Les Fils de l'homme (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fils de l'Homme.

Les Fils de l'homme

alt=Description de l'image Fils de l'homme logo.PNG.
Titre original Children of Men
Réalisation Alfonso Cuarón
Scénario Alfonso Cuarón
Timothy J. Sexton
David Arata
Mark Fergus
Hawk Ostby
Acteurs principaux
Sociétés de production Strike Entertainment
Relativity Media
Hit & Run Productions
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Sortie 2006
Durée 109 minutes[1]

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Fils de l'homme (Children of Men) est un film de science-fiction anglo-américain écrit et réalisé par Alfonso Cuarón, adapté du roman du même nom de P.D. James, sorti en 2006. Le film place le spectateur au cœur d'une dystopie dont le cadre est le Royaume-Uni en proie au chaos. Dans ce monde ravagé par les pandémies, les guerres et le terrorisme, la totalité des femmes est devenue stérile, menant ainsi l'humanité à l'extinction.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un futur proche, les humains ne peuvent plus avoir d'enfants. L'être humain le plus jeune sur Terre meurt. C'est le 16 novembre 2027, et l'on rapporte dans tous les médias à travers le monde le meurtre de celui que l'on appelait « bébé Diego ». Âgé de dix-huit ans, il était la plus jeune personne sur Terre et le dernier enfant né recensé.

Theo Faron, un ancien activiste politique devenu employé de bureau, apparaît peu touché par cette nouvelle alors que le monde pleure le jeune homme. Il quitte un café à Londres juste avant qu'une bombe ne pulvérise l'établissement. Le gouvernement accuse les « Poissons » (Fishes), un groupe terroriste qui combat pour le droit des immigrés. Chamboulé par l'explosion, Theo rend visite à son ami, Jasper Palmer, un ancien dessinateur de presse, vivant à la campagne, et partageant son temps entre la culture du cannabis et l'assistance à sa femme catatonique, une ancienne photographe de guerre, torturée par le gouvernement.

Faux bébé utilisé pour la scène de l'accouchement

À son retour à Londres, Theo est enlevé par les Poissons, menés par son ex-femme Julian Taylor. Leur fils, Dylan, est mort à la suite de la pandémie de grippe de 2008. Julian offre 5 000 £ à Theo en échange d'un laissez-passer pour une jeune réfugiée africaine nommée Kee. Pour obtenir ce sauf-conduit, Theo rend visite à son cousin Nigel, un ministre haut-placé dans le gouvernement et responsable de l'« Arche des Arts » (Ark of Arts), un bâtiment où sont entreposées des œuvres rescapées du chaos qui s'est emparé de la Terre. Theo parvient à l'obtenir mais se voit contraint d'accompagner Kee dans son périple. Luke, un membre des Poissons, conduit Theo, Julian, Kee et une femme, Miriam, au premier checkpoint de leur voyage. Ils sont pris en embuscade et Julian est mortellement touchée au cou. Poursuivis par la police, ils trouvent refuge dans une ferme isolée où Luke est nommé nouveau leader des Poissons.

Kee révèle alors à Theo le pourquoi de leur périple : elle est la première femme enceinte depuis dix-huit ans. Julian et les Poissons ont pour but de la confier à « Renouveau Planétaire » (Human Project), un groupe de scientifiques secrètement basé aux Açores et dont le but est de soigner l'infertilité. Kee lui avoue qu'il est le seul en qui elle a confiance parce que Julian lui faisait elle-même confiance. Elle lui propose de l'amener à la rencontre de Renouveau Planétaire mais il refuse, doutant de l'existence d'un tel groupe. Étant donné la mort de Julian, Luke suggère à Kee de rester avec les Poissons jusqu’à son accouchement. Theo lui conseille d'aller dans un hôpital mais les Poissons rétorquent que le gouvernement lui prendra son bébé à des fins politiques. La jeune femme accepte cette dernière suggestion et tous vont se coucher.

Juste avant l'aube, Theo est réveillé par des cris, se lève et découvre que Luke est responsable de l'embuscade et a fait assassiner Julian par Patric, un membre des Poissons, et son complice, blessé dans l'embuscade. Cela avait pour but de lui permettre de garder le bébé de Kee et de s'en servir comme outil de propagande et symbole pour la rébellion. Theo entend également qu'on ordonne de le tuer. Il va trouver Kee et s'échappe avec elle et Miriam vers le refuge de Jasper, les Poissons à leur poursuite. Miriam explique alors que le rendez-vous avec Renouveau Planétaire est prévu dans un bateau, le Tomorrow, au camp de réfugiés de Bexhill. Jasper leur propose un plan d'infiltration dans le camp avec l'aide de Syd, un policier corrompu à qui il vend du cannabis.

Les Poissons arrivent finalement à trouver la maison de Jasper, pourtant bien cachée dans la forêt, et ce dernier les retient pendant que Theo, Kee et Miriam s'enfuient. Il est tué de sang-froid par Luke quand il refuse de dire quelle direction ont pris les fuyards. Le point de rencontre avec Syd est fixé dans une école abandonnée. Il les conduit à Bexhill en les faisant passer pour des prisonniers. Là, ils sont emmenés dans un bus où Kee commence à avoir des contractions. Elle attire l'attention d'un garde mais Miriam se sacrifie en le distrayant avec de fausses incantations religieuses. Elle est sortie manu militari du véhicule et emmenée. Theo et Kee, seuls, trouvent Marichka, leur contact à Bexhill, qui leur fournit une chambre. Kee y accouchera pendant la nuit. Le lendemain, Syd, qui doit les emmener au bateau, tente de prendre l'enfant mais Kee et Theo parviennent à s'enfuir avec l'aide de Marichka. Des fusillades ont éclaté dans le camp et le gouvernement s'apprête à envoyer les chars d'assaut. Les Poissons parviennent à entrer à Bexhill et capturent Kee et son bébé.

