Les Maia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
'Les Maia'
Image illustrative de l'article Les Maia
Première édition (tome I)

Auteur Eça de Queiroz
Genre roman
Version originale
Éditeur original Livraria Internacional de Ernesto Chardron, Lugan e Genelioux
Langue originale portugais
Pays d'origine Portugal
Lieu de parution original Porto
Date de parution originale 1888
Version française
Traducteur Paul Teyssier
Lieu de parution Paris
Éditeur Club Bibliophile de France
Date de parution 1956
Nombre de pages 458 (t. I)

532 (t. II)

Os Maias, traduit en français sous le titre Une famille portugaise (1956) et réédité plusieurs fois sous le titre Les Maia à partir de 1971, et sous-titré Épisódios da vida romântica (Épisodes de la vie romantique) est un roman de l'écrivain portugais Eça de Queiroz. Sommet de l'œuvre de l'écrivain portugais, fresque naturaliste comparée à Zola, saga familiale rappelant Les Buddenbrook de Thomas Mann et la Saga des Forsyte de John Galsworthy, peinture de mœurs dans l'esprit de Flaubert, Les Maia content une passion scandaleuse dans la société bourgeoise du Lisbonne des années 1870, avec tendresse autant qu'ironie.

Genèse[modifier | modifier le code]

Eça de Queiroz conçoit le projet des Maia comme une nouvelle au sein d'un cycle intitulé Scènes de la vie réelle : le titre Os Maias apparaît en 1878 comme le douzième épisode de ce cycle[1]. Puis, le projet devient un roman indépendant, et le Diário de Portugal, dirigé par un ami de l'auteur, Lourenço Maleiro, en annonce la publication comme feuilleton en 1880. Puis la « Tipografia Lallemant », imprimerie lisboète, commence une publication en volume, et tire 272 pages à 5 000 exemplaires. Celles-ci sont rachetées en 1883 par la librairie Chardron de Porto, qui achève l'impression. Mais celle-ci doit attendre encore : Eça ne termine les Maia qu'en 1888, date de la parution en librairie.

Arbre généalogique des Maia

Résumé[modifier | modifier le code]

Le roman commence en 1876, alors que le jeune Carlos da Maia, diplômé de médecine à Coimbra, emménage avec son grand-père, Afonso da Maia, dans une vieille maison de Lisbonne, le Ramalhete. Le jeune homme est le fils de Pedro da Maia, qui s'est suicidé bien des années auparavant, après que sa femme Maria Monforte l'eut quitté avec un italien, emmenant avec elle leur fille et lui abandonnant Carlos.

Carlos da Maia et son ami João da Ega, jeune original aux ambitions littéraires, passent leur temps en mondanités, au rythme de l'actualité politique et culturelle, et surtout des intrigues amoureuses. Ega fréquente ainsi Raquel Cohen, tandis que la comtesse de Gouvarinho poursuit de ses assiduités Carlos. On croise aussi diverses figures politiques et culturelles, comme Alencar, poète vieillissant, romantique incorrigible affirmant son aversion pour Zola, et Cruges, musicien, admirateur des grands classiques européens, et bien seul à comprendre son art à Lisbonne.

Mais ce dernier est bientôt captivé par une nouvelle figure féminine belle et mystérieuse, femme d'un riche brésilien, Castro Gomes. Alors qu'il ne réussit pas à être introduit auprès d'elle par son ami Dâmaso Salcede, figure du parvenu vulgaire et sans éducation, on fait un jour appel à lui pour soigner la gouvernante anglaise de la famille. Castro Gomes est en voyage : sa femme, Maria Eduarda, se lie à Carlos. Ce n'est qu'après plusieurs semaines que débute véritablement une liaison, au grand dépit de Dâmaso qui se laisse aller à répandre des calomnies sur le couple.

Tout change lorsque Castro Gomes rentre de voyage. Entendant la rumeur courir sur la liaison de Maria Eduarda et de Carlos, il apprend à ce dernier que Maria Eduarda n'a jamais été sa femme, mais sa maîtresse, qu'il a jusqu'ici entretenue, et que la fille de Maria Eduarda, Rosa, a pour père un ancien amant. Sous le choc, Carlos décide pourtant de vivre sa passion totalement et projette de se marier avec Maria Eduarda.

Quelque temps plus tard, pourtant, la tragédie éclate. Ega se voit remettre par Guimarães, oncle de Dâmaso, portugais exilé à Paris et qui se dit proche de Gambetta, un coffret contenant divers documents appartenant à la mère de Carlos. Surtout, Guimarães lui apprend que Maria Eduarda n'est autre que la fille de Maria Monforte, la sœur de Carlos. Le lecteur vit le calvaire d'Ega, aidé par l'intendant des Maia, Vilaça. Ils doivent en effet révéler à son ami Carlos l'infamie de cet inceste et l'impossibilité de cet amour passionné. Informé également, Afonso da Maia, abattu par la révélation et par le sort malheureux des Maia, meurt subitement dans son jardin. Carlos se refuse d'abord à admettre les faits, puis à agir comme il se doit mais, gagné par le dégoût, il décide finalement de rompre et de révéler leurs liens familiaux à Maria Eduarda, qui quitte précipitamment Lisbonne.

Dans le dernier chapitre, en épilogue, le lecteur assiste au retour à Lisbonne de Carlos, en 1886 : après de longs voyages qui l'ont amené ainsi qu'Ega aux confins de l'Orient, le dernier des Maia revisite son Portugal natal, alors qu'il réside à Paris, consacrant sa vie à des plaisirs de rentier célibataire. On apprend également que Maria Eduarda s'est mariée a un jeune noble français de province. Carlos et Ega déambulent dans Lisbonne, sans but.

