Les Fusiliers de Sherbrooke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sherbrooke (homonymie).
Les Fusiliers de Sherbrooke
Période 1 avril 1910
Pays Canada
Branche Commandement de la Force terrestre des Forces Canadiennes
Type Régiment
Rôle Infanterie
Fait partie de 35e Groupe-brigade du Canada
Garnison Manège Militaire Gaétan-Côté
Ancienne dénomination 54e Régiment Carabiniers de Sherbrooke
Surnom Fus
Devise Droit au but!
Marche Queen City
Guerres Première Guerre mondiale, Seconde Guerre mondiale
Batailles Amien, Débarquement de Normandie, Authie, Caen, Crête de Bourguébus, Falaise, L'Escaut, La Rhénanie, Xanten, Le Rhin, Zutphen
Commandant Lcol Philippe Côté, CD

Les Fusiliers de Sherbrooke est un régiment de la Première réserve dans la force terrestre des Forces canadiennes Ses membres volontaires ont servi et servent encore dans différentes missions de maintien de la paix de l'ONU et de l'OTAN (entre autres : Chypre, Haïti, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Afghanistan). Au Canada, ils ont aussi participé à la crise d'Octobre en 1970, à la crise d'Oka en 1990 et à l'Opération Récupération lors de la crise de verglas massif de 1998 dans la région de Farnham en janvier 1998.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Fusiliers de Sherbrooke[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle les compagnies de milice du Québec étaient encore présentes dans les villes et villages de nombreux Cantons. Le premier régiment originaire de Sherbrooke fut formé en 1867. Mais, c’est en 1910 qu’un régiment canadien français est organisé. Fondé par le docteur J. Ferdinand Rioux, le 54e régiment des Carabiniers de Sherbrooke fut commandé par le docteur Pantaléon Pelletier lors de l’autorisation officielle.

Le Monument aux braves du sculpteur George William Hill est un cénotaphe érigé en 1926 pour honorer les combattants sherbrookois qui ont participé à la Première Guerre mondiale.

En 1914, le 54e régiment offre ses services dans la défense de l’Angleterre à la suite de la déclaration de guerre à l’Allemagne, le 4 août. Le 54e Régiment entraîna et fourni environ 900 hommes pour le service actif au sein d'autres unités du Corps expéditionnaire canadien. En raison de sa contribution à l'effort de guerre qui fut digne de mention, il en retira l’honneur de guerre de la bataille à Amiens.

En 1940, lors de la Seconde Guerre mondiale, la formation d’un régiment régulier, le « Sherbrooke Fusiliers Regiment », une fusion de deux régiments de miliciens, vient renforcer les troupes canadiennes d'outre-mer et constitue par le fait même le premier régiment bilingue du Canada. Ce n’est que plus tard que cette unité est envoyée en sur le continent européen en qualité d'unité combattante. Le Sherbrooke Fusilier Regiment débarque en Normandie sur la tête de pont établie en secteur anglo-canadien pour livrer la première bataille de chars d’assaut sur le sol de France. Les membres de ce régiment ont conduit les premiers tanks canadiens dans la ville de Caen et les premiers à faire irruption dans Falaise. On accorde à leur crédit environ cent quinze tanks allemands mis hors de combat. Les honneurs suivants figurent sur le drapeau régimentaire : le débarquement de Normandie, Authie, Caen, crête de Bourguébus, Falaise, l’Escaut, la Rhénanie, Xanten, le Rhin et Zutphen.

En 1942, le 1er Bataillon des Fusiliers de Sherbrooke de la Forces active est formé pour le service au pays. Après avoir séjourné à Sherbrooke, à Debert (Nouvelle-Écosse) et en Colombie-Britannique, le 1er Bataillon est envoyé en Grande-Bretagne en janvier 1945, où il fut démantelé peu après son arrivée. Pendant ce temps, l'unité originale des Fusiliers de Sherbrooke devint le 2e Bataillon des Fusiliers de Sherbrooke (Réserve) et servi surtout à recruter et à entraîner des éléments pour le servif actif.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les missions de paix des Nations Unies ont marqué l’histoire des Fusiliers de Sherbrooke par la participation de certains de leurs membres. (Bosnie, Haïti, …….)

Un monument pour la paix est érigé devant le manège militaire pour souligner la participation des Estriens aux missions de maintien de la paix.

Le Manège possède aussi un musée militaire qui fait le lien avec son passé et voit au développement du patrimoine Estrien. Ultérieurement, le musée veut faire une exposition permanente à l’intérieur du manège prenant ainsi une part active au développement du projet de la cité des rivières. Il est possible de le visiter les mardi soir entre le mois septembre et le mois d'avril.

