre du canton de Pont-sur-Allier (actuellement le canton de Pont-du-Château). Sous l’an II cette commune se dénommait « Les Martres d'Artieres » pour devenir selon le Bulletin des lois de 1801 « Martres-d’Arties » puis « Martres-d’Artières » pour devenir depuis 1961 sous la dénomination actuelle « Les Martres-d’Artière ». En 2015, la commune fera partie du canton d'Aigueperse à la suite du redécoupage des cantons de 2014[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Gabriel Bapeyrat    
mars 2014 en cours Vincent Raymond[9]    

Budget municipal[modifier | modifier le code]

Budget municipal de la commune (2009)[10]
Fonctionnement Produits de fonctionnement 1 212 016 €
Charges de fonctionnement 712 767 €
Investissement Ressources d’investissement budgétaires 971 666 €
Emplois d’investissement budgétaires 531 252 €

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Tennis-Foot-Musique...

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Antoine-Félix JOUET, né aux Martres-d’Artière le 23 juin 1796 et décédé à Clermont-Ferrand le 2 janvier 1869, était un avocat et un homme politique. Avocat au Barreau de Clermont-Ferrand dont il fut plusieurs fois le Bâtonnier ; Antoine-Félix JOUVET a été de 1822 à 1848 Maire de Busséol (Puy de Dôme), de 1837 à 1842 Député du Puy de Dôme) il siégea avec l'opposition. Nommé Maire de Clermont Ferrand.[réf. nécessaire]

Économie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 029 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
649 699 752 810 895 942 988 1 011 1 010
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 078 983 1 024 970 966 851 839 853 875
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
805 796 720 591 552 523 533 509 590
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
713 688 806 1 100 1 206 1 315 1 758 1 888 2 029
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Exploitation de carrières de granulat et fabrication de béton. Elle est située dans la zone de carrière au sud de la commune (ce qui a engendré une déviation de la route principale D 1093, en 2009)[6]. Vicat, Sablières du Centre sont installés dans cette zone.

En projet : implantation d’une centrale photovoltaïque suite à la décision du conseil municipal en date du 11 mars 2010[12].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Eglise à les Martres d’Atrières.

Fontaine à Cormède.

Plan d'eaux (les martailles)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Taverne de l'ours

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

éographique national

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]