Marichka et Theo sont séparés et il poursuit seul les Poissons à l'intérieur d'un immeuble assiégé par l'armée britannique. Il retrouve Kee au beau milieu d'une fusillade où sont pris Luke et Patric. Theo arrache Kee des mains de Luke qui lui tire dessus. Blessé et soutenant Kee, Theo tente de quitter l'immeuble. Les pleurs du bébé laissent les occupants du bâtiment hébétés. Les soldats, qui entrent dans le bâtiment, découvrent l'enfant et les tirs cessent. Theo et Kee sortent, passant devant les soldats et les rebelles, figés dans un cessez-le-feu tacite. À peine sont-ils partis qu'une roquette fuse et l'affrontement reprend.

Ils retrouvent Marichka, qui les conduit à une barque pour rejoindre le Tomorrow, mais elle refuse de les accompagner. Les avions de chasse arrivent sur Bexhill et bombardent le camp. Theo rame jusqu'au point de rencontre et s'effondre. Kee voit alors du sang dans la barque et croit qu'elle est blessée. Mais Theo explique que c'est lui qui saigne, ayant reçu une balle tirée par Luke. Kee décide de nommer sa fille Dylan, comme le fils décédé de Theo et Julian. Dans un sursaut d'énergie, Theo lui montre comment faire roter un bébé puis, meurt en paix et semblant réconcilié avec son passé. C'est alors que le navire hôpital Tomorrow surgit du brouillard et s'apprête à récupérer Kee avec son enfant, qui feront ensuite route vers les Açores.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Alfonso Cuarón à la première du film à Mexico

L'adaptation du roman de P.D. James avait, à la base, été écrite par Paul Chart et, plus tard, réécrite par Mark Fergus et Hawk Ostby. Les producteurs Hilary Shor et Tony Smith, qui développent le projet, incluent Alfonso Cuarón dans celui-ci en 2001[7]. Ce dernier, avec la collaboration du scénariste Timothy J. Sexton, entama une nouvelle réécriture du scénario dès la fin du précédent tournage du réalisateur[8]. Ne voulant pas faire une simple illustration du livre[9], Alfonso Cuarón ne lut qu'un résumé de celui-ci, sachant que Timothy J. Sexton l'avait lu en entier[10],[11].

La production n'a pas été lancée directement car Alfonso Cuarón partit sur un autre projet[12]. Ce tournage, accepté en cours de route, lui a permis, selon lui, de s'adapter plus facilement pour Les Fils de l'homme aux réalités d'un tournage au Royaume-Uni, car il s'agissait déjà d'un projet britannique[13].

Lors de l'élaboration du scénario et de la production, Alfonso Cuarón utilisa comme modèle de société en reconstruction le film La Bataille d'Alger de Gillo Pontecorvo (1967), qu'il montra à son acteur principal Clive Owen pour exprimer sa vision du film. Pour l'aspect philosophique et social, le réalisateur a lu l'œuvre de Slavoj Žižek et d'autres travaux dans le même esprit[14]. Il s'inspira également du film L'Aurore de Friedrich Wilhelm Murnau (1927)[15], d'où viendra, peut-être son envie de réaliser de nombreux plans-séquence pour le film.

Casting[modifier | modifier le code]

Clive Owen à la première du film à Mexico

Clive Owen, par ailleurs un admirateur du cinéaste qu'il considère comme original, vif et talentueux[16], a été choisi en avril 2005[17] et a passé plusieurs semaines à collaborer avec Alfonso Cuarón et Timothy J. Sexton pour élaborer son rôle. Impressionnés par son implication créative, les scénaristes du film ont travaillé avec lui sur l'ensemble du scénario[11]. Ainsi, il proposa un certain nombre de scènes au réalisateur[18].

Julianne Moore a été choisie en juin 2005[19].

Michael Caine déclare avoir basé son interprétation de Jasper Palmer sur John Lennon[11]. Il s'agit d'un rôle de composition totale pour Michael Caine, qui n'avait jamais eu d'autre rôle se rapprochant de celui-ci dans sa longue carrière. Le réalisateur déclare que l'acteur est rentré dans le rôle dès l'instant où il s'est vu en costume dans une glace. Il ajoute que, dès cet instant, l'acteur croyait sincèrement être Jasper[9]. On peut également voir dans ce personnage un hommage à Schwartz (Mort Mills) dans le film d'Orson Welles, La Soif du mal (Touch of Evil, 1958). En effet, Jasper appelle Theo amigo comme le faisait Schwartz pour Ramon Miguel Vargas (Charlton Heston)[20] dans le film.

Le rôle de Kee (Claire-Hope Ashitey) a été créé par Alfonso Cuarón, marqué par la théorie selon laquelle tous les êtres humains découlent d'ancêtres africains et par le statut des personnes défavorisées[21]. Ainsi, l'enfant de l'immigrée africaine réécrirait l'histoire[22] en devenant l'origine de la renaissance de l'humanité.

Charlie Hunnam a été choisi par Alfonso Cuarón car celui-ci avait apprécié sa prestation dans Retour à Cold Mountain d'Anthony Minghella[23].

