Les Mariés de l'an II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Mariés de l'an II

Réalisation Jean-Paul Rappeneau
Scénario Jean-Paul Rappeneau
Maurice Clavel
Claude Sautet
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Roumanie Roumanie
Sortie 1971
Durée 98 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Mariés de l'an II est un film franco-italo-roumain réalisé par Jean-Paul Rappeneau, sorti en 1971. Le titre fait référence aux « soldats de l'an II », une importante mobilisation populaire contre les invasions étrangères.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pour avoir tué un baron trop empressé auprès de sa femme Charlotte, Nicolas Philibert a dû fuir en Amérique. Lorsqu'ils étaient enfants, une vieille gitane leur avait prédit que Charlotte aurait un prince pour mari et que Nicolas ferait fortune dans un nouveau monde. En Caroline du Sud, Nicolas a fait fortune et rencontré Margaret Davison, une riche héritière qu’il désire épouser. Accusé de bigamie lors de sa tentative de mariage, il revient donc en France et plus particulièrement à Nantes, afin de retrouver Charlotte pour lui demander de divorcer. Avec aussi l'idée de faire des affaires au profit de son futur beau-père.

Mais entre-temps, la Révolution a éclaté. Des cadavres flottent sur la Loire. Le bateau manque d'être canonné avant qu'il annonce qu'il apporte du blé. Accueilli avec enthousiasme par la population, il est accusé par le principal magistrat de la ville de vouloir empoisonner la population et il est arrêté.

Mais Philibert s'échappe pour retrouver son beau-père qui lui annonce que Charlotte est partie avec un marquis, Henri de Guérande. Il est mis en contact fortuitement avec Pauline, la sœur du marquis qui prépare un complot royaliste. Le blé apporté ayant été reconnu sain, Philibert est pris en amitié par le magistrat de la ville qui l'amène à une fête républicaine. À sa grande surprise, il voit la sœur du marquis chanter un hymne à la gloire de la Révolution. Mais c'est pour tirer un coup de pistolet sur le magistrat. Le pistolet s'étant enrayé, le magistrat veut tuer Pauline. Philibert vient à sa défense, mais il est arrêté comme conspirateur et condamné à mort. Il s'évade de nouveau pour rejoindre son bateau.

Mais Philibert est capturé par les chouans, qui veulent l'exécuter, mais reconnaissent de justesse qu'il a sauvé Pauline de Guérande. Ils se rendent dans un lieu appelé Grandchamps et qui est censé être le lieu où tous les royalistes se sont rassemblés, dansant des menuets dans la basse-cour encombrée par les poules et sous les yeux étonnés des paysans. Philibert est accueilli comme un sauveur. C'est là qu'il retrouve Charlotte qui essaye de se dissimuler et supplie Philibert de ne pas se faire reconnaitre, car elle a déclaré être veuve d'un mari tué par les indiens.

Un prince arrive pour organiser la contre-révolution, mais il s'emploie surtout à séduire Charlotte. Mais Henri de Guérande déclare son intention d'épouser Charlotte. C'est alors que Pauline montre ses sentiments incestueux. Par dépit, elle s'affiche au bras de Philibert. Ne pouvant plus se supporter, Philibert et Henri de Guérande en viennent aux mains et Charlotte avoue que c'est son mari. Cela fait que Pauline et Henri reconnaissent leurs sentiments l'un pour l'autre.

Philibert et Charlotte se retrouvent, mais finissent par se disputer. Le prince passant par là propose de nouveau à Charlotte de l'épouser. Il capture Philibert et le drogue pour l'emmener à l'hôtel de ville afin de divorcer. Le divorce est prononcé de justesse, car l'hôtel de ville est pris d'assaut par la population. Philibert est ramené sur son bateau repartant pour l'Amérique avec une cargaison de vin fournie par le père de Charlotte.

Mais Philibert ne peut se résoudre à partir et repart à la nage vers Nantes. Il retourne à Grandchamps qui a été pris et incendié par les bleus. Le prince étant parti pour Koblenz en Allemagne, Philibert part à sa poursuite. Il se joint à un groupe de jeunes soldats cherchant à aller se battre. Ils rattrapent la voiture du prince et de Charlotte et se retrouvent sur un champ de bataille entre les Français et les Autrichiens. Fortuitement, ils provoquent la victoire des Français. Charlotte quitte la voiture du prince et rejoint Nicolas.

Quinze ans plus tard, sous le Premier Empire, Philibert qui a épousé Charlotte est fait prince d'Empire et a donc réalisé la prédiction de la bohémienne.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Rappeneau avait pensé à Catherine Deneuve pour le rôle principal, mais celle-ci n'était pas libre, puis à Julie Christie et Warren Beatty qui aurait pu aussi le produire[1]. Le producteur fit alors appel à Marlène Jobert[1].

Jean-Paul Rappeneau souhaitait à l'origine faire tourner Claude Jade et Michel Duchaussoy pour le frère et la sœur très attachés l'un à l'autre. Il fait finalement tourner Laura Antonelli (future fiancée de Belmondo) et Sami Frey. Patrick Dewaere très jeune à l'époque a un petit rôle de jeune soldat de la révolution dans les séquences finales.

Le film a été tourné en 1968, majoritairement en Roumanie, pour pouvoir mettre en œuvre un très grand nombre de figurants. Certaines scènes de la révolution se sont inspirées des événements de mai 1968 qui ont eu lieu peu de temps avant le tournage. Mais il a rencontré de grosses difficultés de mise en œuvre du fait de différences culturelles[1]. Son tournage a été beaucoup plus long que prévu, du 3 août au 17 décembre 1968[1]. Certains extérieurs ont été également tournés à Moret-sur-Loing et au château de Compiègne.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Commentaires du réalisateur sur le DVD

Liens externes[modifier | modifier le code]