Les Feuilles d'automne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Les Feuilles d’automne)
Aller à : navigation, rechercher
Les Feuilles d'automne
Auteur Victor Hugo
Genre Poésie
Pays d'origine France
Nombre de pages 254

Les Feuilles d'automne est un recueil de poèmes de Victor Hugo publié en 1831. Il regroupe en particulier six poèmes appelés « Soleils couchants ».

Extraits[modifier | modifier le code]

Ce siècle avait deux ans

« Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte.
Et du premier consul déjà, par maint endroit,
Le front de l'empereur brisait le masque étroit. »


Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées : (Soleils couchants)

« Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées ;
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeur obstruées ;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit !
Tous ces jours passeront ; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forets où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.
Et la face des eaux, et le front des montagnes.
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.
Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde, immense et radieux ! »

Sur les autres projets Wikimedia :

Poèmes[modifier | modifier le code]

le recueil Les Feuilles d'automne contient les poèmes suivants:

  • À M. David, statuaire.
  • À M. de Lamartine.
  • À mes amis L. B. et S.-B.
  • À mes amis S.-B. et L.B.
  • Amis, un dernier mot.
  • À Madame Marie M.
  • À monsieur Fontaney.
  • À ***, trappiste à La Meilleraye.
  • À une femme.
  • A un voyageur.
  • Avant que mes chansons aimées.
  • Bièvre.
  • Ce qu'on entend sur la montagne.
  • Ce siècle avait deux ans.
  • Contempler dans son bain sans voiles.
  • Dans l'alcôve sombre.
  • Dédain.
  • Dicté en présence du glacier du Rhône.
  • Laissez. – Tous ces enfants sont bien là.
  • La pente de la rêverie.
  • La prière pour tous.
  • La prière pour tous (II).
  • La prière pour tous (III).
  • La prière pour tous (IV).
  • La prière pour tous (V).
  • La prière pour tous (VI).
  • La prière pour tous (VII).
  • La prière pour tous (VIII).
  • La prière pour tous (IX).
  • La prière pour tous (X).
  • Lorsque l'enfant paraît.
  • Madame, autour de vous tant de grâce étincelle.
  • Oh ! pourquoi te cacher ?.
  • Oh ! qui que vous soyez, jeune ou vieux.
  • Ô mes lettres d'amour.
  • O toi qui si longtemps.
  • Où est donc le bonheur ?.
  • Pan.
  • Parfois, lorsque tout dort.
  • Pour les pauvres.
  • Quand le livre où s'endort chaque soir ma pensée.
  • Que t'importe, mon cœur.
  • Rêverie d'un passant à propos d'un roi
  • Soleils couchants.
  • Soleils couchants (II).
  • Soleils couchants (III).
  • Soleils couchants (IV).
  • Soleils couchants (V).
  • Soleils couchants (VI).
  • Souvenir d'enfance.
  • Un jour au mont Atlas.
  • Un jour vient où soudain l'artiste généreux.
  • Vois, cette branche est rude, elle est noire.