Développement de l'univers[modifier | modifier le code]

L'arrière-plan scénaristique est développé à travers des extraits de publicités, des journaux papier et des journaux télévisés visibles dans le film. Parmi les faits historiques cités, on retrouve :

  • Un taux d'infertilité mondial de 25 % en décembre 2008, la dernière naissance le 21 juin 2009.
  • La destruction par le feu nucléaire de New York, d'une grande partie de l'Afrique et du Kazakhstan.
  • L'occupation militaire de Cincinnati.
  • La mise sur le marché de « drogues de fertilité » factices et tueuses aux côtés de médicaments légaux comme de nouveaux anti-dépresseurs (Niagra, Bliss) et des kits de suicides (Quietus).
  • La surveillance accrue des mosquées britanniques par les forces de police.
  • Le bombardement des puits de pétrole saoudiens, mettant en danger l'approvisionnement mondial.
  • La reconversion des villes du sud de l'Angleterre en camps de réfugiés (article daté du 11 février 2020).
  • La négation par le Premier Ministre britannique d'actes de tortures à l'initiative de son gouvernement.
  • L'interdiction de toute immigration à destination du Royaume-Uni.
  • La fermeture du tunnel sous la Manche.
  • Le siège de Seattle (millième jour au 16 novembre 2027).

Analyse du film[modifier | modifier le code]

Photographie : l'art du plan-séquence[modifier | modifier le code]

Le film utilise de nombreux plans-séquence dans lesquels se déroulent des actions complexes. Les plus longs sont les suivants[23] :

  • l'embuscade en voiture (3 min 58) ;
  • l'accouchement de Kee (3 min 11) ;
  • la scène où Theo évolue dans un théâtre de guérilla urbaine au camp de Bexhill (6 min 18).

Ce genre de plans, très délicats à tourner, utilisent parfois, dans Les Fils de l'homme, des raccords pour préserver la continuité[24]. Ainsi, selon Frazer Churchill, superviseur des effets visuels, le plan-séquence de la bataille finale a été effectué en cinq prises. De même, le plan-séquence de l'embuscade l'a été en six et sur trois lieux différents[25]. Selon le réalisateur Alfonso Cuarón[18], l'essentiel était surtout de conserver la perception d'une chorégraphie fluide à travers les pièces de ce que l'on pourrait appeler un puzzle.

Ce dernier avait déjà expérimenté les longues prises dans Y tu mamá también. Son style est influencé par l'un de ses films favoris, le film suisse Jonas qui aura 25 ans en l'an 2000, d'Alain Tanner (1976), qu'il a visionné alors qu'il était étudiant. À ce moment, il s'intéressait à la Nouvelle Vague et appréciait la sobriété, le peu de gros plans, l'élégance et la lenteur des mouvements de caméra[26].

Le plan-séquence où Clive Owen pénètre un bâtiment assiégé a été préparé pendant quatorze jours et tourné en cinq heures. À la fin de ce plan, du sang gicle sur la caméra. Ce détail a été conservé par Alfonso Cuarón sur les conseils de son directeur de la photographie, Emmanuel Lubezki. Selon Clive Owen, l'une des difficultés majeures de ce genre de plan a tenu au fait qu'ils étaient beaucoup préparés mais devaient paraître avoir été saisis dans le feu de l'action[27].

Au début du projet, la première idée d'Alfonso Cuarón pour maintenir la continuité a été considérée comme irréalisable par les experts de la production. En effet, sortant du tournage de Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, il avait suggéré d'utiliser des effets spéciaux. Son directeur de la photographie refusa aussi catégoriquement du fait que leur ambition commune était de filmer Les Fils de l'homme comme un documentaire pris sur le vif[20]. Doggicam Systems dut donc, par exemple, concevoir un bras spécial pour porter la caméra[28] et ainsi, permettre au réalisateur de tourner la scène dans la voiture. Un véhicule a dû être modifié pour permettre aux sièges et au pare-brise avant de s'incliner pour laisser la caméra se déplacer sans obstacles. Une équipe de quatre personnes était postée sur le toit de celui-ci pour tourner la scène, dont Emmanuel Lubezki et un opérateur caméra[29].

Lors de cette séquence, un guet-apens suivi d'une course-poursuite, les acteurs n'étaient pas prévenus de l'arrivée en masse de figurants agressifs. Selon le réalisateur[30], qui voulait des émotions les plus naturelles possibles, Julianne Moore était terrifiée, Clive Owen a eu peur d'avoir blessé le cascadeur à moto qui les attaque et qui est fauché d'un coup de portière et Chiwetel Ejiofor a été blessé au visage par un éclat de verre.

Timothy Webber, de la société d'effets spéciaux Framestore CFC, a été responsable, pour sa part, du plan-séquence de l'accouchement durant trois minutes et trente secondes ; et ce, à la fois au niveau de la mise en scène, mais aussi de l'ajout du nouveau-né en images de synthèse[31]. Le réalisateur souhaitait à l'origine utiliser un bébé en animatronique à l'exception de la scène de la naissance de l'enfant. Finalement, deux prises ont été faites. Dans la seconde, les jambes de Claire-Hope Ashitey avaient été remplacées par des prothèses. Alfonso Cuarón, satisfait du résultat obtenu par la trois dimensions, a donc décidé de remplacer le bébé en animatronique par celui en images de synthèse de Framestore CFC[25].

Pour Clive Owen, la sophistication des mouvements de caméra utilisés pour ces plans permettent à la fois aux acteurs et aux spectateurs d'oublier celle-ci et de les engager totalement dans la scène[16].