Lignée[modifier | modifier le code]

  • 1910: Fondé en tant que « 54th Regiment "Carabiniers de Sherbrooke" »
  • 1920: Rebaptisé « Les Carabiniers de Sherbrooke » et organisé en régiment à deux bataillons; 1er bataillon (perpétue le 163rd "Overseas" Batallion, CEF) faisait partie de l'ordre de bataille de la milice active non permanente tandis que le 2e bataillon (sans affiliation CEF) faisait partie de l'ordre de bataille de la Réserve.
  • 1933: Rebaptisé « Les Fusiliers de Sherbrooke »
  • 1936: Dissolution du 2e bataillon (Réserve)
  • 1940: Rebaptisé « Les Fusiliers de Sherbrooke (Reserve) »
  • 1942: Rebaptisé « 2nd (Reserve) Battalion, Les Fusiliers de Sherbrooke »
  • 1946: Rebaptisé « Les Fusiliers de Sherbrooke »
  • 1940: Formation du « The Sherbrooke Fusiliers Regiment, CASF », pour le service actif, issu de l'amalgamation d'éléments des « Fusiliers de Sherbrooke » et du « Sherbrooke Hussars »
  • 1940 Rebaptisé « 1st Battalion, The Sherbrooke Fusiliers Regiment »
  • 1942: Rebaptisé « 27th Armoured Regiment (The Sherbrooke Fusiliers Regiment), CAC, CASF »
  • 1942: Formation du « 1st Batallion, Les Fusiliers de Sherbrooke, CASF » pour le service actif de défense territoriale.
  • 1945: Dissolution du « 1st Batallion, Les Fusiliers de Sherbrooke, CASF » en Grande-Bretagne
  • 1946: Dissolution du « 27th Armoured Regiment (The Sherbrooke Fusiliers Regiment), RCAC, CASF »

Entraînement[modifier | modifier le code]

Sauf lorsqu'en service à temps plein, les membres des Fusiliers de Sherbrooke travaillent à temps partiel puisqu'ils sont avant tout, des citoyens-soldats. De manière générale, ils sont de service une soirée par semaine, le mardi et jusqu'à deux fins de semaine par mois, lors d’exercices en campagne ou de séances d’entraînement au manège militaire de la rue Belvedère, quartier général du régiment sherbrookois. La période annuelle d'entrainement la plus active va de juin à août alors que la plupart des Fusiliers sont engagés dans différentes manœuvres militaires ou encore, des cours de formation professionnelle.

La musique des Fusiliers de Sherbrooke[modifier | modifier le code]

La musique régimentaire, qui avait cessé ses activités dans les années 1970, a été ravivée au début des années 1990 sous l'impulsion du lieutenant-colonel Pierre Véronneau, alors commandant du Régiment. Avec un effectif au départ très restreint, le lieutenant Serge Bélanger, premier directeur musical de cette musique, a jeté les bases de ce qu’elle est aujourd’hui.

En 1996, le capitaine Sylvain Côté pris la direction de cette musique qui fait maintenant la fierté de son régiment et de la communauté Sherbrookoise. Elle compte aujourd’hui plus d’une trentaine de musiciens de la région.

Avec son répertoire polyvalent, cette musique démontre son savoir-faire à plusieurs occasions, notamment lors de passation de commandement, de cérémonies de changement de couleur régimentaires et tout autres engagement militaires et civils. Elle se produit principalement dans la région de l'Estrie même si occasionnellement, elle se présente dans d'autres région du Québec et même de l'Ontario.

Devise[modifier | modifier le code]

"Droit au but"

Description de l'insigne[modifier | modifier le code]

La couronne superpose une grenade or sur le corps de laquelle un anneau bordé porte l'inscription en lettres dorées « LES FUSILIERS DE SHERBROOKE », surmonté d'un castor au naturel, superposé sur une feuille d'érable de couleur or. L'ensemble repose sur un listel or avec l'inscription « DROIT AU BUT » en lettres sable.

Marche régimentaire[modifier | modifier le code]

Ville-Reine (Queen City), titre donné en l'honneur de Sherbrooke, ville-reine des Cantons de l'Est. Cette marche remarquable a été composée par le capitaine Sylvio Lacharité, officier du régiment et compositeur bien connu au Québec et à l'étranger. En 1982, il fut nommé membre de l'Ordre du Canada.

Régiment affilié[modifier | modifier le code]

The Rifles (à venir)

Les honneurs de bataille[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale 1914-1918

  1. Amiens*

Seconde Guerre mondiale 1944-1945

  1. Débarquement de Normandie*
  2. Authie*
  3. Caen*
  4. L'Orne
  5. Crête de Bourguébus*
  6. Faubourg de Vaucelles
  7. Saint-André-sur-Orne
  8. Falaise*
  9. Route de La Falaise
  10. Clair Tizon
  11. La Liaison
  12. Canal d'Anvers-Turnhout
  13. L'Escaut *
  14. La Basse-Meuse
  15. La Rhénanie*
  16. La Hochwald
  17. Xanten *
  18. Le Rhin *
  19. Emmerich-Holen Elten
  20. Zutphen*
  21. Deventer
  22. Nord-Ouest de l'Europe, 1944-1945
  • Ces honneurs de bataille se retrouvent sur le drapeau consacré régimentaire.

