Les Films Ariane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les films Ariane, fondés par Alexandre Mnouchkine, Georges Danciger et Francis Cosne en 1945, est une société de production de cinéma française, spécialisée dans la qualité française.

Société intégrée, Les films Ariane suivent la production d'un film de son scénario à sa promotion. Sur la centaine de films produits de 1946 (Tant que je vivrai) à 2000 (Meilleur espoir féminin), souvent en coproduction franco-italienne, la compagnie fait travailler des réalisateurs comme Jean Cocteau, Julien Duvivier, Philippe de Broca, Claude Lelouch, Emil-Edwin Reinert, Claude Miller, Bob Swaim, Alain Resnais, Éric Rohmer, Édouard Molinaro ou Bertrand Blier et des stars telles Gérard Philippe, Fernandel, Michel Simon, Jean Gabin, Martine Carol, Brigitte Bardot, Gina Lollobrigida, Jean-Paul Belmondo, Catherine Deneuve, Michel Piccoli, Philippe Noiret, Lino Ventura, Annie Girardot ou Gérard Depardieu.

Dès 1948, leur association avec Cocteau donne L'Aigle à deux têtes et Les Parents terribles. Au cours des années 1950, ils collaborent ensuite avec Gilles Grangier (L'Homme de joie et L'Amant de paille), Julien Duvivier (Le Retour de don Camillo), Gérard Philippe, à la fois comme réalisateur (Les Aventures de Till l'Espiègle) et acteur (Fanfan la Tulipe, la première coproduction franco-italienne) et Christian-Jaque (Lucrèce Borgia, Madame du Barry, Si tous les gars du monde, La Loi, c'est la loi, Babette s'en va-t-en guerre).

Durant la Nouvelle Vague, ils continuent à produire des films populaires à succès. En 1964, United Artists signe un contrat de distribution non-exclusif avec Les films Ariane[1] qui donnera notamment Le Train de John Frankenheimer, plusieurs films de de Broca (L'Homme de Rio, Les Tribulations d'un Chinois en Chine, Le roi de cœur), de Louis Malle (Viva Maria!) puis de Claude Lelouch (Un homme et une femme, Vivre pour vivre, La Vie, l'amour, la mort, Un homme qui me plaît, Le Voyou, L'aventure c'est l'aventure, et Un autre homme, une autre chance).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tino Balio, United Artists : The Company That Changed the Film Industry, The University of Wisconsin Press,‎ 1987 (ISBN 0-299-11440-6)
    p. 276-281