Thèmes et références[modifier | modifier le code]

Massacres, tortures et attentats[modifier | modifier le code]
L'homme encapuchonné de la prison d'Abou Ghraib dont la pose est reprise dans le film

Quand Miriam est sortie du bus par le militaire à l'entrée à Bexhill, on entend la chanson Arbeit macht frei des Libertines[23]. Ce titre de chanson fait référence à la devise écrite à l'entrée des camps d'extermination nazis[32]. Le traitement des immigrés dans le film, à travers cela et à travers les méthodes avec lesquelles ils sont traqués et emprisonnés (cages...), rappelle clairement la Shoah[33],[34]. Il y a aussi une autre référence aux atrocités nazies lorsque, dans l'Arche des Arts, Nigel dîne devant la toile Guernica[23], de Pablo Picasso, qui représente le massacre de plus de 1 600 civils par un bombardement nazi dans la ville de Gernika-Lumo lors de la guerre d'Espagne. Lors d'une des dernières scènes du film, la fameuse composition musicale de Krzysztof Penderecki, Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima est jouée[35]. Cette composition musicale rend hommage aux victimes du bombardement de la ville japonaise d'Hiroshima dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, qui aboutit à la capitulation du Japon et fit sur le coup 70 000 victimes, selon la DOE.

La description des camps de réfugiés fait référence à des évènements contemporains[36] : Miriam est encapuchonnée à Bexhill et a la même pose que l'un des prisonniers victime des tortures de la prison d'Abou Ghraib[23] dont la photo a été massivement diffusée. On y évoque aussi la prison de Guantánamo ou encore le Maze[37]. Selon certains, le film donne également une résonance aux attentats du 11 septembre 2001[38].

On peut aussi remarquer une similarité avec la couverture en cinéma vérité de la guerre d'Irak[39]. On trouve aussi de nombreuses références aux mouvements islamistes modernes, notamment à travers le terme intifada, tagué en arabe mal orthographié sur certains murs. De plus, on assiste, lors du film, à une procession d'hommes avec des bandeaux verts tirant avec des armes automatiques et scandant les mots Allahu Akbar comme un prélude à la révolte du camp de Bexhill. Il s'agit ici d'une référence précise au Hamas et au conflit israélo-palestinien.

Alfonso Cuarón déclare avoir essayé, autant que faire se peut, de croiser les références[11]. Par exemple, quand Theo quitte les appartements russes, une femme tient le corps de son fils. Cela fait à la fois référence à une photo célèbre d'un conflit dans les Balkans et à la Pietà de Michel-Ange, auquel il avait déjà fait référence, plus tôt dans le film, au travers de son David[11].

La révolution, la contestation[modifier | modifier le code]

Durant la visite de Theo à son cousin, on peut voir un dirigeable en forme de cochon flottant au-dessus de la Battersea Power Station. Ce plan est une référence à la couverture de l'album Animals des Pink Floyd[40], elle-même référence au livre La Ferme des animaux de George Orwell. Sur cette même centrale électrique, on peut voir l'un des nombreux clins d'œil du film aux artistes guérilleros[23], un mouvement d'artistes engagés. L'un d'eux, le pochoiriste britannique Banksy, a travaillé sur le film et plus précisément sur deux peintures murales. L'une d'elles est celle d'un enfant regardant un magasin et l'autre, celle de la centrale, représente deux policiers s'embrassant. Cet esprit a d'ailleurs été repris sur l'affiche française du film et à d'autres endroits du film avec des lettres coupées comme si elles avaient été dessinées à l'aide de pochoirs[41]. Les artistes graphiques sont aussi à l'honneur de ce film puisque Jasper est un ancien cartooniste politique de renom en retraite. On peut voir ses dessins lorsque Theo est chez celui-ci. Les dits dessins ont été réalisés par Steve Bell[23], cartooniste, lui aussi renommé, mais bien réel, qui travaille pour The Guardian.

Pour Alfonso Cuarón, le film peut se voir plus généralement comme traitant des problèmes de communication entre les êtres et s'inscrire dans une trilogie avec deux autres films de réalisateurs mexicains sortis la même année : Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro et Babel d'Alejandro González Iñárritu[42].

L'espoir[modifier | modifier le code]

Les Fils de l'homme fait de l'espoir l'un de ses thèmes majeurs dès la première phrase de la bande-annonce française par une réplique intérieure de Theo Faron[43] :

« Je ne me souviens plus très bien quand j'ai commencé à perdre espoir et encore moins quand tout le monde a commencé à le perdre. »

Il met également ce thème en relation avec celui de la foi[44], qui fait ici face à la futilité[15] et au désespoir[45]. Sur le plan symbolique, le désespoir est représenté par le logo du film ci-dessus : un fœtus à l'intérieur d'un œil versant une larme, la couleur rouge évoquant peut-être le sang.

La cause de l'infertilité n'est jamais expliquée même si l'on évoque une destruction environnementale ou encore un châtiment divin[46]. Alors que sort le film, la communauté scientifique parle justement des effets des perturbateurs endocrinien sur la fertilité masculine. Ce flou a été volontairement cultivé par Alfonso Cuarón, qui se refuse à donner toutes les clefs au spectateur[47]. Le roman à l'origine du film décrit ce qui se produit quand une population ne peut plus se reproduire et l'explique par l'infertilité des hommes[48]. Le film octroie celle-ci aux femmes[15]. Kee, la jeune africaine, représente donc le dernier espoir de l'humanité. Le thème de l'infertilité apparaît alors comme la métaphore de la perte d'espoir des hommes[15] et le bébé de Kee, comme un symbole de renouveau et de rédemption[49].

