Les Feux du music-hall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Feux du music-hall

Titre original Luci del varietà
Réalisation Alberto Lattuada
Federico Fellini
Scénario Alberto Lattuada
Federico Fellini
Tullio Pinelli
Ennio Flaiano
Acteurs principaux
Sociétés de production Capitolium Film
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie dramatique
Sortie 2012
Durée 90 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Feux du music-hall (Luci del varietà) est un film italien d'Alberto Lattuada et Federico Fellini sorti en 1950.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film décrit la vie plutôt minable d'une petite troupe de théâtre, avec ses querelles ridicules et ses spectacles pitoyables. Checco tombe amoureux de Liliana, une spectatrice qui intègre la troupe. Checco veut monter une pièce à Rome avec Liliana comme vedette. Mais Liliana va trouver un autre impresario...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

« Il est bien difficile de prétendre faire la part de Lattuada et de Fellini dans la mise en scène de Luci del Varietà. Tout au plus avancerai-je que cette collaboration se justifie sans doute par l’amitié que la concordance des talents (…). L’essentiel est que Lumière des Variétés [sic] puisse inscrire dans notre mémoire quelques-unes de ces inoubliables images qui nous confirment dans notre amour du film italien et du cinéma tout court. »

— André Bazin, France Observateur, 13 décembre 1956

« Si l’influence de Chaplin demeure sensible, on reconnaît au passage l’ébauche de certains thèmes plus spécifiquement felliniens. Il n’y a pas d’amertume dans ces Feux du music-hall, mais une sourde mélancolie faite de désarroi, d’espérance fallacieuse et de résignation. Par moments on devine toute proche, comme en filigrane, la poésie de La strada. Feux du music-hall est un film pour lequel on éprouve de l’amitié. Ce n’est pas un chef-d’œuvre, mais un ouvrage vivant, chaleureux, triste et gai à la fois. »

— Jean de Baroncelli, Le Monde, 21 décembre 1956

« Il convient, pour le bien comprendre, de le situer dans le temps (…). À cette époque Fellini était coscénariste de Lattuada et c’est la première œuvre où l’on voie paraître son nom en qualité de metteur en scène (…). Dès ce début – et là réside l’intérêt primordial du film - apparaît la marque de Fellini. Déjà se trouvent, fortement indiqués, les prémices qui s’épanouiront plus tard dans les chefs-d’œuvre de la maturité : Les Vitelloni, La strada et Il bidone. »

— Max Favalelli, Paris Presse, 21 décembre 1956

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]