Colonels honoraires[modifier | modifier le code]

depuis 2001, le Bgén Jean-Luc Bombardier, CD
1938-1974 Col John Samuel Bourque, VD, CD
1974-1982 Col Gaétan Côté, MBE, ED
1983-1996 Mgén John J. Dunn, CMM, CD
1996-2001 Col Pierre H. Massé, CD, ADC

Lieutenants-colonels honoraires[modifier | modifier le code]

depuis 2004, le Lcol Wilfred Morin
1910-1917 Lt-Col Louis Hubert Olivier
1934-1942 Lt-Col (Col) Émile Rioux, VD
1942-1969 Lt-Col Charles Codère, Esq., ED, CD
1969-1980 Lcol Claude Genest, CD
1980-1983 Lcol Ernest L. Pelletier, EM, CD
1983-1986 Lcol Roland Savoie, CD
1986-1989 Lcol Henri Forgues-Lapointe, CD
1989-1996 Lcol Dennis Wood, OC
1996-2004 Lcol Louis Lagassé, CM

Les commandants[modifier | modifier le code]

depuis 2014 Lcol Philippe Côté, CD

1908 M. Ferdinand Rioux, fondateur du régiment
1910-1912 Lt-Col Pantaléon Pelletier
1912-1917 Lt-Col (Col) Émile Rioux, VD
1917 Lt-Col Arthur Genest
1917-1922 Lt-Col (Col) Émile Rioux, VD
1923 Lt-Col Pierre Edmond Bélanger
1924-1928 Lt-Col (Col) Valmore Olivier, VD
1928-1931 Lt-Col (Col) John Bourque, VD, CD
1932-1937 Lt-Col (Col) Léopold Chevalier, ED
1937-1942 Lt-Col Émile Lévesque, ED
1942-1946 Lt-Col Alphonse Genest, ED
1946-1947 Lt-Col Aimé Biron, ED
1947-1950 Lt-Col Sarto Roy
1950-1952 Lt-Col Gaétan Côté, MBE, ED
1952-1954 Lt-Col Roland Codère, ED
1954-1957 Maj Ernest Pelletier, EM, CD
1957-1960 Lt-Col Richard Crépaud, CD, ADC
1960-1963 Lt-Col (Mgen) John Dunn, CMM, CD, ADC
1963-1967 Lt-Col Bernard Codère, CD, ADC
1967-1970 Lcol Jacques Dubé, CD
1970-1972 Lcol Jean Denoncourt, CD
1972-1975 Lcol Pierre Massé, CD, ADC
1975-1978 Lcol François-Xavier Chagnon, CD
1978-1981 Lcol Marcel Lapointe, CD
1981-1984 Lcol (Bgen) Jean-Luc Bombardier, CD
1984-1987 Lcol Jean Gauthier, CD, ADC
1987-1990 Lcol (Bgen) Louis Denis Pelletier, CD
1990-1993 Lcol Pierre Véronneau, CD
1993-1995 Lcol Alain Denis, CD
1995-1998 Lcol Bernard Pelletier, CD
1998-2000 Lcol Gaétan Lefebvre, CD
2000-2002 Lcol Jean Gauthier, CD
2002-2005 Lcol Paul Langlais, CD, ADC
2005-2010 Lcol Éric Beaudoin, CD
2010-2014 Lcol Simon Hallé, CD, ADC

2014- Lcol Philippe Côté, CD

Les sergents-major régimentaires[modifier | modifier le code]

Depuis 2011 Adjuc Pierre Lefebvre, CD
1927-1929 WO I Philibert Boissé
1929-1931 WO I Maurice Gingues
1931-1934 WO I Ubald Pigeon
1934-1937 WO I Amable Bilodeau
1937 WO I Raymond Simard
1937-1940 WO I Ernest Pelletier
1940-1942 WO I Gérard Genest
1942-1946 WO I Ubald Pigeon
1946-1947 WO I Maurice Lessard
1947-1948 WO I René Roy
1948-1950 WO I Henri De Léséleuc
1950-1953 WO I Paul Leclerc, CD
1953-1965 WO I Paul-Henri Lessard, CD
1965-1968 WO I Guy Bureau, CD
1968-1972 Adjuc Guy Breton, CD
1973-1978 Adjuc Louis Fortier, CD
1978-1980 Adjuc Luc Côté, CD
1980-1982 Adjuc André Rancourt, CD
1982-1986 Adjum Guy Bergeron, CD
1986-1993 Adjuc François Guérin, CD
1993-1997 Adjuc Jean Guilbeault, CD
1997-2000 Adjuc Régis Savard, CD
2000-2003 Adjuc Simon Hallé, CD
2003-2007 Adjuc Pierre Lefebvre, CD
2007-2010 Adjuc Michel Noël, CD
2010-2011 Adjum Jean-Louis Proteau, CD
2011-2011 Adjuc Pierre Lefebvre, CD

Liens externes[modifier | modifier le code]