Pour Alfonso Cuarón, Theo Faron incarne la part d'humanité du film, son espoir est juste « caché sous un maquillage d'immobilité »[16].

Selon le réalisateur, la fin du film permet à chaque spectateur de donner un sens à l'espoir suscité par les scènes finales. Selon lui, une personne optimiste y verra beaucoup d'espoir quand une personne pessimiste y verra quelque chose de totalement désespéré[10]. Il a entendu, par ce film, non pas présenter une « vision pessimiste du futur mais une version réaliste du présent »[16].

Aspects légendaires et religion[modifier | modifier le code]

Les Fils de l'homme est décrit par son réalisateur comme un film miroir à son film Y tu mamá también. Ce sont tous les deux des road movies. On peut comparer Les Fils de l'homme, dans son écriture, à une odyssée héroïque classique comme Énéide, de Virgile, Divine Comédie, de Dante, ou encore Les Contes de Cantorbéry, de Chaucer, où les passages clefs sont à chercher sur la route plutôt qu'à l'aboutissement[34]. C'est un parcours initiatique sur le chemin de la conscience[36] et pour Theo, plus particulièrement, un voyage presque mystique du désespoir vers l'espoir[50].

Le titre, d'emblée, pose la religion comme thème important du film, déjà présent dans le livre éponyme. Le sujet du film apparaît en effet comme l'allégorie du psaume chrétien 90 de la Bible du roi Jacques[51] dont voici le troisième verset[52] :

« Tu réduis les mortels en poussière, et tu dis: Retournez, fils de l'Homme ! »

P.D. James décrit son roman comme une « fable chrétienne »[53] alors qu'Alfonso Cuarón, lui, ne conçoit pas son film comme « un regard sur le christianisme » et ce même s'il n'exclut pas la spiritualité : il ne s'intéresse pas aux dogmes[10].

La symbolique chrétienne est omniprésente dans le film. Par exemple, les terroristes britanniques se nomment les « Poissons »[54] qui sont un symbole majeur de christianisme. Le prénom du héros, Theo signifie par ailleurs « Dieu ».

Le film ayant été lancé le jour de Noël aux États-Unis, Kee et Theo ont été comparés à Joseph et Marie[55] et le film qualifié de « récit de la nativité contemporain »[56]. De plus, le fait que Kee soit enceinte est révélé à Theo dans une étable est une allusion à la scène de la nativité. À cela, s'ajoute le fait que, quand les autres personnages voient Kee et son bébé, ils prononcent le nom de Jésus-Christ ou font le signe de croix[57]. À un moment donné, Kee dit sous la forme d'une plaisanterie qu'elle est enceinte mais vierge, référence directe à la conception virginale de Jésus. En outre, le thème de la femme stérile tombant enceinte renvoie à un autre récit de l'évangile, celui d'Elisabeth, cousine de Marie stérile mais néanmoins enceinte de Jean Baptise.

Pour souligner ces thèmes spirituels, Alfonso Cuarón a commandé un morceau de quinze minutes au compositeur britannique John Tavener, chrétien orthodoxe, dont le travail a eu pour thèmes : la maternité, la naissance, la renaissance et la rédemption aux yeux de Dieu. Le nom du morceau est Fragments of a Prayer (Fragments d'une prière).

Le lexique religieux est également très employé, dans un vaste syncrétisme, tout au long du film[58] :

  • mata (mère en sanskrit) ;
  • pahi mam (protège moi en sanskrit) ;
  • avatara (sauveur en sanskrit) ;
  • alleluia (de l'hébreu)[59].

Enfin, à la suite des dernières scènes et du générique, il y a une prière hindoue pour la paix en sanskrit : Shantih shantih shantih. On retrouve aussi ces mots à la fin d'un upanishad et à la dernière ligne du poème de T. S. Eliot : La Terre vaine[60]. Les prières et les invocations sont d'ailleurs nombreuses tout au long du film, notamment à travers le personnage de Miriam.

Quant à l'organisation quasi-légendaire Renouveau Planétaire, elle peut se concevoir comme la possibilité d'évolution de la compréhension humaine[37].

Un futur proche[modifier | modifier le code]
London 2012 Candidature Logo.png
Renault Avantime l.jpg
Xm8 sideview.jpg

Alfonso Cuarón a demandé au département artistique de positionner le film comme un « anti-Blade Runner »[61], le film de Ridley Scott (1982), en rejetant toute proposition de technologie avancée et en minimisant les éléments de science-fiction présents dans l'année 2027.

Le réalisateur s'est basé sur des images reflétant notre époque[62], choisissant d'ajouter des technologies innovantes à partir d'une inflexion de la ligne du temps en 2014. Ce qui l'intéressait dans ce film, ce n'était pas « se laisser distraire par le futur », mais de « transporter le public dans une autre réalité »[63].

Ainsi, dans la tour de Bexhill, Theo porte un maillot des jeux olympiques de Londres de 2012[23] ; la majorité des voitures utilisées lors du film sont des voitures actuelles d'aspect futuriste[23] (la Renault Modus, la Renault Avantime, la Renault Mégane II et la Fiat Multipla) ou plus ancienne comme par exemple la CX break de Jasper Palmer, au capot et à l'arrière redessinés. La volonté de créer un film d'anticipation crédible est marquée dès le début du film, quand Theo descend du train, les soldats britanniques portent le fusil expérimental XM8[23].

