Les Grandes Heures de Rohan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Grandes Heures de Rohan
Image illustrative de l'article Les Grandes Heures de Rohan
La Déploration du Christ par la Vierge soutenue par saint Jean, folio 135 recto
Artiste Maître de Rohan
Date vers 1430
Technique Enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L) 29 × 20,8 cm 239 folios reliés
Localisation Bibliothèque nationale de France, Paris (Drapeau de la France France)
Numéro d'inventaire Lat. 9471

Les Grandes Heures de Rohan sont un livre d'heures médiéval conservé à la Bibliothèque nationale de France (lat. 9471) qui fut composé entre 1430 et 1435 par le Maître de Rohan sans doute à Angers. Le manuscrit conserve onze miniatures en pleine page.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Maître de Rohan réalise ce livre alors qu'il est au service de la maison d'Anjou. Il est sans doute basé à Angers, ayant quitté Paris probablement suite aux troubles de la Guerre de Cent ans que connait la capitale royale à cette époque[1]. Ce livre d'heure a vraisemblablement été commandé par Yolande d'Aragon : celle-ci a alors un projet d'union entre la maison d'Anjou et la maison de Rohan. Selon François Avril, l'ouvrage devait célébrer un mariage entre sa fille Yolande d'Anjou et le vicomte Alain IX de Rohan. Mais ce projet échoue. Les armes sont peintes dans l'ouvrage sans être pour autant des repeints. Par contre, des bannières au folio 26v présentent celles de Rohan mais pas celle de sa future femme[2],[3].

La maison professe de la Compagnie de Jésus à Paris en est propriétaire au XVIIe siècle. La Bibliothèque royale l'achète en 1784, après la mort en 1780 du duc de La Vallière qui en était propriétaire.

Description[modifier | modifier le code]

Ce manuscrit enluminé comprend 239 folios de 29 cm sur 20 cm avec onze miniatures en pleine page et cinquante-quatre miniatures en demi-page, ainsi que deux cent vingt-sept petites vignettes ou illustrations. Quelques pages ont été perdues, les miniatures de pleine page étant quinze à l'origine : les miniatures de pleine plage perdues sont La Nativité, L'Adoration des mages, la première pages des psaumes pénitentiels qui représente habituellement la pénitence du roi David après son adultère avec Bethsabée, et la première page des Mystères joyeux des litanies de la Vierge.

Il suit la liturgie des Heures de Paris et commence par un calendrier suivi des extraits des Évangiles selon (dans l'ordre) saint Jean, saint Luc, saint Matthieu et saint Marc; puis par un extrait de la Passion selon saint Jean; les prières traditionnelles de la liturgie des Heures débutant par le petit office de la Sainte Vierge avec les offices de prime, de terce, de sexte et de none, suivis de psaumes et d'antiphones, de lectures et de répons, d'hymnes, de cantiques, de versicles et de diverses prières. Les sept psaumes pénitentiels qui suivent la liturgie des Heures proprement dite se poursuivent par diverses litanies et par les petites heures de la Croix et les petites heures du Saint Esprit. Les Grandes Heures de Rohan se terminent par une méditation sur les mystères douloureux de la Vierge qui est suivie par l'office des morts avec le Stabat Mater.

En marge des folios sans miniature de pleine page, des scènes de l'Ancien Testament en petites vignettes sont représentées avec un court texte rédigé en vieux français. Ce cycle iconographique unique constitue une véritable Bible moralisée.

Le propos du Maître de Rohan, qui est empreint d'un tempérament mystique, est ici d'évoquer des ambiances et des sentiments[4]. Ses personnages souvent de forme étirée traduisent une expressivité inhabituelle dans le paysage artistique français de l'époque. Le Maître de Rohan fait fi de la spatialité et des idées de la perspective moderne pour exprimer son sentiment religieux.

Un fac-similé a été édité en 1973 à Paris, puis à New York. Un fac-similé complet relié de cuir avec des commentaires en espagnol a été édité à Madrid en 2006.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Millard Meiss, Marcel Thomas, Les Heures de Rohan (Paris, Bibliothèque nationale, manuscrit latin 9471), éditeur Draeger frères, 1973, 246 p.
  • Ingo Walther et Norbert Wolf, Chefs-d'œuvre de l'enluminure, Paris, Taschen,‎ 2005
  • Nicole Reynaud et François Avril, Les Manuscrits à peintures en France, 1440-1520, Flammarion,‎ 1993-1998 (ISBN 978-2080121769), notice 4
  • Élisabeth Taburet-Delahaye (dir.), Paris 1400 : Les arts sous Charles VI, Fayard/RMN,‎ 2004, 413 p. (ISBN 2213620229), p. 371-373

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :