Les Métairies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Métairies
La mairie des Métairies
La mairie des Métairies
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Jarnac
Intercommunalité Communauté de communes de Jarnac
Maire
Mandat
Bertrand Laurent
2014-2020
Code postal 16200
Code commune 16220
Démographie
Population
municipale
640 hab. (2012)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 19″ N 0° 09′ 52″ O / 45.7053, -0.164445° 42′ 19″ Nord 0° 09′ 52″ Ouest / 45.7053, -0.1644  
Altitude Min. 17 m – Max. 48 m
Superficie 5,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Les Métairies

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Les Métairies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Métairies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Métairies

Les Métairies est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Les Métairies est une commune de l'ouest du département de la Charente qui s'étend à 3 km au nord de Jarnac et 26 km à l'ouest d'Angoulême. Elle est formée par la réunion d'un certain nombre de hameaux, qui dépendaient autrefois de la seigneurie de Jarnac. Elle est aussi à 11 km au sud-ouest de Rouillac et 13 km à l'est de Cognac[1].

Située 2 km au nord de la N 141, route Centre-Europe Atlantique entre Angoulême et Cognac qui contourne Jarnac, la commune est traversée du nord au sud par la D 736, route de Jarnac à Rouillac. La D 194 coupe transversalement cette route au lieu-dit Coursac où est située la mairie et va à l'ouest vers Réparsac. La D 194 mène au sud-est vers l'échangeur de Lautrait sur la N.141, à l'est de Jarnac[2].

La gare la plus proche est celle de Jarnac, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Cognac, Saintes et Royan.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Aucun des hameaux composant Les Métairies ne porte le nom de la commune.

Le village de Coursac, "centre-bourg" de la commune, possède la mairie et l'école, et est situé à trois kilomètres de Jarnac.

Les autres hameaux de la commune sont Brassac et les Champagnères.

Les Métairies fait partie des trois communes de Charente à ne pas avoir d'église[Note 1]. Le culte est réuni à Jarnac[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes des Métairies
Sigogne
Chassors des Métairies Foussignac
Jarnac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est calcaire et appartient au Portlandien (Jurassique supérieur). Au sud d'une ligne Beurac-les Champagnères, on trouve le Purbeckien, ancienne zone lagunaire de la fin du Jurassique, marquant le début du Pays Bas à l'ouest, et riche en gypse[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief est celui d'une plaine légèrement inclinée vers le sud, d'une altitude moyenne de 30 m. Le point culminant de la commune est à une altitude de 48 m, situé en limite nord, aux Chagnasses. Le point le plus bas est à 17 m, situé en limite sud[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée du nord-est au sud-ouest par un petit affluent de la Charente, la Tenaie qui prend sa source près du hameau de la Treille[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom des Métairies provient du mot français métairie désignant une ferme ou exploitation agricole à régime spécial. Plusieurs villages ou hameaux ont ce nom en France, dans le Sud-Ouest et le Nord-Est[7].

Il pourrait s'agir d'exploitations créées vers le XVe ou XVIe siècle[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu dit la Motte à Peljeau (ou Poljeau) est soit un tumulus soit une motte féodale, haut d'environ sept mètres sur un diamètre de dix mètres à la base, qui s'élève à l'extrémité d'un camp supposé romain assez bien conservé ; il a ensuite servi de base au moulin de Peljeau[9],[10],[3].

Les Métairies est formée par la réunion d'un certain nombre de hameaux, qui dépendaient au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime de la seigneurie de Jarnac.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer économiques des Charentes allant de Saint-Angeau à Segonzac, et qui passait par Mansle, Rouillac et Jarnac. La station était à Coursac[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
depuis 2001 en cours Bertrand Laurent SE Artisan

Fiscalité[modifier | modifier le code]

La fiscalité en 2007 est d'un taux de 21,52 % sur le bâti, 35,83 % sur le non bâti, et 6,95 % pour la taxe d'habitation.

La communauté de communes de Jarnac prélève la taxe professionnelle au taux 10,26 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 640 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
400 497 501 452 496 500 512 512 505
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
495 520 517 475 435 415 409 403 418
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
406 357 371 336 331 319 295 358 320
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012
318 384 416 533 530 504 501 594 640
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, Les Métairies comptait 563 habitants (soit une augmentation de 6,2 % par rapport à 1999). La commune occupait le 15 059e rang au niveau national, alors qu'elle était au 14 632e en 1999, et le 132e au niveau départemental sur 404 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Les Métairies en 2007 en pourcentage[13].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
0,0 
4,3 
75 à 89 ans
6,1 
18,7 
60 à 74 ans
14,6 
25,1 
45 à 59 ans
24,1 
20,4 
30 à 44 ans
22,7 
11,0 
15 à 29 ans
12,2 
19,7 
0 à 14 ans
20,3 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[14].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les Métairies possède une école élémentaire publique comprenant deux classes. Le secteur du collège est Jarnac[15].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cette commune, créée en 1790, sur celle de Jarnac, lui est restée annexée au point de vue du culte. Elle ne possède ni église, ni cimetière.

La Motte à Poljeau[2] (ou Motte Paljean, Motte à Peljeau ou Motte Plate) est un tumulus, un camp qui date du néolithique, classée monument historique par arrêté du 17 février 1930[16]. C'est aussi un édifice fortifié constitué d'un fossé et d'une motte datant soit de l'Antiquité, soit du haut Moyen Âge. Ce camp serait gaulois selon Delamain, romain selon Marvaud[17].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Avec Tuzie et Julienne.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. a, b et c Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf,‎ 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 240
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Cognac », sur Infoterre (consulté le 20 novembre 2011)
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ , 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 454
  8. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule »,‎ , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 137
  10. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris),‎ , 334 p. (lire en ligne), p. 139
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  13. « Evolution et structure de la population à Les Métairies en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  15. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 10 juillet 2012)
  16. « Motte à Poljeau », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Motte à Poljeau (notice) », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]