Par ailleurs, le film s'empare de thématiques actuelles comme l'immigration et l'opposition à celle-ci, qui restent profondément d'actualité au Royaume-Uni et dans les autres sociétés occidentales[10]. Ce sujet nourrit l'arrière-plan du film et peut faire penser aux vagues d'écoréfugiés prévues par une partie de la communauté scientifique dans les décennies à venir[64].

Tournage[modifier | modifier le code]

Pour construire son monde futuriste, un Londres ayant la patine de 2027, le film Orange mécanique de Stanley Kubrick (1971)[15] a été utilisé comme référence. Les Fils de l'homme étant le deuxième film du réalisateur tourné à Londres, il décida de faire de la ville un personnage à part entière de celui-ci[31]. Lorsque Alfonso Cuarón était en train de préparer le film ont eu lieu les attentats de Londres. Il se refusa alors à quitter la ville dont le film ne pouvait se dissocier[31]. Néanmoins, la scène de l'attaque terroriste sur Fleet Street a dû être tournée un mois et demi après l'évènement[14].

Alfonso Cuarón décida de tourner certaines scènes dans l'East End de Londres, un endroit considéré comme un « lieu totalement dépourvu de glamour ». Il s'inspira pour modifier la ville prospère des souvenirs de son pays d'origine : le Mexique[14]. Aussi, il utilisa les lieux les plus célèbres de Londres comme Trafalgar Square, par exemple. Enfin, la Battersea Power Station[65] a également été remodelée sur l'exemple du Tate Modern, ce qui inspira une comparaison avec le film Le Désert rouge de Michelangelo Antonioni (1964)[66]. Les effets visuels ont été directement créés à la postproduction par les studios Double Negative et Framestore CFC, ce qui était le seul moyen de parvenir à créer un tel environnement selon le réalisateur[31].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film a été diffusée sous la forme de deux albums : une bande-son réalisée par divers artistes (Children of Men - Original Motion Picture Soundtrack) et la bande originale du film (Fragments of a Prayer from the motion picture Children of Men) de John Tavener, qui contient des morceaux d'autres compositeurs classiques ou contemporains comme Georg Friedrich Haendel, Gustav Mahler, Krzysztof Penderecki ou encore le groupe de rock progressif King Crimson avec le titre In The Court Of The Crimson King et le groupe britannique Radiohead mais aussi une reprise de Ruby Tuesday des Rolling Stones. Malgré cela, quatre chansons du film n'apparaissent pas dans ceux-ci. Par ailleurs, Map of the Problematique, de Muse, et Hoppípolla, de Sigur Rós, ont été utilisées lors des publicités et des bande-annonces pour promouvoir le film mais n'ont pas utilisées pour le film en lui-même.

Réception[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film ayant coûté 76 millions de dollars[2], il est considéré comme étant un échec commercial en salles avec ses 69 217 002 USD de recettes mondiales sachant que les studios gagnent environ 55 % de cette somme[67] (à noter que les ventes internationales, les ventes de DVD ainsi que les diffusions télévisées sont des sources rémunératrices non négligeables). Voici un tableau résumant certains des résultats enregistrés au box-office par pays[68] :

Box-office mondial par pays du film Les Fils de l'homme
Pays Box-office Pays Box-office Pays Box-office Pays Box-office
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1 302 303 $ Drapeau du Danemark Danemark 193 643 $ Drapeau du Japon Japon 3 512 374 $ Drapeau de la République tchèque République tchèque 301 303 $
Drapeau de l’Argentine Argentine 490 252 $ Drapeau de l'Égypte Égypte 15 944 $ Drapeau de la Lettonie Lettonie 26 361 $ Roumanie Roumanie 88 977 $
Drapeau de l'Australie Australie 2 166 804 $ Drapeau de l'Espagne Espagne 2 180 299 $ Drapeau de la Lituanie Lituanie 17 826 $ Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 9 203 229 $
Drapeau de l'Autriche Autriche 211 251 $ Drapeau des États-Unis États-Unis 35 327 768 $ Drapeau de la Macédoine Macédoine 2 399 $ Drapeau de Serbie-et-Monténégro Serbie-et-Monténégro 12 947 $
Drapeau de la Belgique Belgique 835 276 $ Drapeau de la France France 2 604 911 $ Drapeau du Mexique Mexique 2 499 226 $ Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 40 596 $
Drapeau du Brésil Brésil 307 386 $   en entrées,[69] 314 000+ Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 241 564 $ Drapeau de la Slovénie Slovénie 19 494 $
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 33 281 $ Drapeau de la Grèce Grèce 917 309 $ Drapeau de la Norvège Norvège 62 261 $ Drapeau de la Suisse Suisse 448 151 $
Drapeau du Chili Chili 150 547 $ Drapeau de la Hongrie Hongrie 173 928 $ Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 356 329 $ Drapeau de la Turquie Turquie 429 950 $
Drapeau de la Colombie Colombie 193 435 $ Drapeau de l'Islande Islande 55 157 $ Drapeau de la Pologne Pologne 319 085 $ Drapeau de l'Ukraine Ukraine 167 309 $
Drapeau de la Croatie Croatie 49 596 $ Drapeau de l'Italie Italie 2 174 797 $ Drapeau du Portugal Portugal 451 381 $ Drapeau du Venezuela Venezuela 210 232 $

Le film a vu son résultat s'améliorer grâce au DVD, où il a engrangé environ 26 millions de dollars, et ce seulement dans le réseau locatif américain[70].