Analyse[modifier | modifier le code]

Le chef d'œuvre Queiroz[modifier | modifier le code]

Les Maia sont généralement considérés comme le plus grand roman d'Eça de Queiroz[2],[3],[4]. Saga familiale, roman d'amour et fresque sociale, Les Maia sont nourris des thèmes qui hantent l'auteur, qui y a mis, selon son expression, « tout ce qu'il avait dans le sac[4] » : la fatalité de l'inceste, l'inconduite des femmes, la faiblesse des hommes, mais aussi la noble figure du grand-père et la solidité de l'amitié[2]. La personnalité de l'auteur transparaît donc dans ce roman ; le drame familial de Carlos reflète la souffrance d'Eça, bâtard marqué par une sévère éducation catholique, tandis que le personnage d'Ega est un double de l'auteur ou plutôt « l'auteur lui-même se regardant avec un sourire », s'appropriant jusqu'au projet de « mémoires d'un atome » conçu par le jeune Eça lors de ses études à Coimbra[5].

Les Maia reflètent enfin les conceptions d'Eça qui, prenant ses distances avec Proudhon et Zola, dépeint les maux de son pays sans esquisser la moindre réponse, en dilettante et en artiste[6].

Un sommet naturaliste[modifier | modifier le code]

L'inscription des Maia dans l'héritage courant réaliste et naturaliste ne fait aucun doute, en témoignent les débats entre les personnages, Carlos, Ega et le poète Alencar, dont le lyrisme compassé et l'opposition frontale et dérisoire à Zola n'échappent pas au ridicule[7]. Queiroz compose ainsi une vaste fresque sociale, dont la finesse et la précision sont signalées[2].

L'esthétique naturaliste est cependant adaptée de façon libre, assumant l'influence de l'humour et de l'ironie de la littérature anglaise[8]. Sans rejeter son héritage romantique, Eça de Queiroz dépasse en fait, dans Les Maia, les deux tendances littéraires incarnées par Alencar et Ega[4].

Éditions et traductions[modifier | modifier le code]

  • Porto, Livraria Internacional de Ernesto Chardron, Lugan e Genelioux, 1888
  • Porto, Lello, 1945
  • Trad. française Paul Teyssier, Paris, Club Bibliophile de France, 1956 (2 vol.)
    • 2e éd., Paris, Fondation Calouste Gulbekian / Presses Universitaires de France, coll. « Poètes et prosateurs du Portugal », 1971 (2 vol.)
    • 3e éd., Société des Éditions Portugaises, 1982
    • 4e éd., Paris, Chandeigne, 1996

Adaptations[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour les conditions de la genèse du roman, on se reportera à l'introduction de Paul Teyssier dans sa traduction
  2. a, b et c Jean Pailler, « Introduction », in Eça de Queiroz, Écrits sur la France, Paris, L'Harmattan, 1997, p. 24
  3. Article « Les Maia » de l’Encyclopædia Universalis
  4. a, b et c Paul Teyssier, introduction, p. 15
  5. Paul Teyssier, introduction, p. 16-17
  6. Paul Teyssier, introduction, p. 17-18
  7. Annick Benoit-Dusausoy, Annick Benoit, Guy Fontaine, Lettres européennes: histoire de la littérature européenne, De Boeck Université, 1992
  8. Jean-Claude Polet (dir.), Patrimoine littéraire européen, De Boeck Université, 1999, p. 878

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (pt) Roger Bismut, « Os Maias: imitação flaubertiana, ou recriação? », Colóquio/Letras, 69, 1982, pp. 20-28.
  • (pt) Maria Leonor Carvalhão Buescu, « O regresso ao 'Ramalhete' » in Ensaios de literatura portuguesa, Lisbonne, Editorial Presença, 1985, pp. 104-119.
  • (pt) Jacinto do Prado Coelho, « Para a compreensão d'Os Maias como um todo orgânico » in Ao contrário de Penélope, Lisbonne, Bertrand, 1976, pp. 167-188.
  • (pt) Suely Fadul Flory, « O Ramalhete e o código mítico: uma leitura do espaço em Os Maias de Eça de Queirós » in Elza Miné e Benilde Justo Caniato (éd.), 150 anos com Eça de Queirós, São Paulo, Centro de Estudos Portugueses: Área de Estudos Comparados de Literaturas de Língua Portuguesa / FFLCH / USP, 1997, pp. 487-495, éd. Caminho, 1984, pp. 69-114
  • (pt) António Coimbra Martins, « O incesto d'Os Maias » in Ensaios queirosianos, Lisbonne, Publicações Europa-América, 1967, pp. 269-287.
  • (pt) João Medina, « O 'niilismo' de Eça de Queiroz n'Os Maias » ; « Ascenção e queda de Carlos da Maia » in Eça de Queiroz e a Geração de 70, Lisbonne, Moraes Editores, 1980, pp. 73-81 et 83-86.
  • (pt) Jorge Vieira Pimentel, « As metamorfoses do herói e as andanças do trágico em Os Maias de Eça », Arquipélago, 1, Ponta Delgada, 1979, pp. 91-106.
  • (pt) Carlos Reis, Introdução à leitura d'"Os Maias", 4e éd., Coimbra, Almedina, 1982.
  • (pt) Carlos Reis, « Pluridiscursividade e representação ideológica n'Os Maias » in Leituras d'"Os Maias", Coimbra, Liv. Minerva, 1990, pp. 71-89.
  • (pt) Carlos Reis (dir.), Leituras d'"Os Maias", Coimbra, Liv. Minerva, 1990.
  • (pt) Alberto Machado da Rosa, « Nova interpretação de Os Maias » in Eça, discípulo de Machado?, 2e éd., Lisbonne, Ed. Presença, 1979.