Les Liaisons dangereuses (film, 1988)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liaisons dangereuses (homonymie).

Les Liaisons dangereuses

Titre original Dangerous Liaisons
Réalisation Stephen Frears
Scénario Christopher Hampton
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Sortie 1988
Durée 119 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Liaisons dangereuses (Dangerous Liaisons) est un film américano-britannique, réalisé par Stephen Frears, sorti sur les écrans en 1988. Il est adapté de la pièce de Christopher Hampton, elle-même adaptée du célèbre roman épistolaire Les Liaisons dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos. Il a gagné trois Oscars, notamment celui du Meilleur Scénario d'adaptation pour Christopher Hampton.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La marquise de Merteuil (Glenn Close) demande à son ancien amant, le vicomte de Valmont (John Malkovich), de séduire la très jeune fille de sa cousine, Madame de Volanges (Swoosie Kurtz). Elle veut ainsi se venger d'un autre ancien amant à qui on a promis en mariage la jeune Cécile de Volanges (Uma Thurman). Au début, Valmont refuse cette proposition : celle qu'il choisit de séduire est la prude Madame de Tourvel (Michelle Pfeiffer) qui séjourne chez la tante du vicomte, pendant que son mari préside un procès en Bourgogne.

Ayant découvert que Madame de Volanges avait écrit en secret à Madame de Tourvel pour lui faire savoir le fourbe qu'il était, Valmont change d'avis et décide de suivre le projet de la marquise de Merteuil. Ils profitent du fait que la jeune Cécile est amoureuse de son maître de musique, le chevalier Danceny (Keanu Reeves), qui, aux yeux de la mère, n'a pas les qualités requises pour être accepté comme prétendant.

Chez sa tante, Valmont séduit facilement Cécile qui devient enceinte de ses œuvres, mais une fausse couche évite le scandale. Valmont, pendant ce temps, revient auprès de la femme qu'il convoitait principalement, Madame de Tourvel, qui finit par céder à ses avances infatigables.

Contre ses attentes, l'amour qu'il voue à madame de Tourvel le fait trembler jusqu'au plus profond de lui-même. Trop tard pour lui cependant pour s'arrêter et d'autres tombent dans le sombre tourbillon des plans diaboliques que Madame de Merteuil et lui avaient mis au point.

Madame de Merteuil avait promis au vicomte une nuit avec elle s'il réussissait. Malgré tout, elle lui refuse sa récompense à moins qu'il ne rompe complètement avec Madame de Tourvel, au risque de gâcher sa réputation de débauché. Valmont accepte cette exigence et abandonne Madame de Tourvel, qui en tombe mortellement malade.

Valmont retourne auprès de Madame de Merteuil, qui en attendant a pris comme amant le chevalier Danceny, et il demande qu'elle tienne tout de suite sa promesse. La marquise refuse et c'est la guerre entre les deux.

La marquise révèle à Danceny que Valmont a séduit Cécile. Danceny le provoque en duel et Valmont, qui meurt d'amour et ne tient plus à rien, permet à Danceny de le blesser mortellement. Avant de mourir, il demande à Danceny de rendre visite à Madame de Tourvel et de l'assurer de son amour, et il lui remet une collection de lettres de Merteuil.

Après avoir entendu le message de Valmont de la bouche de Danceny, Madame de Tourvel meurt. Danceny publie les lettres de madame de Merteuil qui se voit huée et humiliée par l'assistance à l'opéra.

Le film et la pièce de théâtre changent la fin originale du roman, dans laquelle Madame de Merteuil reste pour toujours défigurée par sa maladie. On peut noter que la sombre destinée de Cécile ou du chevalier Danceny n'est ici pas évoquée.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un certain succès commercial, rapportant environ 34 670 000 $ au box-office en Amérique du Nord pour un budget de 14 000 000 $[3]. En France, il a réalisé 1 695 208 entrées[4].

Il a reçu un accueil critique très favorable, recueillant 93 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7,7/10 et sur la base de 27 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Liaisons dangereuses sur The Numbers.
  2. Claire Bommelaer, « Champs-sur-Marne, l'élégance à la française - Un haut lieu du cinéma », in Le Figaro, mardi 2 juillet 2013, page 29.
  3. Les Liaisons dangereuses sur Box Office Mojo.
  4. Les Liaisons dangereuses sur JP‘s Box-Office.
  5. Les Liaisons dangereuses sur Rotten Tomatoes.

Lien externe[modifier | modifier le code]