Critiques[modifier | modifier le code]

Le film a été globalement bien accueilli par la critique.

Dans Slate Magazine, on proclame « l'arrivée d'un grand réalisateur » et de « deux des plans-séquence parmi les plus virtuoses jamais vus »[56]. Dans The New York Times, le film est « superbement réalisé »[39]. Dans le Film Journal International, Les Fils de l'homme est « l'un des meilleurs films de l'année »[36]. Enfin, dans The Independent, on félicite l'acuité avec laquelle Alfonso Cuarón fait le portrait de la Grande-Bretagne, mais on critique le caractère ordinaire du monde futuriste présenté[71].

En France, selon Télérama, le discours du film est « rageur et saisissant »[72]. Pour Les Inrockuptibles, Les Fils de l'homme possède une énergie « émouvante parce que branlante et incarnée ». Première pense presque tenir « le film d'anticipation de la décennie ». Cependant, selon Les Cahiers du cinéma, rien ne « dépasse le stade infantile de l'illustration ». Pour Studio magazine[73], c'est « une leçon de cinéma ». Enfin, en ce qui concerne Ciné Live, ils résument leur avis en un mot : « respect »[74].

Pour accentuer cette réputation, de nombreux sites web de référence dans le cinéma réunissent d'excellentes notes données par les internautes pour le film, comme sur Internet Movie Database ou Rotten Tomatoes[75].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • BAFTA 2007 :
    • BAFTA de la meilleure photographie (Emmanuel Lubezki)
    • BAFTA de la meilleure direction artistique (Geoffrey Kirkland, Jim Clay et Jennifer Williams
Prix de la critique
Prix d'associations de professionnels du cinéma

Nominations[modifier | modifier le code]

