Les Hêtres rouges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Hêtres rouges
Publication
Auteur Arthur Conan Doyle
Titre d'origine The Adventure of the Copper Beeches
Langue Anglais
Parution Drapeau : Royaume-Uni Juin 1892,
Strand Magazine (mensuel)
Recueil Les Aventures de Sherlock Holmes
Intrigue
Personnages Sherlock Holmes
Docteur Watson
Violet Hunter (cliente)
Jephro Rucastle
Mme Rucastle
M. et Mme Toller
Nouvelle précédente/suivante
Précédent Le Diadème de béryls

Les Hêtres rouges, aussi traduite Les Hêtres pourpres, Les Hêtres d'or et Les Hêtres-Dorés[1] (The Adventure of the Copper Beeches en version originale), est l'une des cinquante-six nouvelles d'Arthur Conan Doyle mettant en scène le détective Sherlock Holmes. Elle est parue pour la première fois dans la revue britannique Strand Magazine en juin 1892, avant d'être regroupée dans le recueil Les Aventures de Sherlock Holmes (The Adventures of Sherlock Holmes). Il s'agit de la douzième et dernière nouvelle du recueil.

Résumé[modifier | modifier le code]

Violet Hunter consultant Holmes. Dessin de Sidney Paget.

La jeune Violet Hunter consulte Holmes au sujet d’une situation de gouvernante qui lui est offerte. Elle est en effet intriguée par le salaire considérable de 120 livres sterling qui lui est offert, à la condition qu'elle coupe ses cheveux et qu'elle porte une robe longue. Mademoiselle Hunter accepte le poste, puis, après quelque temps, contacte Holmes et lui raconte une histoire étrange.

Genèse de la nouvelle[modifier | modifier le code]

Après avoir fait figurer Holmes dans deux romans (Une étude en rouge et Le Signe des quatre), Arthur Conan Doyle envisage tout d'abord de n'écrire que six nouvelles supplémentaires. Puis il accepte d'en rédiger six autres, à condition de voir sa rémunération augmenter[2]. Déjà ennuyé par le succès de son personnage, qui l'« empêche de penser à des choses meilleures », Conan Doyle prévoit de le faire mourir dans la douzième et dernière nouvelle[2]. Il annonce son intention à sa mère, Mary Foley Doyle, alors qu'il vient de terminer l'écriture de la onzième nouvelle, Le Diadème de béryls. Consternée par cette décision de « tuer » un personnage aussi prometteur, elle lui propose alors des idées d'intrigues pour l'inciter à continuer les aventures du détective. C'est le cas pour Les Hêtres rouges, Conan Doyle acceptant finalement l'idée de prolonger (temporairement) la durée de vie de son héros[2].

Adaptations filmées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon la traduction d’Éric Wittersheim dans l'Édition bilingue des aventures de Sherlock Holmes, Éditions Omnibus, 2008.
  2. a, b et c James McCearney, Arthur Conan Doyle, Éditions La Table Ronde, 1988, p.165