  • BAFTA 2007 : Meilleurs effets spéciaux (Frazer Churchill, Timothy Webber, Mike Eames et Paul Corbould)
Prix d'associations de professionnels du cinéma
  • Visual Effects Society :
    • Prix des meilleurs effets visuels de l'année 2007 (Timothy Webber, Lucy Killick, Andy Kind et Craig Bardsley pour la séquence de la naissance)
    • Prix de meilleurs effets visuels secondaires pour un film 2007 (Lucy Killick, Frazer Churchill, Timothy Webber et Paul Corboul)
  • Art Directors Guild : Prix d'excellence de la production pour un film fantastique 2007 (Jim Clay, Geoffrey Kirkland, Gary Freeman, Malcolm Middleton, Ray Chan, Paul Inglis, Mike Stallion, James Foster, Peter James et Stephen Forrest-Smith)
  • Motion Picture Sound Editors :
    • Prix Golden Reel du meilleur montage son de la musique pour un film 2007 (Michael Price)
    • Prix Golden Reel du meilleur montage son et effets sonores pour un film étranger 2007 (David Evans, Richard Beggs, Bjorn Ole Schroeder, Sam Southwick, Tony Currie, Iain Eyre, Nick Lowe, Harry Barnes, Stuart Morton et Peter Burgis)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Children of Men - Main », IMDb.
  2. a et b (en) « Children of Men », sur Box Office Mojo
  3. (fr) « Les Fils de l'homme - Fiche technique », AlloCiné.
  4. [image]Jaquette du Blu-Ray Consulté le 18 juin 2012
  5. (en) « Children of Men - Release dates », IMDb.
  6. Elle chante à son bébé une berceuse ghanéenne Baby kaa fo, ce qui signifie « Bébé ne pleure pas » ((en) « Children of Men - Trivia », IMDb).
  7. (en) Michael Fleming, « Helmer Raises Children », Daily Variety, 5 octobre 2001.
  8. Y tu mamá también (2001).
  9. a et b (en) « Interview : Alfonso Cuaron », Moviehole.net.
  10. a, b, c et d (en) Jason Guerrasio, « A new humanity », Filmmaker Magazine.
  11. a, b, c, d et e (en) Kim Voynar, « Interview: Children of Men Director Alfonso Cuaron », Cinematical, 25 décembre 2005.
  12. Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban (2004).
  13. (en) Edward Douglas, « Exclusive: Filmmaker Alfonso Cuarón », Coming Soon, 8 décembre 2006.
  14. a, b et c (en) « Children of Men feature », Time Out, 21 septembre 2006.
  15. a, b, c, d et e (en) Jeffrey Wells, « Cuaron interview », Hollywood Elsewhere.
  16. a, b, c et d (fr) [vidéo] « Les Fils de l'homme : Interview de Clive Owen », AlloCiné (4 octobre 2006).
  17. (en) Gabriel Snyder, « Owen having U's children », Variety, 27 avril 2005.
  18. a et b (en) Peter Debruge, « Editors cut us in on tricky sequences », Variety, 19 février 2007.
  19. (en) Gabriel Snyder, « Moore makes way to U's Children », Variety, 15 juin 2005.
  20. a et b (en) Michael Phillips, « Children of Men director thrives on collaboration », Chicago Tribune, 27 décembre 2006.
  21. (en) Annie Wagner, « Politics, Bible Stories, and Hope - An Interview with Children of Men Director Alfonso Cuarón », The Stranger, 18 décembre 2006.
  22. (en) Evan Henerson, « Clive Owen embarks on a mission to ensure humanity's survival », Los Angeles Daily News, 19 décembre 2005.
  23. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) « Children of Men - Trivia », IMDb.
  24. (en) Steve Murray, « Luck a big factor in unbroken shot for Children », The Atlanta Journal-Constitution, 29 décembre 2006.
  25. a et b (en) « Framestore CFC Delivers Children of Men », VFX World, 16 octobre 2006.
  26. (en) « Film-makers on film: Alfonso Cuarón, interview à propos du film », The Daily Telegraph.
  27. (en) Claire Sutherland, « Clive's happy with career », Herald Sun, 19 octobre 2006.
  28. (en) « Two Axis Dolly », Doggicam Systems.
  29. Reportage sur les prises longues du film et notamment la voiture aménagée.
  30. (fr) Christophe Chadefaud, « Les Fils de l'homme - Pour que demain ne pleure jamais », Ciné Live, novembre 2006, p.70-71.
  31. a, b, c et d (en) « Nightmare on the Thames », Variety, 18 septembre 2006.
  32. Voir aussi Arbeit macht frei
  33. (en) Chris Smith, « Children of Men a dark film, and one of 2006's best », Bangor Daily News.
  34. a et b (en) Richard A. Blake, « What if... », America, 5 février 2007.
  35. http://visionsoundmusic.com/2011/08/pendereck-sound-of-radical-evil The nineties saw Penderecki’s concert works appropriated in David Lynch’s Wild at Heart, Peter Weir’s Fearless, and Jan de Bont’s Twister; followed in the last ten years by Children of Men, Katyn and Shutter Island.
  36. a, b et c (en) Ethan Alter, « Children of Men », Film Journal International.
  37. a et b (en) Alex Vo, « "Children of Men" Director Alfonso Cuaron », Rotten Tomatoes, 22 décembre 2006.
  38. (en) Michael Joshua Rowin, « Children of Men », Cineaste, printemps 2007.
  39. a et b (en) Manohla Dargis, « Apocalypse Now, but in the Wasteland a Child Is Given », New York Times, 25 décembre 2006.
  40. Pochette de l'album.
  41. Photo du film
  42. (fr) Thomas Baurez, « Alfonso Cuaron - Pourquoi filmez-vous ? », Studio magazine, novembre 2006, p.72-73.
  43. voir section Média.
  44. (en) « Cuaron Mulls SF Film », actualités Sci Fi.
  45. (en) Claudia Puig, « Children of Men sends stark message », USA Today.
  46. (en) Bob Ross, « Hope is as scarce as Children in Dystopian Sci-Fi Thriller », Tampa Tribune, 5 janvier 2007.
  47. (en) Mark Rahner, « Alfonso Cuarón, director of "Y tu mamá también" searches for hope in "Children of Men" », The Seattle Times, 22 décembre 2006.
  48. (en) B. Seshadri, « Male infertility and world population », Contemporary Review, février 1995.
  49. (en) Jeffrey Overstreet, « Children of Men », Christianity Today, 25 décembre 2006.
  50. (en) Robert W. Butler, « Sci-fi movie paints grim future », Kansas City Star, 5 janvier 2007.
  51. (en) Richard von Busack, « Making the Future: Richard von Busack talks to Alfonso Cuarón about filming Children of Men», Metroactive, 10 janvier 2007.
  52. (fr) Psaume 90.
  53. (en) « You ask the questions: P D James », The Independent, 14 mars 2001.
  54. (en) Jeff Simo, « Life Force: Who carries the torch of hope when the world is without children? », The Buffalo News, 4 janvier 2007.
  55. (en) « Children of Men », People n°67, 8 janvier 2007.
  56. a et b (en) Dana Stevens, « The Movie of the Millennium », Slate, 21 décembre 2006.
  57. (en) Katje Richstatter, « Two Dystopian Movies...and their Visions of Hope », Tikkun n°22, 2e édition (mars-avril 2007).
  58. (en) Jonathan Broxton, « Children of Men », Movie Music UK, 17 janvier 2007.
  59. (en) Kevin Crust, « Unconventional soundscape in Children of Men », Chicago Tribune, 17 janvier 2007.
  60. (en) Andrew Kozma et Laura Eldred, « Children of Men », Revolution SF, 16 janvier 2007.
  61. (en) « The Connecting of Heartbeats », Nashville Scene, 11 janvier 2007.
  62. (en) Caroline Briggs, « Movie imagines world gone wrong », BBC, 20 septembre 2006.
  63. (en) John Horn, « There's no place like hell for the holidays », Los Angeles Times, 19 décembre 2006.
  64. (fr) « Eco-réfugiés », Le Monde, 19 juin 2009.
  65. Voir aussi : Les Fils de l'homme - Thèmes et références - La révolution la contestation.
  66. (en) Mary F. Polsn, « A haunting view of the end », The Charlotte Observer, 25 décembre 2006.
  67. (en) Box Office Mojo, note en bas des charts.
  68. (en) « Children of Men - International Box Office », Box Office Mojo.
  69. (fr) « Alfonso Cuarón », Cine-Directors.net.
  70. (en) « Children of Men - DVD/Home Video », Box Office Mojo.
  71. (en) Jonathan Romney, « Green and Pleasant Land », The Independent, janvier-février 2007.
  72. (fr) « Les Fils de l'homme - Critiques presse », AlloCiné.
  73. (fr) Thierry Cheze, « Les films à l'affiche - Les Fils de l'homme », Studio magazine, novembre 2006, p.36.
  74. (fr) Christophe Chadefaud, « Dans les salles - Les Fils de l'homme », Ciné Live, novembre 2006, p.47.
  75. Au 24 janvier 2008, « Top 250 des films IMDb » et « Label Rotten Tomatoes ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Médias
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 29 mai 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.